(95)  Rencontre avec M. Lionel Lejeune demeurant à Saint-Hyacinthe, le 7 mai 1977

Lionel Lejeune

C'est en compagnie de M. Joseph Lejeune et de son fils Marcel que je fais le voyage de Québec à Saint-Hyacinthe pour y rencontrer M. Lionel Lejeune, frère de Joseph. Christiane et Étienne étaient également du voyage.

  4 Jobbers                            
                           

Au cours de celui-ci, M. Joseph (Ti-Jos) me raconte que, lors de l'exploitation forestière de 1926 à 1930, on dénombrait quatre grands jobbers à l'île : MM. McDonald, Tremblay, Gagnon et Louis-Philippe Côté.

 

Ils étaient pour la majorité du lac Saint-Jean.

 

Chacun de ces grands jobbers avait une vingtaine de sous-jobbers qui travaillaient pour eux.

 

Ces gens amenaient leurs familles à l'île ; les épouses cuisinaient et les enfants en âge servaient souvent aux tables et au ménage.

 

Certains jobbers célibataires amenaient des pseudo-épouses dont les services étaient offerts aux bûcherons. On a mis fin à cette pratique en 1946.

 

Charlie McCormick a travaillé en arrivant à l’île en 1926 comme charretier pour le jobber McDonald (il coupait à la Becsie).

 

Il a travaillé un seul hiver et fut nommé apprenti électricien, favorisé par le fait qu'il parlait anglais.

 

Les jobbers coupaient surtout dans les territoires suivants : Becsie, Petite Rivière, lac Simone et le long de la ligne. Ils arrivaient en novembre et quittaient en avril; on coupait l'hiver.

 

Les chevaux étaient utilisés pour charrier le bois. Un charretier faisait quatre voyages par jour et rentrait ses chevaux à 6 h du soir.

 

On a également utilisé des bœufs pour le charriage du bois.

 

Il me dit qu’un sous-jobber était sorti de l'île avec une un bénéfice net de 50 $ et considérait qu'il avait fait une excellente affaire.

 

Les jobbers sortaient des peaux de renard et de loutre dans les lisses des traîneaux; on enlevait la lame de fer et on creusait le bois de la lisse pour y cacher les fourrures puis on remettait la lame.

 

Les nombreux chevaux étaient alimentés avec du foin transporté par le Fleurus et entreposé dans le moulin à sciage près du lac Saint-Georges.

 

Quelques familles de jobbers demeuraient à l'île au cours de l'été, cependant la plupart retournaient dans leur paroisse en avril pour revenir en novembre.

 

On laissait derrière les chevaux qui broutaient le foin en troupeau à l’Anse-aux-fraises ou à Baie-Sainte-Claire.

 

Certains jobbers vendaient leurs chevaux et en rachetaient l'automne suivant.

 

En 1926, quand les jobbers sont arrivés, ils ont été logés pêle-mêle dans le grenier du Club, puis on a construit le bloc appartements pour les contracteurs pendant que les sous-contracteurs s'installaient dans la forêt.

             
  Mme Girard - anecdote                            
                           

Il me raconte le fait humoristique suivant : Mme Girard (mère de Noémie Girard) n’aimait pas donner le secret de ses recettes.

 

Un jour qu'elle avait envoyé de petits gâteaux au directeur de l'île, celui-ci envoya sa cuisinière demander la recette de ces excellents gâteaux.

 

« Dites-moi, Mme Girard, combien de beurre mettez-vous pour faire vos gâteaux?» demanda la cuisinière du directeur. Mme Girard lui répondit :

 

« Bonté divine, ma fille, ça dépend combien tu en fais (fa). Plus tu en fais (fa), plus tu en mets (ma). »

             
  Jos Lejeune                            
                           

M. Jos Lejeune est né à l'île en 1907 et est aujourd'hui âgé de 70 ans. À l'âge de 15 ans (1922), il a fréquenté pendant quatre ans le collège des Frères de l’instruction chrétienne à Louiseville.

 

Il quittait Port-Menier en septembre, recevait généralement une lettre de sa famille en octobre et était sans nouvelles de celle-ci jusqu'au mois de mai de l'année suivante.

 

Il recevait alors des lettres puis retournait à l'île en juin. Il travaillait alors au Château comme garçon de table.

 

Il passait les fêtes de Noël au collège, les premières années avec un frère, qui le quitta la dernière année de collège pour entrer au noviciat.

 

M. Jos, en 1926, se trouva de l'emploi à l'île au service de la Villa et à l'entrepôt.

 

Il avait refusé d'apprendre l'anglais au collège, disant qu’Anticosti était française.

 

 

Il se trompait amèrement, car en 1926 l'île passa aux mains d'une compagnie anglophone et, du jour au lendemain, tous les inventaires furent faits en anglais.

 

Il soupçonne M. Ashbaugh d'avoir volé les Menier en transportant de l'équipement à l'extérieur de l'île en 1918.

             
  Chateau - entretien                            
                           

Au début de la Villa (1904-1905), M. Martin-Zédé avait engagé un M. Inness pour l'entretien du parterre ; celui-ci ne parlait pas français. Mme Élisa Lejeune fit venir son frère Jérémie de la Côte-Nord (Jérémie Béliveau), qui remplaça M. Inness.

             
  Bernard Lejeune - salaire                            
                           

Le salaire mensuel de M. Bernard Lejeune et de son frère Joseph au service des Menier était de 110 $.

 

Ils recevaient en plus une prime pour la capture de renard en hiver ; cette prime était de 10 $ pour l'argenté, de 5 $ pour le croisé et de 2 $ pour le roux.

             
  Lionel Lejeune                            
                           

M. Lionel Lejeune, âgé de 66 ans, a épousé une célibataire l'an dernier. Il habite Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe.

 

Il a travaillé à l'île comme gardien autour de l'île, etc. Il a quitté l'île après le décès de sa mère et a acheté une tabagie à Montréal.

 

Il a ensuite pris sa retraite (an dernier) après son mariage. Il a en sa possession plusieurs objets de la famille Menier et de Martin-Zédé :

 

  1. il possède l'appareil photo du docteur Schmitt. Son père avait acheté cet appareil au docteur Schmitt avant son départ de l'île. Il y a un étui, deux lentilles supplémentaires, etc.;             
  2. il possède le fusil pour chasser l'ours de Martin-Zédé, son étui et quelques balles;                                                
  3. il possède plusieurs collections anciennes de photographies, également des photographies pour visionneuse stéréo, une collection de cartes postales, etc. ;                          
  4. un meuble qui se trouvait dans le Château.
             
  Vente de l'île                            
                           

Il croit qu’au moment de la vente de l'île, Martin-Zédé a reçu 500 000 $ de Gaston Menier et probablement beaucoup d'argent de la Wayagamak.

 

Il croit également que Menier voulait seulement vendre les droits de coupe et non l'île, mais à cause des pressions et de son âge avancé, il a cédé.

             
  Menier - visites                            
                           

Les Menier venaient à l’île deux semaines par année. Ils en passaient une à la rivière Jupiter et l'autre à la Villa. Mme Élisa organisait une fête lorsque la Villa était fermée à l'automne.

             
  Malouin                            
                           

M. Alfred Malouin était intéressé aux autres femmes et eut des aventures. Horacio Malouin était alcoolique et lorsqu'il était saoul saluait les poteaux téléphoniques en passant : « Bonjour, monsieur. »

             
  Phare pointe ouest - gardien                            
                           

Lorenzo a pris la place de son père comme gardien du phare en 1906, lorsque son père fut nommé gouverneur.

 

Avant, il a travaillé pour les Menier comme peintre. Après son départ, il fut remplacé par Horacio.

 

Ce dernier fut remplacé par son épouse après sa mort, puis par ses fils.

             
  Pillage après-vente                            
                           

M. Lejeune me raconte que, lors de la vente de l'île en juillet 1926, aucun inventaire pré-vente n'avait été fait et que les Menier et Martin-Zédé ont tout laissé derrière eux. Les pillages furent considérables.

 

On fit transférer beaucoup de choses à Grand-Mère.

 

Puis les gens se servirent, surtout après 1946. Wilcox donnait beaucoup d'objets, des lits, des meubles, etc.

             
  Gustave Poulin                            
                           

Il raconte également que M. Gustave Poulin était sourd et avait beaucoup de difficulté à parler.

 

Il disait qu'il écrirait à « la femme du gouvernement » pour se plaindre de différentes choses.

 

Il croyait que « le gouvernement » était une personne.

             
  Médecins                            
                           

Il mentionne les docteurs Verger, Péloquin et Martin. 

             
  Institutrices                            
                           

Les institutrices à Port-Menier au cours des années 1910 et 1920 étaient les trois soeurs Gauthier, puis elle fut remplacée par les deux soeurs Goulet (célibataires).

             
  Bateaux - Alaska                            
                           

La barge Alaska a été fabriquée par M. William Girard, père de Tancrède et de Léonie.

 

Ce navire avait été mal construit et se comportait mal ; au premier essai de navigation, il fut jugé impropre pour les services envisagés.

 

Son moteur, mû à la vapeur, fut enlevé, de même que les agrès, et le bateau fut échoué dans la baie des Navots.

 

Tancrède a construit plusieurs navires (sauf l’Alpha, le Squid et le Copaco) : la Vedette, etc.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis