(99)   Rencontre avec M. Lionel Lejeune, à Saint-Hyacinthe, le 6 mai 1980

Lionel Lejeune

  Powers (docteur)                            
                           

Le dernier médecin à résider à la Baie-Sainte-Claire fut le docteur Powers. Il vint s'installer dans la maison du docteur Wilkinson (dite la Maison du docteur ou Maison blanche).

 

Pendant quelque temps, après le départ du docteur Powers, la Maison blanche fut utilisée comme hôtel. C'est la famille de Jos Lelièvre qui s'en occupait.

             
  Quesnel (docteur)                            
                           

Le docteur Péloquin remplaça le Dr Powers et habita la maison de J.-A. Renaud.

 

Après le docteur Péloquin, il y eut le Dr Martin, puis le Dr Gagné (célibataire qui avait un lien de parenté avec soeur Yvette, du couvent).

 

Ce dernier demeurait à l'hôtel. Lorsque le Dr Quesnel arriva, il s'installa dans la maison de M. Renaud.

 

La Maison blanche fut occupée par M. Gosselin, ingénieur.

             
  Valiquette                            
                           

M. Valiquette, lorsqu'il arriva à l'île en 1927, amenant plusieurs de ses amis, dont l'ingénieur Gosselin, un nommé Hamel, qui était le chauffeur de M. Valiquette à Trois-Rivières et qui fut à l’île responsable du garage.

 

M. Valiquette avait quatre enfants : Irène, Francis, Hélène et deux autres [un?].

             
  Godbout (Adélard) PM                            
                           

Adélard Godbout, premier ministre du Québec à l'époque, vint à l'île avec M. Hamel et M. Pratt vers 1940 ; il demeura au Château.

 

Francis Boudreault s'était auparavant rendu à Québec pour demander au premier ministre le poste de responsable de l'entretien de la ligne autour de l'île, ce qui lui avait été refusé.

 

Le premier ministre donna cette fonction à l'Anticosti Corporation (à la Compagnie). M. Boudreault, dans le temps des Menier, avait eu pour tâche d'entretenir la ligne télégraphique, et ce jusque vers 1918. Son aide était Horacio Malouin. Francis Boudreault fut remplacé comme chef garde par Charlie McCormick en 1946.

             
  Cable de la Côte-Nord                            
                           

Le câble de la Côte-Nord (la ligne télégraphique) arrivait au Mckasty et se rendait jusqu'à Baie-Sainte-Claire, puis à Port-Menier et à Chaloupe Creek.

 

M. Boudreault se rendait souvent en hiver, en voiture à cheval, jusqu'à la Pointe Sud-Ouest réparer le câble, qui se brisait souvent.

             
  Chateau Menier, électricité, barrage                            
                           

Il y avait un barrage au lac Plantain que l'on ouvrait l'automne et fermait au printemps.

 

Le lac servait de réservoir d'eau qui alimentait la turbine pour l'électricité de Port-Menier.

 

M. Lejeune et M. Lelièvre quittaient leur domicile à 3h du matin et se rendaient en raquettes sur la croûte (au printemps) jusqu'au barrage pour le fermer ; ils ne revenaient qu’en après-midi. 

 

On en profitait pour pêcher la truite. M. Lionel était chartier l'hiver (pour un salaire de un dollar par jour) et naviguait l'été.

 

Il fut capitaine du Gamache un an. Il se rappelle qu'un touriste-pêcheur a ramené avec lui deux oursons capturés à la rivière Jupiter.

             
  Trap boat                            
                           

M. Lejeune m'explique qu’un « trap boat » avait un moteur Acadia de huit forces.

 

Il servait à la pêche et voyageait autour de l'île pour livrer les messages, courrier et télégrammes, aux touristes en 1933.

 

En 1933 également, Rodrigue Moreau [Nadeau ?] Était chef-garde à la rivière Jupiter et Bernard Lejeune père, cuisiner. Le trap boat remorquait une petite embarcation nommée Froom (?).

             
  Gibsone (Farrar), juge                            
                           

Monsieur le juge Farrar Gibsone allait juger les causes dans les cours de justice de toute la Côte-Nord.

             
  Chateau Menier                            
                           

Lionel Lejeune a été gardien de la Villa Menier. Il me raconte que personne ne pouvait entrer dans la Villa (même Charlie) s’il ne détenait pas un billet signé par Wilcox ou son secrétaire, Mongenais.

 

Il existait un inventaire de tout ce que contenait la Villa. C'est en 1945 qu’une femme fut envoyée de Grand'Mère pour aller chercher tous les meubles de la Villa, qui furent expédiés ensuite à Grand’Mère.

 

Une grande partie des livres de la bibliothèque furent détruits lors de l'incendie de l'hôtel.

 

D'après M. Lejeune, peu d'objets du château ont été donnés ou dispersés. Wilcox donnait parfois de petits objets, tels que des bouteilles de parfum.

 

En 1948, la Villa fut transformée en entrepôt où l'on remisait les poches de grain, les feuilles de contreplaqué et d'autres matériaux de construction.

             
  Anticosti Day                            
                           

La fête nommée Anticosti Day n'eut lieu que durant les années de Wilcox. Dans le temps des Menier, on fêtait la Saint-Jean et le 14 juillet. Après 1926, ces fêtes furent abandonnées.

             
  Chasse aux renards                            
                           

La chasse au renard (piégeage) : on commençait à préparer le terrain (c'est-à-dire à attirer le renard près des tentures) dès le mois de septembre.

 

Les pièges fermés étaient mêlés à l’appât (carcasses de chevreuils, trippes, poisson – excellent appât – ou encore les abats des animaux tués à l'abattoir).

 

 

Les pièges répandaient l'odeur et les renards s'habituaient à leur présence. Le meilleur appât était le crapaud de mer.

 

On ouvrait les tentures (groupe de pièges) en novembre et les premières captures étaient souvent nombreuses.

 

William Noël était garde à l’Anse-aux-fraises et cultivait les « betteraves à vaches » ; il trappait durant la guerre 1939-1945.

 

Le trappage a continué en 1946 et 1947 pour prendre fin en 1948.

 

On a fermé presque toutes les rivières, sauf les principales (Jupiter, Loutre, Saumon).

 

Il y avait les Lejeune qui trappaient dans la région de Port-Menier ; un autre à la Baie-Sainte-Claire, etc.

 

On abrillait les pièges avec de « l'herbe à outardes » (on avait besoin de trois ou quatre poches pour cacher une tenture) au lieu de papier ou de foin tel qu'on le recommandait.

             
  Boudreault (Francis)                            
                           

Francis Boudreault naviguait du côté sud de l'île ; il transportait le courrier, réparait la ligne, véhiculait les gardes, la nourriture, les matériaux, etc.

             
  Camp de garde (célibataire)                            
                           

Il y avait un camp de garde (célibataire) entre les rivières importantes, telles que la rivière McDonald, la rivière Patate, la Vauréal, la rivière Saumon et Fox Bay.

             
  Juge de paix                            
                           

Le juge de paix : Arthur Drolet, Eugène Chevalier, Mongenais, Bergeron et Charlie McCormick.

             
  Congédiements par Menier                            
                           

Menier, faute de travail, a congédié tous les Français venus de Saint-Pierre-et-Miquelon; seuls M. Chevalier et M. James sont demeurés à son service.

             
  Chasse illégale                            
                           

Léger Noël (policier) a convaincu Graham que les gens de l'île chassaient illégalement.

 

On a fait venir 4 ou 5 gardes de Rivière-Saint-Jean pour les surveiller.

             
  Caron (Capitaine)                            
                           

M. le capitaine Caron traitait ses subordonnés avec hauteur ; il exigeait qu'on le saluât à chaque rencontre.

             
  Rivière Canard (moulin à scie)                            
                           

Plusieurs Cayens ont travaillé au moulin à scie de la rivière Canard.

 

Le contremaître était Jos Lelièvre. Il a demandé à un M. Jomphur [?] d'aller mettre en poche de la « boucane ».

 

Après un effort, l'homme a répondu qu'il ne pouvait y arriver, car l’échelle était trop courte pour atteindre l'orifice de la cheminée!

             
  Cerfs - contrebande                            
                           

Il me raconte également que dans le temps de Létourneau il y eut de la contrebande de cerfs et qu'on a plus ou moins étouffé l'affaire. On transportait des cerfs avec le Fleurus jusqu'à Rimouski.

 

Le capitaine de navire (Duval ?) fut transféré sur une barge comme punition.

 

Il me dit qu'un de ses amis a vu un hydravion sur le lac Faure et qu'on y chargeait du cerf au vu et au su de Charlie McCormick.

             
  Iles-de-la-Madeleine (pêche)                            
                           

D'après M. Camille Lejeune, les gens des Îles-de-la-Madeleine ont obtenu l'autorisation de pêcher le homard à l'île d'Anticosti et Ernest Poulin fut chargé d'agir comme garde-chasse et garde-feu.

 

La pêche avait lieu de Fox Bay à Goose Point depuis 1948 ou 1949 jusqu'à (?)

             
  Phare Table Head                            
                           

Elzéar Perré était le gardien du phare de Table Head.

             
  Parc à outardes                            
                           

Il y avait un parc à outardes au bord de la rivière Gamache à 25 pieds du pont sur la rive droite et localisé sous les arbres.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis