Pages        5
1 2 3  4 5 6 7 8 9 10

16 Journalistes à Anticosti

Le Soleil, Lundi 17 juillet 1899 

 

Cléophé à Anticosti

Ses impressions de voyage

Chapitre 2


 par Ulric Barthe

 

Depuis son voyage à New-York, notre ami avait quelque peu caché d’instinct la réputation d’être légèrement sujet à caution sous les apparences de la conviction et de la véracité, ses narrations paraissent souvent un peu plus grandes que nature.

 

Comme lui-même, se rend parfaitement compte de ce fait, si s’en est un, il prend la peine d’en fournir à qui veut l’entendre l’explication suivante.

 

C’est que dit-il, la nature ne se laisse pas voir à tous de la même manière.

 

Il ya des gens qui sont des prosaïques, d’autres plus ou moins impressionnistes, et ceux-ci cherchent en tout ce que Pierre Loti a appelé l’âme des choses.

 

Avec mon peu d’instruction, je n’ai pas la prétention de me classer parmi ces privilégiés.

 

Mais il est une chose certaine, c’est que je fais de mon mieux pour observer et que je tire tout ce que je peux des spectacles qui passent devant mes yeux.

 

Je vous ai dit dans notre dernière causerie les divers gens qui d’après-moi sont attachés à l’entreprise d’Anticosti.

 

Il y a de l’esthétique, de la philanthropie, de socialisme paternel et par-dessus tout cela, ce qui plaira le plus aux gens exclusivement pratiques, une excellente opération financière.

 

J’ai promis de vous démontrer tout cela par des faits et je m’exécute.

 

La première chose qui frappe l’attention du voyageur, à son arrivée dan l’île, c’est le singulier embellissement des lieux qu’on ne lui avait peint jusqu’ici que sous des couleurs sinistres.

 

On aborde à la baie de Anglais, maintenant baptisée baie Sainte-Claire, au nom de la mère de M. Menier et probablement aussi en souvenir de Louis Jolliet, dont l’épouse s’appelait Claire Tisso de la Rivière.

 

…, en raison de sa peu de profondeur, une simple anse, comme sa voisine l’anse aux Fraises, un port ouvert en pleine mer.

 

D’aussi loin que porte la lunette marine, après, les côtes élevées de la Gaspésie se sont peu à peu effacées derrière le steamer, un filet de brouillard à l’horizon indique l’île.

 

Puis derrière ce rideau de brume, la première chose qu’on aperçoit d’Anticosti est le phare de la Pointe-Ouest, gardé par un brave canadien, M. Alfred Malouin.

 

Peu à peu, le vaisseau oblique légèrement vers la gauche, et les choses sont ainsi arrangées qu’on arrive en droite ligne au centre même de l’établissement Menier, aisément reconnaissable à une distance de dix milles, aux rives couleurs jaunes, olive et chocolat, de ses constructions.

 

C’est maintenant une grande clairière de fraîche date la «brousse» d’Anticosti, cette terrible brousse si touffue, qu’on disait, c’est même écrit en toutes lettres dans les livres officiels qu’un homme pouvait marcher dessus jusqu’à une certaine distance dans l’intérieur de l’île, a reculé devant la civilisation.

 

L’endroit n’est pas plus féroce aujourd’hui que celui du bout de l’île d’Orléans, vue de Lévis.

 

La pente du terrain est donc juste au centre, une grande pelouse quadrangulaire sur laquelle s’élèvera bientôt une église qui fera face à la mer.

 

Un grand mât surmonté d’un drapeau britannique se dresse au milieu de cette place publique.

 

De chaque côté les rues macadamisées dessinent leurs lignes grises et s’échelonnent les constructions de la colonie, à gauche l’élégante résidence du gouverneur, M. Comettant, l’école, l’hôpital, la scierie, les ateliers.

 

À droite en face, à travers la place publique, des entrepôts et des magasins, la cantine, les résidences du personnel, en arrière la ferme et tout autour, les premières cultures, de grands champs d’avoine, de pommes de terre et d’autres légumes.

 

Tout est disposé de manière à flatter l’œil; les habitations primitives ont été conservées mais à l’aide du chemin de fer Decauville, on a reculé celles qui masquaient le joli tableau, dont le plan semble tracé par de véritables artistes.

 

Au sommet d’une colline voisine, l’administration a fait élever une tour d’observation à une altitude de 100 pieds au-dessus de la mer, d’où l’œil domine les alentours à trente-cinq milles à la ronde.

 

C’est là que se réunissent les chefs de la colonie, quand ils ont de nouveaux travaux à tracer.

 

Ils ont ainsi leurs champs d’observation sous leurs pieds comme sur une table.

 

C’est là que se discute gravement et s’arrêtent les plans des ouvrages d’irrigation, de voirie et de défrichement, et en tout, on s’applique à combiner l’esthétique à l’utilité, les canaux et tranchées d’assainissement sont tirés au couteau.

 

Toute dépense est pesée avec un soin extrême, toujours en vue du beau et de l’utile.

 

L’idée dominante est qu’une chose bien faite tout de suite est en fin de compte celle qui coûte le moins cher.

 

On étudie avec suite l’histoire naturelle de l’île, et les spécimens sont soigneusement collectionnés par le docteur Schmidt.

 

 

L’hygiène est rigoureusement observée et toute l’organisation de la colonie tend à assurer le bien-être de ses membres.

 

Les chefs donnent l’exemple du travail, et s’ingénient aussi à procurer d’aimables délassements à leurs administrés.

 

M. et Mme Comettant, qui ont le tempérament des vrais artistes, ont fondé une fanfare et un orphéon et ce que j’ai entendu là-bas m’a donné à penser que dans un an ou deux, il se fera à Anticosti d’aussi belle musique que dans nos grandes villes.

 

Mlle Comettant, les filles du gouverneur, Mlle Lavigne jouent les cuivres et la grosse caisse.

 

M. le curé lui-même fait sa partie dans les chœurs et c’est M. Comettant qui bat la mesure. Je me sentais de folles envies de chanter. C’est une idylle comme dans le Petit duc.

 

C’est Mme Comettant qui touche l’orgue à la messe du dimanche et c’est un charme indéfinissable que d’entendre de vraie musique dans cette petite chapelle fleurie, perdue sur un coin de terre lointain et ignoré.

 

C’est la maison d’école qu’on transforme en église tous les dimanches.

 

Le plain-chant y est chanté avec le plus pur accent d’Europe, et le sermon lui-même n’est pas ce qu’on entend ailleurs, et enfin tout y parle un langage auquel je confesse n’avoir pas été habitué, et l’histoire d’Anticosti me restera inoubliable. C’est bien un autre monde que celui-là.

 

Le séjour de cette île, naguère abandonnée et terrifiante est rendu tout-à-fait charmant.

 

C’est neuf, frais et agréable à la vue de cette population paisible, douce, laborieuse et apparemment contente de son sort.

 

On dit avec émotion que M. Menier n’eût-il lui-même d’autre satisfaction que de faire un certain nombre d’heureux, son argent serait rudement bien placé.

 

L’essai social que comporte l’entreprise de M. Menier n’est pas moins pittoresque.

 

Sans doute, il renverse un grand nombre des idées reçues d’Amérique.

 

En entrant, il faut laisser à la porte la conception ordinaire de la liberté et l’étranger est exposé de but en blanc à poser bien des questions qui ne seront pas comprises.

 

Alors M. Menier n’entend rendre à personne des fonds de terre. Il veut rester seul et unique propriétaire de son île. Il ne veut pas de voisin, c’est féodal, antédiluvien, tout ce qu’on voudra.

 

Mais c’est son affaire. Il est propriétaire, tout comme ceux d’autres îles canadiennes.

 

Différence d’étendu seulement, mais qui n’affecte en rien ses droits.

 

Du moment où il se soumet aux lois du pays, il n’y a rien à dire, et il n’y a pas de loi qui interdit plutôt à un homme de posséder une île de quarante lieues de longueur qui le contrôle d’un chemin de fer ou d’une industrie quelconque.

 

D’autant plus qu’Anticosti n’était rien pour le pays avant lui.

 

Seulement, on peu se demander, si pour son propre bien et en toute sagesse, le propriétaire de l’île d’Anticosti ne pourrait pas, sans déranger ses projets d’expériences sociales les concilier dans une certaine mesure avec l’esprit de nos institutions.

 

Pour sa part, j’ai hâte de voir si la nature humaine va se plier à ce régime de liberté mesuré, mais dépendant.

 

Généralement l’homme prétend rester pauvre toute sa vie plutôt que d’abdiquer sa liberté d’action.

 

Quoi qu’il en soit, l’épreuve tentée à Anticosti est tellement intéressante qu’on devrait la laisser poursuivre en paix, tout comme aux États-Unis, où les excentricités philanthropiques et les expériences sociales jouissent de la plus entière liberté.

 

Il y a là une étude humaine qui mérite l’attention sympathique de tous.

 

Voilà, il me semble, assez de bonnes raisons pour radoucir les journaux anglais qui ont récemment fait des commentaires malveillants à l’égard de M. Menier et de ses représentants.

 

On a reproché à M. Comettant de jouer au gouverneur. «What is in a name». Ce titre n’est ni nécessairement, in exclusivement politique chez messieurs les Anglais eux-mêmes.

 

Ils en donnent sérieusement aux geôliers des grandes prisons, aux chefs des sociétés médicales, et familièrement à leurs papas même.

 

Quant aux fameux retranchements fortifiés d’Anticosti, ce sont tout bonnement des spacieux caveaux, où par une très sage politique, on emmagasine des vivres et des marchandises pendant l’hiver, pour ne pas être pris au dépourvu dans l’éventualité d’un incendie.

 

Ce qui me prouve qu’on n’a pas affaire ici à une simple affaire de sentiment.

 

Demain, si cela vous intéresse, j’espère vous démontrer que l’île d’Anticosti vaut bien les millions que M. Menier est en train d’y placer.

 

Il suffit pour aujourd’hui de constater que l’île du Prince-Édouard qui est une belle province n’a qu’environ la moitié de l’étendue d’Anticosti.

 

En effet, cette dernière île a une superficie de 2,240,000 acres carrés et l’île du Prince-Édouard figure aux relevés officiels pour 1,280,000 acres.

 

Ulric Barthe

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à un inestimable collabora-teur, Luc Jobin.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis