(100)   Conversation avec M. Lionel Lejeune, le 6 mai 1981

Lionel Lejeune

  Chateau Menier (inventaire et pertes)                            
                           

Villa Menier : M. Lejeune a été gardien du Château pendant de nombreuses années, jusqu'à son démembrement et l'incendie de 1953. Une femme, directrice de l'auberge de Grand'Mère, est venue à Port-Menier faire un inventaire des biens du Château.

 

Elle fit transporter une grande partie de l'ameublement à Grand’Mère, tandis que d'autres meubles et objets étaient volés.

 

Comme la bibliothèque des Menier ne contenait que des livres en français, elle les fit transporter à l'hôtel du village pour entreposage ainsi que des collections considérables de photographies, dont deux grandes boîtes de photos en stéréoscopie.

 

L'hôtel brûla accidentellement à l'automne de la même année et fut complètement détruit. Il y avait environ 100 photos en stéréoscopie par boîte.

 

Le stéréo était à chaînes et avait trois pieds de hauteur. Les meubles qui se trouvaient dans la chambre des domestiques qui travaillaient au Château furent transportés à l'hôtel et ont donc également disparu dans les flammes.

 

Il en fut de même pour plus de la moitié de la batterie de cuisine et du contenu de la lingerie du Château.

 

Le livre où signaient les invités a été envoyé à Grand’Mère avec le mobilier.

             
  Comptabilité faussée                            
                           

Un des secrétaires à l'île, M. Fournier, devait se rendre en France révéler à Gaston Menier toutes les manigances de Martin-Zédé. 

 

Il avait découvert que les livres de comptabilité avaient été faussés. Fournier entreprit d'en faire la preuve ; il devait mourir avant d'avoir complété son enquête.

             
  Voiture à 3 chevaux de Menier                            
                           

La voiture tirée par trois chevaux de M. Menier a été défaite par Charlie McCormick et envoyée à la rivière McDonald.

 

Les attelages de l'écurie du Château ainsi que la deuxième voiture ont été expédiés à la ferme Saint-Georges.

             
  Bateau Empereur (quai Baie Ellis)                            
                           

Le navire Empereur de Montréal ne pouvait se rendre au quai de Port-Menier à cause d'un trop fort tirant d'eau.

 

Un jour où il amenait une charge de foin pour les animaux, qu’on déchargeait avec de petits bateaux, une tempête frappa subitement et il alla s'échouer près de Port-Menier.

 

On fit venir le tugboat Stradacona, mais le navire, après avoir déchargé toutes les balles de foin, réussit à se déprendre seul, profitant de la marée. On se servait du Cherisy pour décharger les gros navires.

             
  Juneau et Jos Martin                            
                           

Un nommé Juneau et Jos Martin faisait la patrouille du côté nord de l'île avant 1926.

 

Juneau était gardien au Havre du Brick.

 

 

 

           
  Gendron (Lucien)                            
                           

Sur une photo du camp de la rivière Vauréal construit en 1931, on voit Lucien Gendron.

 

 

 

           
  Bureau d'administration                            
                           

D'après M. Lejeune, le Bureau d'administration aurait été déménagé à l'arrière de l'église, face à l'entrepôt. Césaire et Odina Richard sont demeurés dans cette maison.

 

 

 

           
  Bateau Wacpacus (quai Baie Ellis)                            
                           

Un navire, le Wacpacus, vint livrer du « BC fir » (pin Douglas) pour construire des estacades en 1926, mais il ne put se rendre au quai. On fit des radeaux avec les pièces de bois et on les tira jusqu'au quai.

 

 

 

           
  Martin-Zédé ruiné (vente de l'ile)                             
                           

Martin-Zédé jouait à la bourse et était ruiné en 1926 ; c'est pourquoi il vendit l'île!

 

 

 

           
  Charlie McCormick, puit                            
                           

Charlie McCormick fit creuser un puits près de l'hôtel sur le bord du ruisseau ; l'eau qui venait de la savane était impropre à la consommation.

 

Il avait fait brancher l’aqueduc du village sur ce puit. Ce fut un échec; les pertes s’élevèrent à 15 000 $ (du temps de Laurent Girard).

 

Le bassin (ou piscine) aménagé dans le ruisseau Diane fut également un échec ; le fond était tellement boueux que l'on n’osait pas s’y baigner.

 

Ce bassin fut aménagé par Charlie McCormick.

 

 

 

           
  Élevage de lapins                            
                           

M. Lionel Lejeune a fait l'élevage de lapins à l'île au cours des années 1939-1945. Il avait de 100 à 150 lapins.

 

Il vendait les peaux entre 1 $ et 1,25 $ à Québec chez Lorenzo Allaire.

 

 

 

           
  Narcisse Rioux                            
                           

Narcisse Rioux fut en charge d’un beacon (balise) Pointe-Ouest et à la Pointe de l'Est.

 

 

 

           
  Anse-aux-Fraises                            
                           

Les gens de l’Anse-aux-fraises avaient l'habitude de laisser leur barque à la Pointe au foin, qui était plus sécuritaire.

 

 

 

           
  Bateau Copaco et Jolliet                            
                           

Le navire COPACO avec un équipage de sept hommes ; le Jolliet, de 6 hommes et des quarts de travail de quatre heures.

 

 

 

           
  Origine (Richard Francis, Pierre Francis et Tancrède Girard                            
                           

Origine : Richard Francis, Pierre Francis et Tancrède Girard étaient originaires de Saint-Georges de la Malbaie, près de Pointe-Saint-Pierre, Gaspé. Ce village était connu sous le nom de Chien blanc.

 

 

 

           
  Georges Cabot                            
                           

Georges Cabot a été vingt ans télégraphiste à Fox Bay à l'époque d'Henri Menier et à celle de Gaston.

 

 

 

           
  Tommy Lessard                            
                           

Mme Tommy Lessard (Suzanne) avec deux garçons : Jean et Léon.

 

 

 

           
  Éliza Lejeune (rente)                            
                           

Mme Eliza Lejeune, cuisinière à la Villa, a reçu de Gaston Menier une rente à vie de 10 $ par mois.

 

 

 

           
  Boudreault, James et Bezeau                            
                           

Mme Romain Bezeau, née Aimée James, avait une sœur prénommée Aimable qui eut un enfant (Arlette) du fils d’Élie Boudreault.

 

Ils devaient s'épouser, mais M. Boudreault mourut accidentellement quand sa fiancée, Aimable, était enceinte.

 

 

 

           
  Charlie McCormick (chien)                            
                           

Townsend avait donné un chien, un berger allemand, à Charlie McCormick pour la surveillance autour de l'île. Ce dernier aurait eu peur de l'animal et l’aurait abattu.

 

 

 

           
  Incendie de forêt 1934                            
                           

Les circonstances de l'incendie de 1934 ne sont pas celles décrites par Charlie McCormick dans son livre.

 

En effet, six hommes étaient demeurés sur les lieux avec Jos Lelièvre, dont L. Lejeune, un télégraphiste qui avait pour travail d'informer Townsend sur l'évolution du feu de forêt et qui gardait avec lui un contact soutenu (de deux à trois fois par jour), ainsi que quatre hommes du Havre.

 

Seuls Léger Noël et quelques hommes avaient quitté les lieux de l'incendie en remontant la rivière jusqu'à la voie ferrée.

 

 

 

           
  Fox Bay                            
                           

Fox Bay : la baie et difficile d'accès (et il est également difficile d'en sortir) lorsque le vent vient du nord-est.

 

Il y a une énorme roche submergée à l'entrée de la baie qui est un danger pour les navires.

 

 

 

           
  André Bourque (tragédie)                            
                           

André Bourque : originaire de Havre-Saint-Pierre, il a travaillé comme gardien plusieurs années à Fox Bay, mais est retourné au Havre en 1931 à la suite du décès de deux de ses fils par noyade au cours de l'hiver 1930-1931.

 

Les deux garçons se rendaient à la rivière Saumon pour aller chercher le courrier amené à cet endroit par un groupe d'explorateurs installés à la rivière au Saumon pour faire l'inventaire du bois.

 

Ces explorateurs avaient la communication radio avec Port-Menier et le gérant Townsend.

 

Ce sont les explorateurs qui ont découvert les cadavres sous une couche de glace dans une baie (la baie James).

 

Les deux frères se seraient enfoncés en même temps sous la glace au moment de la traversée de la baie. Ils étaient chaussés de raquettes.

 

C'est Fabien Noël qui a remplacé André Bourque comme gardien de la rivière et pêcheurs de homard.

 

 

 

           
  Lejeune (loyer et chauffage gratuit)                            
                           

Les Lejeune : les deux familles Lejeune, celles de Bernard et de Jos, qui étaient au service des Menier et de Martin-Zédé ne payaient pas de loyer et aucuns frais de chauffage ou d'électricité.

 

Ces frais étaient à la charge de M. Menier. Pour chauffer leur maison, les Lejeune utilisaient l'huile à charbon entreposée dans « la lumière » (le phare près du Château) et qui servait à alimenter la lumière de signalisation.

 

Il semble que toutes les familles établies autour de l'île à titre de gardien de rivière ne payaient pas de loyer, ce qui ne plaisait guère à plusieurs employés des Menier demeurant au village.

 

Au cours des années 1930, le salaire moyen variait de 100 $ à 110 $ par mois.

 

 

 

           
  Ceuillette des fraises                            
                           

La cueillette des fraises était défendue seulement dans le champ du Château, situé entre la maison des Lejeune et le Château.

 

 

 

           
  Tracteurs (1926)                            
                           

En 1926, on amena six tracteurs à l’île, dont deux de marque Caterpillar, trois Lynn et un Fordsen.

 

 

 

           
  Premier avion (1922)                            
                           

Le premier avion à l'île, en 1922, y demeura deux mois à cause d'une panne de moteur. Cet avion est demeuré amarrer au quai tout ce temps.

 

Il y aurait eu de l'eau salée dans le moteur à la suite d'un atterrissage forcé à la rivière Canard.

 

 

 

           
  Gustave Poulin                            
                           

M. Gustave Poulin, père de Jean Poulin, a fait écrire à la femme du Gouverneur général du Canada pour qu'on fasse des recherches sur un héritage qu'il aurait dû recevoir de parents éloignés.

 

Il disait à tous et avec un très grand sérieux qu'il avait écrit à « la femme du gouvernement ».

 

 

 

           
  Gilles Vigneault                            
                           

Gilles Vigneault a travaillé à l'île pour gagner ses études. Il cordait de la pitoune dans les barges.

 

 

 

           
  Cormier (Bat le diable)                             
                           

M. Lionel Lejeune me raconte qu’un personnage né à Havre-Saint-Pierre, un monsieur Cormier, portait le surnom de « Bat le diable » à cause de son habilité exceptionnelle à la pêche.

 

Son succès est attribuable au fait que lui et ses fils se levaient tôt le matin pour tendre leurs filets.

 

Pour que ses fils, Walter et Arthur (Ti-Tur), se lèvent tôt, il leur interdisait d'uriner avant de se coucher.

 

« Ti-Tur, pisse pas avant de te coucher pour te lever tôt demain matin. » M. Lejeune a entendu ces propos au Havre du Brick.

 

 

 

           
  Octave Dupuis, titanium                            
                           

Le chasseur de Havre-Saint-Pierre nommé Octave Dupuis découvrit au cours du retour d'une expédition de chasse autour du lac Allard une montagne contenant des pierres noires.

 

Il fit parvenir un échantillon de ces pierres au gouvernement du Québec.

 

Le résultat de l'analyse indique une mauvaise qualité de la pierre; cependant, entre 20 et 25 ans plus tard, une compagnie privée prit possession des lieux ; il s'agissait de titanium.

 

Octave est mort pauvre et une firme étrangère s'enrichit.

 

Cette découverte fut racontée par Octave Dupuis à M. Lejeune.

 

 

 

           
  Mme Hubert Cabot, poulet                            
                           

« Mme Hubert Cabot reçut à souper David et Élie Martin.

 

Au menu, il y avait du poulet amené par les frères Martin pour la circonstance.

 

Cependant, Mme Cabot eut la désagréable surprise de découvrir le lendemain que les poulets consommés la veille venaient de son propre poulailler. »

 

 

 

           
  Port-Menier, maisons                            
                           

Les cinq maisons à deux étages de Port-Menier sur le plateau ont été fabriquées avec les matériaux du Grand Camp.

 

Les trois maisons à un étage occupent l'emplacement de l'ancienne patinoire et ont été construites en 1926-1927 par la Consol.

 

 

 

           

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis