(4)  Toponymie 1

  Eugène Chevalier père                            
                           

Eugène Chevalier père est arrivé à l'île en septembre 1904 de Saint-Pierre-et-Miquelon.

             
  Martin-Zédé menteur                            
                           

Martin-Zédé était très menteur (par exemple, il avait acheté une machine à fabriquer du bardeau, mais, comme il n'y avait pas de bois à l'île pour faire du bardeau, il informa Menier que M. Chevalier avait acheté l'appareil et non lui).

             
  Château Menier                            
                           

Le Château : à l'arrière, on trouvait une glacière et aussi une volière.

             
  Douanier                            
                           

Douanier : le premier douanier de Baie-Sainte-Claire se nommait Fraser; il fut remplacé par Arthur Drolet (officier de douane).

             
  Entrepôt - Cap blanc                            
                           

Entrepôt : lorsque l'on construisit l'entrepôt N°2 en 1909, quelques familles l’habitèrent en attendant la construction de la rue du Cap blanc. 

             
  Brake                            
                           

Brake : il servait au début au transport des ouvriers agricoles, à la fin, au transport des équipes sportives et pour les loisirs. On jouait aux boules à la Baie-Sainte-Claire.

             
  Musique                            
                           

Musique : les instruments de la fanfare furent jetés au dépotoir en 1927.

             
  Quai Baie-Ellis                            
                           

Quai : il fut coupé en deux en 1932 ou 1933 et l'on creusa le canal près de l'hôtel pour le réparer. 

             
                            Rivière Gamache                          
                           

Cette rivière est celle qui passe à l'arrière de la Pointe du Château. Elle prend sa source dans le lac Saint-Georges, mais est cependant en presque totalité souterraine.

 

Le débit d'eau a beaucoup diminué depuis que l'on a creusé un canal pour drainer la grande plaine derrière l'hôtel et aussi pour obtenir du gravier afin de réparer le quai.

 

Le creusage du canal près de l'hôtel (entre l'hôtel et le trou de gravier où on a installé les petits camps) eut lieu en 1922 avec la locomotive N°3.

 

Ceci assécha la plaine située à l'est de la route. C'est cette rivière que Martin-Zédé a remontée lors de sa visite du mois d'août 1896. Le lac se nommait alors lac Gagnon.

                         
                            Rivière Diane                          
                           

Martin-Zédé la nommait ruisseau Barbarin. Elle n'existe plus. En effet, en 1971, on l'a barrée pour la faire couler dans la rivière Plantain en amont du pont; c'est la rivière de droite.

 

La rivière Diane prenait sa source dans le lac Gamache et en 1926 on avait fabriqué une « Slooce » pour draver cette rivière jusqu’à la rivière Plantain.

 

Lorsque la drave prit fin, la rivière reprit son ancien cours (qu'elle avait d'ailleurs toujours conservé).

 

En 1971, on barra définitivement la rivière, qui se déverse maintenant dans la rivière Plantain près du pont.

                         
                            Roue à eau du château                          
                           

la roue à eau du Château fut construite en 1923. Le moteur à vapeur fut installé plus tard.

 

La turbine de 50 forces du canal Saint-Georges fut installée en 1922 pour alimenter en électricité le Château de même que les maisons commerciales et industrielles du village.

                         
                            FAUNE (wapiti, cerfs)                          
                           

M. Chevalier affirme que quatre élans (elk ou wapiti en anglais), dont deux femelles et deux mâles, furent introduits en 1925.

 

Ceux-ci se sont reproduits, mais il n'y eut que des mâles. Une femelle était en mauvais état (aveugle) et a eu un petit. Ces animaux étaient dangereux. L'un d’eux a encorné Edmond Plourde. Ce dernier a été tué vers 1933.

 

Trois wapitis furent [en fait] introduits en 1919, deux femelles et un mâle. C'est en 1920 que deux d'entre eux (un mâle et une femelle) furent envoyés à la rivière Jupiter.

 

Une femelle s'était brisé une patte en se baladant dans le Grand Camp en démolition. Elle fut tuée.

 

Les deux wapitis de la rivière Jupiter furent probablement abattus par le gardien du phare de la Pointe Sud-Ouest, M. Léopold Lemieux. Ces animaux ne se sont pas reproduits. Le garde-chasse à cette époque était M. Gagnon.

 

Cerfs de Virginie : il y avait à L’Islet des Morin qui ont participé à la capture des cerfs (sous-contractants). Il y avait aussi un nommé Paquet. Ils étaient gardes-chasses à cet endroit.

                         
                            Locomotives                          
                           

Les Nos 3 et 4 étaient des Eisler ayant un joint universel dans les roues et un « crank shaft » à un seul angle. Cela lui permettait des manoeuvres dans les courbes.

 

On s'en servait pour monter le bois sur le tressel. Ces locomotives furent achetées neuves. La N°4 était très souple au fonctionnement en terrain difficile.

 

La N°5 : cette locomotive fut identifiée comme étant la N°14 qui fit la navette des passagers entre Québec et le lac Saint-Jean.

 

Il s'agit de la première locomotive à transporter des passagers au lac Saint-Jean.

 

Locomotive N°4 : c'était une Baldwin achetée neuve à Springfield. Elle a été vendue pour la scrap en 1939.

                         
                            Moulins à scie                          
                           

Le moulin de Baie-Sainte-Claire était toujours utilisé en 1920. Il fut défait en 1921 et amené à la rivière Canard.

 

Le moulin de la rivière Canard était en service dès 1922. On y fabriquait madriers et planches de toutes dimensions pour la construction des camps de chasse et de pêche du tour de l'île.

 

Le bois qui servit à la construction des fermes Saint-Georges et Rentilly, de même que pour la construction de Port-Menier, provenait de deux scieries : celle du Grand Makasti est celle de l’Anse Caron.

 

Mis en opération vers 1900-1901, ces moulins furent utilisés jusqu'en 1909-1910.

 

Les matériaux qu'on y produisait servirent également à la construction des camps de la rivière Jupiter.

 

Le moulin à scie près du lac Saint-Georges ne fut en service que durant deux ans. Il fut construit dans le temps d'Ashbaugh (en 1914).

 

Le scieur était un nommé Fournier, le limeur, un nommé Turcotte (voir photos de celui-ci dans le moulin de Port-Menier) et le scaleur, un nommé Green. Ce moulin fut détruit au cours des années 1930.

                         
                            Ferme Rentilly                          
                           

Voici la liste des bâtiments qu'on n'y retrouvait : maison principale, vacherie (écurie), grange à foin, forge, poulailler, camp des hommes, hangar, puits (débit de 2,5 gallons d'eau en un coup de pompe).

 

On y cultivait du foin, de l'avoine et de l'orge. On y élevait des animaux, comme à l’Anse-aux-fraises.

 

Elle fut abandonnée en 1927. À ce moment, le gérant de la ferme était Francis Duguay (père de Georges).

 

Îles Jersey : il y avait quelques familles à Anticosti qui sont venues des îles Jersey à l'invitation des Stockwell; il s'agit entre autres de Francis Cabot et de Philippe Leblancq. Le voyage durait environ 48 jours.

                         
                            Ferme Ménardière                          
                           

Cette ferme devait occuper tout l'espace entre la rivière Plantain et le fond de la baie Jolliet.

 

On voit encore aujourd'hui le « chemin de la Ménardière » située à environ 1000 pieds du pont de la rivière Plantain en direction de Baie-Sainte-Claire.

                         
                            Lorenzo Malouin                          
                           

Il remplaça Alfred comme gardien du phare de la Pointe Ouest. Il se donnait le titre de surintendant du télégraphe à Anticosti.

 

Il voyait aussi à l'entretien de la ligne sur toute l'île depuis le Grand Makasti jusqu'à Fox Bay.

 

Il s'est vanté de son titre et cela a fait enrager Martin-Zédé et Menier, qui ont obtenu de l'intendant ou responsable général des communications à Ottawa, M. Gobeil, la responsabilité du télégraphe autour de l'île à la place de Lorenzo.

 

C'est alors que l'on installa le téléphone autour de l'île, qui fut branché sur le fil télégraphique.

 

En échange, M. Gobeil demanda la croix de la Légion d'honneur pour ses services militaires en France de 1914 à 1918 et il l’obtint.

 

Lorenzo perdit son titre de noblesse et cela blessa son amour-propre.

                         
                            Flying family                          
                           

Flying Family : cette famille américaine du nom de Hutchinson, et composée du père, de la mère et de deux filles, entreprit le tour du monde en avion en 1932.

 

On comptait en tout sept personnes à bord de l'appareil (un pilote, un mécanicien et un navigateur en plus de la famille).

 

L'appareil se déposa dans la baie Ellis en 1932 (photo, M. Chevalier) pour faire le plein et éprouva des difficultés de moteur au décollage.

 

L'appareil atteignit le Groenland (atterrissage non autorisé, 180 $ d'amende) puis dut se déposer sur la mer entre l'Islande et le Groenland.

 

On alla à leur secours; l'appareil fut abandonné.

 

Le gouvernement américain refusa ensuite d’autoriser la reprise cette aventure à cause des enfants en bas âge à bord.

                         
                            Chasse                          
                           

C'est en 1918 et 1919 que Martin-Zédé donna l'autorisation à ses gardes-chasses de tuer, pour leurs besoins, chevreuil, lièvre, perdrix, canard et autre gibier à plumes (sauf dans ses lacs).

 

Les animaux à fourrure (renards, castors, loutres, martes) ne pouvaient être chassés sans une autorisation spéciale. Les gardes prêtaient serment.

                         
                            Avion                           
                           

Avion : M. Eugène Chevalier possède une photo montrant le premier avion à venir sur l'île.

 

Il y a quelque chose d'écrit à l'endos de la photo, mais comme celle-ci est coupée, l'information est incomplète. Voici ce qu'on peut y lire : Bert McClatchey (chey est incertain); Mecanic Engineer of flying boat G-CYD; To Mr and Mrs A.B. (?)

La photo fut prise le 15 septembre 1922. Où ?

 

Cet avion s'est déposé à l'île en 1922 après avoir fait un arrêt à la rivière Canard à cause de difficultés dans le système de refroidissement. Il parvint à Port-Menier et amerrit dans la baie Ellis.

                         
                            Chargement du bois                          
                           

Avec les locomotives, on chargeait les barges en 25 heures (du temps de Menier).

 

En 1926 et 1927, avec le nouveau système, cela demandait de 36 à 42 heures. On manipulait le bois deux fois avant de le charger.

 

Le système avait été conçu par le premier ingénieur de la compagnie, M. Thomson, de Montréal.

 

Le « Bucket » pesait 7 tonnes et pouvait soulever 5300 livres de bois (une petite corde).

                         
                            Wellie Simard                          
                           

Il était jardinier (infirmiers de l'hôpital de Baie-Sainte-Claire) à la Baie-Sainte-Claire puis à la ferme Saint-Georges.

 

Il était originaire de la Côte-Nord près de La Malbaie.

 

Il épousa la fille de Eudore Roy (fils de Louis Eudore Roy et de Leosura (?) Gingras, mariés le 23 septembre 1907), boulanger à Baie-Sainte-Claire.

 

Il quitte l'île pour se rendre à Ottawa. Il devint agronome et alla pratiquer sur la Côte-Nord.

                         
                            Voitures                          
                           

Menier avait acheté, en 1925, une voiture de marque Maxwell pour l'usage de ses principaux employés.

 

Le docteur Powell était propriétaire d'une Simplex. Lorenzo Malouin avait une Chevrolet.

 

En 1927, Valiquette avait une Ford T et ensuite, en 1928, une Chrysler.

                         
                            Exportation de cerfs                          
                           

De 60 à 70 cerfs ont été exportés de l'île au lac Saint-Jean vers 1950. Ils ont été achetés par l'industriel Murdock.

 

Les cerfs étaient gardés à l’île dans l'ancienne écurie. On en a capturé 75 et envoyé environ 70.

                         
                            Tracteurs                          
                           

Il y avait des tracteurs « à steam » dans le temps d'Ashbaugh. Ces tracteurs se nommaient « log hauler » et étaient fabriqués comme une locomotive avec des chaînes sous les roues.

 

Ces tracteurs ont été utilisés de 1910 à 1913 pour le transport du bois, surtout sur le chemin de Swing (Swain.)

                         
                            St-Pierre-et-Miquelon                          
                           

Les Français de Saint-Pierre-et-Miquelon : MM.Apestiguy, James, Tillard, Isard et Gauthier, tous de Saint-Pierre-et-Miquelon, allèrent à la guerre 14-18.

 

M. Chevalier père était trop âgé et surtout légèrement handicapé d'un bras pour y aller.

                         
                            Camps de pêche                          
                           

D'après M. Chevalier, les camps de pêche suivants furent construits vers 1920 : Sainte-Marie (1920) Chaloupe-Creek (vers 1923), Becsie (avant 1920), la Loutre (avant 1920), la Chicotte et la Galiotte en 1918-1919.

 

Lorsqu'il existait déjà une maison, comme à la rivière McDonald, on la réparait et on l'agrandissait, sinon construisait une nouvelle habitation : Fox Bay, Saumon, Voréal, Patate et McDonald.

                         
                            Patates                          
                           

William Noël, originaire des Îles-de-la-Madeleine, introduisit la patate bleue à l'île en 1928 ou 1929. Sa mère ne demandait pas un sceau de patates, mais une brassée…

 

On ne les entassait par pêle-mêle, on les cordait (les plus grosses pesaient 1,5 livre).

                         
                            Jos Duguay                          
                           

Il était télégraphiste et demeura à la rivière Becsie (au télégraphe) jusqu'en 1896.

 

À cette date, il entra au service des Menier comme garde-chasse tout d'abord, puis pour de très nombreuses années comme responsable de la poste et du télégraphe, d'abord à Baie-Sainte-Claire puis à Port-Menier.

 

C'est lui qui aurait « plaqué » le chemin qui conduit de Baie-Sainte-Claire à Port-Menier.

                         
                            Martin-Zédé                          
                           

M. André James rencontra Martin-Zédé au front, plus précisément en Salonique, Grèce, base d'opérations des prises alliées d'Orient (1915-1918).

 

Il avait le grade de colonel et était interprète dans l'armée anglaise (1914-1918).

 

Après son départ de l'île, les gens d'Anticosti ne reçurent aucune nouvelle de ce dernier ils en recevaient des Meuniers, mais jamais il n'entendait parler de Martin-Zédé. Sauf à l'occasion de son mariage (en 1926), que quelqu'un a rapporté.

 

Il se serait marié à l'âge de 74 ans.

                         
                            Huîtres                          
                           

M. Eugène Chevalier me dit que les huîtres déposées dans la baie Ellis avaient été mises à la mer à deux endroits : en face du Cap blanc et dans la baie Jolliet, près d'un regroupement de roches. C'était vers 1911.

 

L'année suivante, on ne retrouvera que des coquillages.

                         
                            Tancrède Cabot                          
                           

Ce personnage avait pour père Francis Cabot; il est né à Anticosti, quitta l'île en octobre 1934 et mourut à Québec. Il était chef mécanicien, mais connaissait peu de choses.

 

Il était toujours en dispute avec M. Eugène Chevalier, qui travaillait pour lui.

 

Lorsqu'il quitta l'île, il devint responsable de la chaufferie de l'hôpital Saint-Sacrement à Québec.

                         
                            Torpédo                          
                           

Il s'agit d'un explosif que l'on dépose sur les rails de chemin de fer en cas de danger. Une explosion de torpédo : attention; deux explosions : danger, stop. Ils servaient à signaler des troubles sur la voie.

                         
                            Lerouzès                          
                           

Il fut le premier enseignant de l'île (il y eut, je crois, une ou deux demoiselles avant Lerouzès).

 

Il était excellent photographe et prit à l'île, de 1897 à 1908, un très grand nombre de photos. Il vendit ses albums à M. Henri Menier pour une bouchée de pain.

                         
                            Ferme St-Georges                          
                           

Les gérants de la ferme Saint-Georges : MM. Parent, Bouchard, Mercier, PucetYerly, Lapipe et Albert McCormick.

                         
                            Ashbaugh                          
                           

Il aurait quitté l'île en 1918 avec beaucoup d'équipement de Menier pour son installation de Port-aux-quilles (près de Franklin). Il aurait tenté de démonter la locomotive N°4.

                         
                            Philippe Bouchard                          
                           

Philippe Bouchard remplace M. Parent à la ferme Saint-Georges et Wellie Simard devint son jardinier.

 

Ces deux hommes quittèrent l'île en 1920. Simard était aussi infirmier et aidait le docteur Willie Verge (lui volait de l'alcool).

 

Il était arrivé à l'île au début du temps des Menier (1896).

                         
                            Télégraphe                          
                           

Lac salé : MM. Grégoire Cyr et A. Boudreault étaient responsables de la ligne de télégraphe du tour de l'île.

 

Ils habitaient le Grand Lac Salé et voyageaient dans les deux directions.

                         
                            Radio                          
                           

Le code de la radio Marconi de M. Renaud à l'île était FR-Anticosti.

 

Il eut des réponses de son émission culturelle d'Ottawa à l'île du Cap Breton.

 

Tout tombe en 1926. La compagnie n'est pas intéressée.

                         
                            Gamache                          
                           

La fille aînée de Gamache (de sa deuxième femme) écrivit au capitaine Pelletier vers 1925 pour demander si les deux épinettes plantées sur la tombe de ses parents étaient toujours là et avaient poussé.

 

Il l’invita à venir à l'île, mais elle ne put s'y rendre à cause de son âge avancé (94).

                         
                            Locomotives                          
                           

Chargement du bois de 1926 à 1929 : quand la compagnie acheta l'île en 1926, les locomotives furent en service toute l'année 1926 et en 1927 pour réparer le quai, construire le « Warf Cargo » et prolonger d'une centaine de pieds le quai principal.

 

Les autres années, en 1928 et 1929, les locomotives étaient utilisées environ six mois (l'été).

 

De 1930 à 1939, on n’utilisa qu’occasionnellement une locomotive, la No1 (pour réparer le quai en 1932, par exemple).

 

On se servait de la petite Decauville pour le transport de la marchandise et des passagers depuis le quai jusqu'au magasin et aux entrepôts.

 

M. Chevalier a transporté par train le bois du lac Anna.

                         
                            70 hommes (1926-29)                          
                           

Le « Yard Master », de 1926 à 1929, était un nommé McHenry, souvent saoul et toujours désagréable.

 

À l'automne de 1926 et l'hiver de 1927, le « yard man » McHenry et 70 hommes, plus un commis, s'installèrent (d’octobre au 10 janvier) au Whitehead (?)

 

Pour couper et transporter à la main du bois de pulpe en 12 ou 16 pieds.

 

On n’avait qu'un cheval, qui servait au transport de l'eau. On ne récolta que 40 cordes de bois, dont 10 pourrissaient encore le long du chemin du Whitehead (sur les rollways).

 

Un excellent charpentier du nom de Baillard avait construit des « camps » sur les flat cars pour loger les 70 hommes.

 

Ceux-ci étaient pour la plupart d'origine européenne : des Tchèques, des Polonais, des Yougoslaves, etc. ; il y avait aussi des Canadiens. Un Finlandais nommé Nickerson fabriquait les dormants pour le chemin de fer.

 

Ces hommes réparaient également le chemin de fer. À compter de 1928 ou 1929, il ne restait plus que quelques hommes pour s'occuper de l'entretien de celui-ci. Cela suffisait.

 

Après le 10 janvier 1927, les 70 hommes furent mis en devoir de récolter la glace nécessaire aux glacières du village, du Château et des fermes.

 

Ils travaillaient tellement lentement qu'on manqua de glace et que certaines glacières furent vides en 1927.

                         

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis