Le Soleil, 23 septembre 1899Article de Arthur Buies

Arthur Buies (1840-1901) (cliquer sur l'image)
Arthur Buies (1840-1901) (cliquer sur l'image)

ANTICOSTI —  Jadis, lorsque le voyageur, en descendant le cours du grand fleuve canadien, arrivait, par un terne et triste après-midi d’automne, en vue de la première pointe de l’île d’Anticosti, qu’il savait être l’île maudite, la pourvoyeuse de naufrages, la terre inabordable et farouche où nul n’avait osé pénétrer encore, il se sentait pris invinciblement d’une sorte d’effroi mystérieux.

 

Les récifs étaient là, laissés à découvert par les flots et commençant déjà se couvrir d’ombres fuyantes, comme celles des trépassés errant à la recherche de leurs navires.

 

Pas une habitation; seul le phare, s’élevant dans une blancheur de marbre funéraire et semblant comme un signe mystérieux aux vivants que la tempête précipite, ainsi qu’aux morts auxquels elle indique la page fatale de leur destin.

 

Dans la brume, la longue falaise s’étend indécise, disloquées, menaçante; un épais bandeau se détache du ciel et descend si bas, si bas qu’il engloutit les faibles restes du jour; les goélands et les mouettes filent à tire d’aile en s’appelant les uns les autres; la terre est muette, frissonnante, et cependant le danger n’est nulle part; mais l’angoisse est en toutes choses, et le pauvre voyageur, qui se sent seul en présence de cette terre apparemment désolée, ferme les yeux comme s’il craignait d’y être précipité à son tour.

 

C’est qu’en effet cette côte, où sont venues s’abîmer tant de catastrophes, semble en avoir gardé comme de lugubres empreintes. Toute la bordure des arbres, empêchée de croitre et courbée violemment, a l’air de fuir devant les vents furieux; c’est une chevauchée épaisse, impénétrable, hurlant et se débattant comme une furie contre une autre furie.

 

De temps à autre la forêt veut faire un effort pour se relever, la tempête la recourbe aussitôt. Éperdue, elle mêle ses branches, ses broussailles, tord ses troncs, les enlace, les dégage, et, dans des contorsions furieuse et suprêmes, s’abat en maint endroit et couvre le sol de membres et de débris arrachés et confondus.

 

Et cette lutte entre la forêt et la tempête a été éternelle.

 

La force d’en haut a été victorieuse de celle d’en bas. Un immense coup de vent parti du fond des antres du nord-ouest est tombé sur les arbres comme une cataracte qui couvrirait le ciel, puis un deuxième, puis un troisième, jusqu’à ce que les accumulations de débris de forêts aient formé, jusque sur le rivage, un sol d’une fertilité intense qui, après avoir si longtemps reçu la mort, va désormais distribuer la vie aux générations qui se presseront les unes les autres sur un sol conquis contre la légende, le mystère et la terreur.

 

Cette légende, on la conçoit aujourd’hui et on l’explique aisément. Un nom avait suffi pour la créer, de nombreux naufrages, l’avaient accrédité, l’ignorance l’avait épaissie, et de là une terreur enfantine que grossissaient toute espèce de récits, et surtout le passage près des côtes anticostiennes par des temps brumeux ou des soirs chargés de fantômes.

 

Que savait-on d’Anticosti? En parlait-on jamais autrement qu’en associant son nom au souvenir des sorcelleries de Gamache?

 

Se la figurait-on autrement qu’entourée d’un éternel et homicide brouillard?

 

Et son histoire, qu’était-elle? Quelques souvenirs lointains, aux trois quarts effacés, noyés aussi eux dans la brume, l’inévitable, la fatale brume.

 

Elle n’apparaissait qu’à la lueur des sinistres et aux cris des victimes qui jetaient dans les naufrages leurs appels désespérés et sourds.

 

Ses rivages n’étaient que des cimetières de marins et l’intérieur de ses terres était couvert de bois tellement denses, tellement touffus, entremêlés de broussailles tellement impénétrables que le mystère y avait trouvé un empire tout fait, singulièrement propre aux fantaisies d’Hoffmann ou aux imaginations terrifiantes d’Edgar Poe.

 

Les ours pullulent dans ces retraites profondes. Comment y sont arrivés? Ici la légende est muette.

 

Probablement sont-ils venus du continent sur les glaces, mieux avisés que nous qui n’avons pu trouver encore le secret de traverser en hiver de la côte nord, sur l’île, pourtant à une distance seulement d’une trentaine de milles, entre les deux points les plus rapprochés.

 

Une fois rendus, les ours sont restés et ont formé à la longue, de père en fils, une e tribu tellement nombreuse et intéressante qu’on avait songé un jour à les mettre en jambons, tant comme article alimentaire que comme remède infaillible contre tous les genres de dyspepsie.

 

Mais on a dû malheureusement renoncer à cette idée qui, espérons-le, sera ressuscitée quelque bon jour, quand la charcuterie aura fait suffisamment de progrès.

 

L’île d’Anticosti, sous la forme d’un espadon de deux cent vingt kilomètres de longueur, s’élève dans le golfe St-Laurent, de façon à lui faire presque un barrage.

 

Elle occupe un degré de latitude tout entier, le 49e, mais en travers… chose sinistre!

 

De plus, elle embrasse trois degrés de longitude, appétit de squale antédiluvien.

 

Lorsque ce monstre tomba aux mains de M. Menier, il portait sur le dos quelques cabanes de pêcheurs à la Baie des Anglais, environ sept à huit familles au poste voisin e l’Anse aux Fraises, et le tombeau de Gamache élevé sur une tertre au fond de la baie qui a longtemps porté son nom, et qui porte aujourd’hui définitivement celui d’Ellis.

 

Ces pêcheurs étaient tout simplement des pêcheurs, et pas autre chose que des pêcheurs. À peine étaient-ils une cinquantaine sur cette île de 125 milles de longueur sur 35 de largeur.

 

Le poisson qu’ils prenaient, ils le vendaient comme ils le pouvaient; et quand ils n’en prenaient pas, c’était la misère noire, cette misère périodique contre laquelle les gouvernements ne peuvent rien, avec tous leurs secours, et qui décime ou fait déserter tous les ans les côtes du Labrador canadien.

 

Ils étaient là eux-mêmes comme des naufragés, et personne n’entendait plus parler d’eux, dès le jour où ils avaient dressé leur hutte sur les rivages de l’île.

 

Séquestrés du reste du monde, souvent manquant de tout, traînant leurs pas languissants et solitaire4s sur les longs récifs nivelés par les vagues, ils devaient avoir l’âme et la figure des trépassés dont ils entendaient les voix gémir dans le creux des rochers ou courir sur la vaste grève déserte et farouche.

 

En prenant possession de l’île, non seulement il a fallu s’emparer de ces malheureux-là, eux-mêmes et les empêcher de périr de dénuement sur place, mais encore les apprendre, à eux qui n’avaient jamais connu autre chose que la pêche, ni d’autre aliment que le poisson, qu’ils pouvaient désormais gagner leur vie par un travail régulier, et que ce travail, il ne tenait qu’à eux de le faire et d’en être payés tous les jours, tous les jours, sans chômage et sans morte-saison.

 

Aussi tous ces simples pêcheurs sont-ils devenus, depuis, l’acquisition de M. Menier, des travailleurs et des journaliers à divers titres, employés régulièrement et recevant chaque semaine leur salaire, loin d’avoir à payer une redevance de dix dollars par année, pour avoir le droit d’habiter l’ile, comme ils devaient le faire au propriétaire antérieur, M. Stockwell, qui avait imposé cette redevance.

 

Notons ce tout petit résultat en passant, mais notons-le, car les plus minces détails ont leur portée et leur place dans cet événement énorme et d’une portée illimitée qu’à été l’acquisition, en pleine possession anglaise, d’un territoire aussi important et aussi vaste que celui de l’île Anticosti.

 

La transformation d’une île comme celle-là, regardée aveuglément et de tout temps comme absolument inculte et inhabitable, en un établissement français, qui prend tous les jours des proportions de plus en plus vastes et variées, est un événement tellement surprenant et inattendu que le visiteur, lorsqu’il se trouve en présence des constructions déjà élevées, des travaux déjà accomplis et de ceux d’un importance incalculable qui sont en voie de préparation, et, jusqu’à un certain point d’exécution, est convaincu de faire un rêve et se refuse obstinément de croire à la réalité qui est là pourtant devant lui, saisissante, indéniable, éclatante dans la forme, dans le bruit, dans le mouvement, dans l’harmonie qui préside à toutes les opérations, de même que dans l’organisation parfaite dont il voit resplendir les admirables résultats.

 

Heureuse, trois fois heureuse, peut-on dire aujourd’hui d’avoir eu si mauvaise réputation! Toutes tes vertus et tout ton prix n’en éclatent que davantage aux yeux étonnés.

 

On te disait inculte, et voilà qu’on découvre que des productions, même recherchées, croissent à l’état sauvage sur ton sol, et que tous les grains, toutes les plantes fourragères, tous les végétaux y viennent abondamment, comme dans les meilleures parties du bassin méridional du Saint-Laurent.

 

On te disait inhabitable, et voilà qu’on découvre que ton climat, grâce au régime maritime qui t’entoure, est le plus uniforme et le plus tempéré de toute la région bas-laurentienne.

 

On te disait inhospitalière, et voilà qu’il se forme et s’implante sur tes bords un embryon de colonie solide et fécond à la fois, qui étend déjà des rameaux dans tous les sens et prend sur tous les points de nouvelles et vigoureuses racines.

 

Heureuse surtout de ne pas être tombée en des mains étrangères et d’être revenue à un fils de la vieille France, notre mère, comme tu étais échue dès l’origine.

 

Nous sommes sûrs, désormais, que tu resteras française et que tu seras un boulevard de plus pour notre nationalité, qui a tant besoin de s’étayer et de grossir le nombre de ses points d’appui, même sur son propre sol.

 

Ce que M. Menier, simple particulier, a déjà fait exécuter de travaux sur son île, en moins de trois ans, provoque autant d’admiration que d’étonnement, même chez-nous gens d’Amérique, habitués pourtant aux surprises colossales.

 

Aucun gouvernement voulant combler le plus exigeant des districts électoraux, n’en aurait fait le dixième.

 

Énumérons, sans prendre la peine de procéder par ordre.

 

Dans un sujet jeune comme le nôtre, où chaque chose peut être aisément mise à sa place, cela est inutile, et c’est ennuyeux par-dessus le marché.

 

Je présenterai dans un article prochain, chaque partie de la charpente; aujourd’hui contentons-nous de jeter un coup d’œil d’ensemble sur la physionomie générale et sur le caractère que cette terre désormais promise revêt de plus en plus distinctement tous les jours.

 

Voilà tout de suite que se présente à nos yeux la baie Ellis, cette belle grande coquille au dessin si gracieux, si élégant et si correct,

     

Elle a trois milles de profondeur sur environ quatre milles de largeur; mais la mer semble s’y retirer indéfiniment, en laissant à sec une longue succession de récifs qui s’étendent à perte de vue jusqu’à la limite extrême de la marée basse.

 

Impossible de songer à faire là un port de mer, un port de refuge quelconque. Et cependant c’est la seule baie de quelque dimension dans l’île.

 

Et cependant il faut un port à Anticosti. Maintenant que la légende est détruite, il faut la remplacer, et la remplacer par des réalités fécondes.

 

L’île d’Anticosti peut avoir cessé d’être un tombeau maritime, cela ne lui donne pas un port. Or, qu’est-ce que c’est qu’une île sans port?

 

Une fantaisie ruineuse qu’il deviendra impossible de peupler et dont finiront bientôt par s’enfuir les plus déterminés fidèles.

 

M. Menier a compris tout cela et fait explorer sans retard la baie, en même temps qu’exécuter des sondages minutieux.

 

Il se trouve que cette fameuse baie Ellis, illustrée par les exploits du dernier des flibustier, n’est pas du tout ce qu’on l’avait toujours cru jusque-là; il se trouve que la longue bande de récifs qui semble se déployer à perte de vue, à marée basse n’est pas faite avec du roc, mais avec de la vase, une vase sans fond qui a fini par prendre, avec le temps sans doute par l’action répétée de la marée, la forme trompeuse, et qu’en prolongeant un quai de trois milles pieds seulement de longueur jusqu’à ce que l’on atteigne une profondeur minima de vingt et quelques pieds d’eau à mer basse, on réussira à créer un des plus beaux ports de mer de la province, ou tout au moins un havre de refuge incomparable dans toute la région du golfe laurentien.

 

Oui, mais trois mille pieds de quai… sait-on ce que cela représente, rien qu’en déboursés, sans compter le temps qu’il faut y mettre, en prenant pour mesure, par exemple, le temps qui se dépense dans la confection des travaux publics du Dominion? De douze à quinze cent mille francs assurément d’un côté et dix ans de l’autre.

 

M. Menier n’hésite pas un instant, car il a des projets grandioses en vue pour l’avenir.

 

Quant à la question d’argent, elle est réglée d’avance; quant au temps, il en faudra trois à quatre fois moins qu’on n’en met dans les entreprises publiques; question encore réglée.

 

On va se mettre immédiatement à l’œuvre. On a sur les lieux mêmes tous les matériaux de construction nécessaires, le bois, la pierre calcaire, la terre à briques, la meilleure terre à briques qui existe dans toute la province, le chemin de fer Decauville pour transporter rapidement les matériaux, et deux cents travailleurs déjà tout prêts, habitués d’avance à l’organisation et aux règlements qui président à tous les travaux exécutés sur l’île.

 

Deux larges campements se dressent pour les hommes, une écurie pour les chevaux, et voilà que… de trois milles pieds de longueur, et tous les jours depuis lors, c’est-à-dire depuis environ trois mois, monte et monte incessamment et se dessine de mieux en mieux la structure de ce quai qui va transformer la baie Ellis en un port de premier ordre, où pourront venir mouiller toutes les flottes d’Albion et du Dominion, quand elles voudront venir saluer M. Menier au passage.

 

En arrière dans la forêt on a déjà asséché un lac de plusieurs centaines d’hectares en superficie, dont on a fait passer les eaux par un canal profond creusé à cet effet jusqu’à la baie, et sur le lit mis à sec on a aussitôt commencé les labours, en vue de l’ensemencement à effectuer dès que sera arrivée la saison des semailles.

 

Ce qu’est la richesse d’un pareil sol, on le conçoit aisément. Pénétré de sucs nombreux laissés par tous les sédiments du lac, il exsude l’embonpoint et offre une chair où la luxuriante végétation va se délecter à loisir, et où toutes les variétés de céréales pousseront avec enivrement pendant de longues années à venir.

 

La charrue y entre et le retourne comme ferait un couteau dans un melon très mûr; la semence n’y aura pas été déposée quelques semaines que déjà un épais tapis velouté de tiges vigoureuses et dodues aura remplacé ce qui fut jadis un lac infécond uniquement propre à engendrer des nuées de moustiques et à rebuter le regard de l’homme.

 

Du reste il en est ainsi du sol de presque tous les endroits de l’île dont on a expérimenté la capacité productive.

 

L’humus qui le recouvre a une profondeur variée, mais elle est partout très grande, d’au moins un mètre, dit-on, et toutes les cultures pratiquées avec profit sous nos latitudes pourront s’y faire avec une certitude absolue de rendements des plus plantureux.

 

Et voilà comment l’île d’Anticosti, avec sa physionomie redoutable d’autrefois, renfermait des trésors d’alimentation pour une colonie qui, avec le temps, pourra atteindre aisément plusieurs centaines de mille hommes.

 

Aujourd’hui, ils ne sont encore que cinq cents; mais ils sont vaillants, disciplinés, courageux, et, sous la direction de spécialistes triés sur le volet par M. Menier lui-même, ils préparent dans l’embryon la grandeur future de cet établissement sans exemple dans notre histoire, qui aura surgi en un jour du fond des forêts et déployé, aussitôt l’essor pris, les grandes ailes de la civilisation.

 

Quel spectacle que celui de ce petite peuple séparé du reste du monde pendant la moitié de l’année, vivant de sa vie absolument propre, se suffisant à lui-même, organisé comme une société modèle, procédant par la discipline d’abord établie comme base première puis par l’affection mutuelle entre les chefs et par la bienveillance envers tous!

 

C’est le cœur qui relie toutes les branches et tous les rameaux de cet arbre généreux.

 

Sous les traits sévères de la discipline et de la réglementation chacun le sent battre et circuler sur tous les points à la fois; aussi chacun est animé d’une même âme, d’une même ambition pour l’agrandissement et le progrès de l’œuvre entreprise.

 

Il n’y a jamais eu en Amérique une fondation qui puisse être comparée seulement à celle d’Anticosti, tant pour l’originalité de la conception que pour la promptitude dans l’exécution, la souplesse imprimée aux ressorts, l’ordre parfait qui règne dans toutes les parties du service et du travail

 

Lucien Comettant

 

L’âme de la colonie, c’est le gouverneur M. Comettant. La moitié de sa vie se passe aux affaires de l’administration, et l’autre à se porter sur tous les points pour y distribuer la vie, la chaleur et l’entrain nécessaire.

 

Gouverneur, c’est-à-dire surintendant général, chef d’administration, placé à la tête du petit état dont il dirige tous les ressorts. M. Comettant remplit néanmoins une fonction encore plus morale et sociale qu’administrative. Sa présence est un stimulant et on la sent nécessaire dans ce milieu de travailleurs en quelque sorte exilés volontaires, qui peut s’abandonner trop aisément à l’ennui et au regret du foyer lointain.

 

Lui s’ingénie à trouver tous les moyens possibles de réconforter son petit peuple, à faire apparaître les images souriantes à l’horizon, et à écarter les faiblesses en même temps qu’à relever les vigueurs.

 

Tous ses mouvements, toutes ses paroles le révèlent comme un homme possédé impérieusement de la même et unique pensée, le succès de la grande œuvre entreprise par monsieur Menier et la découverte de tous les accessoires, petits et moyens qui peuvent y conduire.

 

Quant il a un visiteur en mesure, soit par sa condition, soit par son état, de contribuer en quoi que ce soit à faire ressortir dans le Dominion ou à l’étranger la beauté de cette œuvre et ses prodigieuses conséquences, il déborde envers lui de complaisance et de courtoisie, il se met à son service tout entier, le promène partout où le visiteur pourra trouver quelque notion à prendre ou à corriger, et saura, avec une verve qui ne tarit point, avec un entrain de méridional convaincu, l’échauffer et l’éclairer à la flamme qui l’anime, et en même temps lui donner cette jouissance inexprimable pour tout homme désireux de connaître, qui est d’être renseigné sur tous les points, d’apprendre tout ce qu’il désirait savoir.

 

Dans sa maison, M. Comettant est un bout-en-train infatigable. Là il s’épanche, déborde et redevient uniquement le camarade, le bon compagnon, l’ami avec lequel on csroit avoir passé de longues années de jeunesse.

 

Il parle, parle, mais dit toujours quelque chose. Il peut toucher à touts les points, car il a tout vu et connaît à fond le monde américain qu’il a pratiqué pendant de longues années au service de la Compagnie Transatlantique, dont il était l’un des officiers. Il a invariablement le mot clair, net, frappant.

 

Toujours prêt, toujours chargé, il faut qu’il éclate, et il ne pourra en finir avec son endiablée de verve qu’après que tous les aliments auront été épuisés, sans que lui-même soit près de l’être.

 

Monsieur Menier aurait pu difficilement se passer d’un homme de ce tempérament, aux débuts d’une entreprise qu’il tentait avec tous les risques d’un effrayant et inconnu et avec toutes les grimaces du destin folichonnant autour de lui.

 

Le printemps dernier M. Comettant s’imagine de fonder une fanfare dans l’île d’Anticosti. Voyez-vous cela une fanfare dans l’île de Gamache, dans l’île aux ours? Le moins qu’on pût redouter c’est qu’elle manquât d’éléments. Des instruments? Le Savoy est là qui peut les emporter tous dans un voyage.

 

Mais comment composer la fanfare? Bast! M. Comettant a six filles. Il prend les trois ainées, c’est bien simple, et les met dedans, la première comme grosse-caisse, la seconde comme cornet, et enfin la dernière, une fillette de douze ans, pour taper sur le triangle. Et en avant la musique!

 

Le reste de la fanfare, il le compose d’éléments pris de bric et de brac parmi ceux qui se présentent. Eh bien! Savez-vous que cette fanfare improvisée a donné en trois mois des résultats incroyables? Voilà.

 

Et, l’hiver prochain, elle sera une occasion de réunion et de plaisir intime qui aura les résultats les plus heureux, en dehors des attraits de la blonde Eurydice, même pour des insulaires.

 

Et voilà comment, sur ces bords jadis inaccessibles, les voix glapissantes des goélands et des margots sont couvertes aujourd’hui par les accents bruyants et trombones, des ophycléides et des grosses-caisses.

 

Tant il est vrai que c’est l’âme qui fait les choses, et que là où elle vibre la fanfare est toute montée!

 

ARTHUR BUIES.


RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à un inestimable collabora-teur, Luc Jobin.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis