(32)   Conversation avec Mme Leda Richard, 10 juin 1976

  Alaff Elleffson, norvégien                          
                           

M. Olaff Elleffson, Norvégien : son bateau a échoué près de Chicoutimi (?); une famille canadienne-française l'a recueilli et il a épousé une des filles de la maison.

 

Il est venu à l'île comme jobber en 1910 avec les Gagné du lac Saint-Jean. L'été, il demeurait à l'île et s'occupait de l'hôtel de Baie-Sainte-Claire.

             
  Lac Valiquette                          
                           

M. James Duguay : il a « gardé » le magasin du lac Valiquette où travaillaient Elleffson et d'autres contracteurs forestiers du lac Saint-Jean.

 

Les familles, telles que les Lavoie et les Gagné, habitaient dans des maisons construites sur la rive ouest du lac Valiquette.

             
  Suzanne Martin - sage-femme                          
                           

Mme Suzanne Lessard : elle s'appelait Suzanne Martin. M. Lessard a enseigné le métier de forgeron à Jos Rogers. Mme Lessard était sage-femme et a pratiqué ce métier surtout à Port-Alfred.

             
  Élisabeth Francis - sage-femme                          
                           

La mère de Mme Suzanne Lessard (Élisabeth Francis) était, quant à elle, sage-femme à l'île et accouchait les futures mères à la place Dr Schmitt. Ce dernier ne se dérangeait que dans les cas graves.

 

Élisabeth Francis a épousé David Martin; elle faisait les accouchements autour de l'île (de Baie-Sainte-Claire à la Pointe Sud-Ouest). Elle portait toujours un grand châle lors de ses déplacements.

             
  Wilfrid Duguay                          
                           

Wilfrid Duguay : c'est le frère de Mme Leda Richard (son père, James Duguay, a marié Marguerite Cyr). Wilfrid a été chassé de l'île par Martin-Zédé.

             
  Baie Ste-Claire                          
                           

le premier boucher était M. [espace blanc]; le deuxième, Anctil Poirier. Le premier boulanger était M. Roy, il déménagea bientôt à Baie Ellis.

 

M. Philippe Leblanc était responsable du magasin. MM. William Wright, Cabot et Philippe Leblanc étaient originaires de l'île Jersey (?). M. Galibois, chef garde-chasse, était détesté de tous.

 

 

Il y avait un charnier à Baie-Sainte-Claire, situé près du ruisseau sur la rive est, près de l'endroit où se trouve le deuxième pont.

             
  Lac Tyra                          
                           

D'après M. Eugène Chevalier, le lac actuellement connu sous le nom de Princeton se nommait autrefois le lac Tyra.

 

Le nom de Princeton a été donné en 1926. D'après Mme Léda Richard, c'est le lac Valiquette qui se nommait Tyra.

 

J'en doute, car l'épouse (de deux ans) d'Henri Menier est venue à l'île pour la première fois en 1911 et le chemin de fer atteignait l'endroit (le lac) connu aujourd'hui sous le nom de Princeton.

             
  Maison des relais                          
                           

Maison des relais : cette maison se situait entre des maisons habitées par des familles autour de l'île. Un célibataire habitait cette maison durant le temps de la chasse.

             
  Renards argentés                          
                           

Menier a vendu un couple de renards argentés à John (?) Beetz pour 2000 $. Ce couple avait été élevé dans le grand parc à renard.

             
  Docteur Schmitt                          
                           

Mme Schmitt vivait encore au Canada en 1948. Le Dr Schmitt se serait suicidé en prenant une pilule. Cette information a été fournie à M. Chevalier par M. Lerouzès.

             
  Exploitation forestière                          
                           

En 1926, la Consol a utilisé le chemin de fer de Menier (22 milles pour ce qui est du tronc principal) et des fourches de Whitehead à Princeton pour couper du bois.

 

La Consol a simplement « bûché plus large ». La Consol a construit l'embranchement du lac Anna et le Jack Ladder en 1927.

 

De 1926 à 1929, elle a utilisé des tracteurs de marque Lynn (il y en avait trois) et deux Caterpillar pour l'exploitation forestière.

             
  Les trains                          
                           

«Le Fast » : ce train provenait du lac Saint-Jean et portait alors le N°14. À l’île, il avait le N°5. Ce train a été acheté en 1911 usagé.

 

Le Baldwin : ce train portait le N°4. La locomotive, fabriquée à Philadelphie, avait été achetée neuve et était la meilleure des cinq.

 

La « Shell Engine Easler », qu’on appela « Dunkey » : il y en avait deux, les N° 2 et N° 3. On s'en servait pour monter des charges de bois sur le tressel.

 

L’Anticosti N°1 : fabriquée à Montréal en 1910. La locomotive Decauville était insuffisante pour répondre aux besoins, qui augmentaient.

 

Les locomotives Nos 2, 3, 4 et 5 sont arrivées après l'année 1910 (entre 1911 et 1913).

 

 

Tous les printemps, on mettait au travail 25 hommes pour nettoyer partout : le village, les fermes, le terrain du Château, la route, etc.

             
  Le système Bliss                          
                           

Le système Bliss pour fabriquer et sceller les cannes de homard et de saumon a été abandonné quand Galibois a amené sur l'île un nouveau système de mise en conserve.

             
 

Jos Duguay - chemin

Baie Ste-Claire

                         
                           

C'est le père Jos Duguay, télégraphiste à la rivière Becsie, qui a montré aux ingénieurs où tracer le chemin entre Baie-Sainte-Claire et Port-Menier et celui de l’Anse-aux-fraises.

             
 

Les bouilloires - Port Menier

                         
                           

Les bouilloires (deux boilers) situées dans la menuiserie de Port-Menier chauffaient l'église, le magasin, l’Office, le Régal de la maison des commis et le Grand Camp, mais pour quelques heures par jour seulement.

 

Les deux bouilloires étaient dans la menuiserie actuelle et on allait chercher le bois l'hiver sur le cap Henri.

             
 

Bûcher la forêt - chauffage

                         
                           

Martin-Zédé avait fait bûcher la forêt en X pour y chasser le cerf de Virginie. On chauffait l'hiver seulement.

 

Le bois était traversé à l’aide de chevaux sur la glace de la Baie Ellis.

 

Tancrède Girard disait, lorsque les vents étaient violents et le froid intense, aux hommes chargés de couper le bois de se protéger le visage en tenant un bardeau plaqué contre la joue exposée au vent.

 

Un jobber nommé Dufour a bûché le bout du cap Henri pour la Consol en 1926-1927 et jetait le bois dans la Baie Ellis. Une estacade empêchait le bois de se perdre dans la mer.

 

 

Comme mentionné ci-dessus, Martin-Zédé avait fait bûcher la forêt du cap Henri en X avec une clairière de 600 pieds de côté au centre.

 

Les couloirs avaient une largeur de 75 pieds. Cette coupe a été faite en 1919 et 1920.

             
 

Ferme St-Philippe et St-Jacques

                         
                           

Au 5-milles, à gauche de la route, il y a un grand champ qui a déjà porté le nom de ferme Saint-Philippe.

 

Ce champ de 300 par 250 pieds a déjà été ensemencé de foin et d'avoine.

 

Un autre champ analogue, situé au 10-milles, a déjà porté le nom de ferme Saint-Jacques.

             
 

Lac Anna

                         
                           

Le lac Anna a servi de « cour à bois »; on coupait l'hiver dans la région du lac et le bois était déposé sur la glace de celui-ci.

 

Le Jack Ladder chargeait ce bois sur les wagons au printemps.

             
 

Déficit 1918

                         
                           

Après 1918, M. Menier fait un déficit de 280 000 $ par année. Le seul revenu était celui de la chasse jusqu'en 1926 (et de la pêche sportive à compter de 1924).

 

             
 

Fox Bay - homarderie

                         
                           

La homarderie de Fox Bay a fermé ses portes en 1917-1918. Après 1918, le contremaître McQuinn était payé 1500 $ par année « en cas de besoin ».

             
 

Graham - démolisseur

                         
                           

Il y avait des maisons sur la colline derrière la rue du Cap blanc. Graham les a fait démolir ainsi que les bâtiments de la ferme Rentilly.

 

La maison de la ferme Rentilly avait été transportée de Baie-Sainte-Claire par le jobber Harrison.

 

D'après Ernest Poulin, Graham démolissait plus qu'il ne construisait et avait « un oeil pour les femmes ».

 

 

La Maison des ingénieurs a été transportée sur rail et tirée par des chevaux jusqu'à son endroit actuel.

 

On a construit le couvent en avant de cette maison, qui est devenue la cuisine des religieuses. La maison des ingénieurs a servi de presbytère avant 1925 (?).

             
 

Ernest Poulin

                         
                           

M. Ernest Poulin a pêché du homard à Fox Bay pour la Consol de 1946 à 1953.

             
  Wilfrid Duguay                          
                           

Wilfrid Duguay : c'est le frère de Mme Leda Richard (son père, James Duguay, a marié Marguerite Cyr). Wilfrid a été chassé de l'île par Martin-Zédé.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis