(89)  Visite chez Monsieur Lionel Lejeune, le 1er septembre 1980

Lionel Lejeune

  Chevreuil en canne                            
                           

Les gardiens autour de l'île étaient autorisés à mettre le chevreuil en canne et à vendre celles-ci au magasin du village.

 

Certains gardiens de phare (dont Marcel Duguay) mettaient du chevreuil en boîte et le vendaient sur le marché à Québec.

 

Il faisait expédier les boîtes par le château de ravitaillement.

             
  Le Jolliet                            
                           

Le Jolliet : lorsque l'on utilisait les voiles et le moteur, la vitesse de 15 nœuds pouvait être atteinte.

 

Le bois du Jolliet avait été coupé sur l'île ; il s'agissait surtout de pin.

 

Les mâts provenaient d'une autre goélette (le Wick), échouée à l’Anse-aux-fraises ; il était fait de pin de Colombie-Britanniques.

             
  Le Fleurus                            
                           

Le Fleurus : lorsque ce navire arriva à l'île en 1926, il contenait trop de vaisselle.

 

Une partie de celle-ci fut envoyée au Château et par la suite transférée à l'hôtel du village, puis détruite lors de l'incendie de 1947.

 

Le Fleurus initialement fonctionnait à vapeur (chaudières chauffées au charbon) ; cette chaudière fut remplacée par des brûleurs à l'huile puis par un moteur diesel provenant de locomotives (de 900 forces).

 

Sa vitesse maximale était de 10 à 11 nœuds. La compagnie Traverse de Lévis a acheté le moteur à vapeur du Fleurus mais ne l’a jamais utilisé.

             
  Navires - courrier et marchandise                            
                           

Quelque navire qui venait de livrer le courrier et la marchandise à l'île avant 1926 : le North Shore (ancien voilier), le North Voyageur, le Caluma et le Gaspesia. Ils appartenaient tous à la compagnie Clarke Steamship. Ces navires étaient en bois (en acajou, en teck, etc.).

             
  Navires - ravitaillement de phare                            
                           

Voici quelques noms de navires qui ont été utilisés pour le ravitaillement des phares à l'île d'Anticosti à l'époque de la crise économique dans les années 30 : Le Mar Dept (Marine Department) et le Loose [?]. Les capitaines étaient Alcide et Amédé Caron.

 

Ces navires cessaient leurs activités le dimanche et jetaient souvent l'ancre dans la baie Ellis.

             
  Willy Simard, agronome                            
                           

L'agronome présent à l'île vers 1905, M. Willy Simard, est revenu en 1925.

 

Il était au service des soeurs de la Charité à titre de jardinier et pour s'occuper de l'entretien du couvent. Il a terminé ses activités à l'île en 1929.

             
  La famille Duguay                            
                           

Les personnes suivantes de la famille Duguay étaient frères :

 

Joseph (Jos), Jimmy, Placide, Arthur et Francis. Placide Duguay, gardien de la rivière Chaloupe, télégraphiste, puis gardien du phare de la Pointe Sud-Ouest, était le père de Georges, Roland (décédé accidentellement à la rivière Chaloupe des suites d'une décharge de fusil de chasse), Marcel, gardien du phare de la Pointe-Ouest après la mort d'Horacio Malouin, Séverin, Sauveur (qui a remplacé son père comme gardien du phare de la Pointe Sud-Ouest après le décès de son père survenu en 1940), Florida et Florence.

 

Séverin fut remplacé par les deux frères Ferguson, originaire du Cap des rosiers (Gaspé).

             
  Fourrures 1920-1945                            
                           

Au cours des années 1920-1945, les fourrures de l’île étaient vendues surtout à Montréal.

 

Une fois ramassées par les gardes mobiles à la fin de la période de chasse, des deux côtés de l'île, nord et sud, les fourrures étaient, après inspection, envoyées à Montréal par avion.

 

Le parc à renard de la ferme Saint-Georges fut fermé en 1939; le renard ne se vendait plus. Les surveillants de ce parc furent Small puis McGuiness.

             
  Vente de l'île                            
                           

D'après M. Lejeune, Gaston Menier ne voulait vendre que les droits de coupe en 1926 et non l'île. C’est Martin-Zédé, qui avait besoin d'argent, qui s'organisa pour vendre l’île.

             
  Baie Ste-Claire                            
                           

En 1926 également, il y avait à la Baie-Sainte-Claire trois gardes-chasse : Lorenzo Duguay, André James et Jimmy Duguay. Ce dernier était à sa retraite.

 

C'est lorsque l'on a divisé le Grand Camp en appartements que les derniers occupants de l’Anse-aux-fraises et de Baie-Sainte-Claire vinrent s’établir à Port-Menier.

             
  Forgeron                            
                           

Le forgeron de l'île avant 1921 était M. Thomas (Tommy) Lessard.

             
  Incemore (navire échoué)                            
                           

Lorsque le navire Incemore s’est échoué (en 39-40) près du Cap de l'est, M. Bernard Lejeune père était gardien à Fox Bay.

 

Le navire transportait de la vaisselle, des motocyclettes, du renard, des chapeaux, des chaussures, etc. Il y eu un pillage.

 

Le neveu de Robert Galibois, Montcalm Galibois, vint faire enquête à Port-Menier et à Havre-Saint-Pierre.

             
  Lionel Lejeune                            
                           

Lionel Lejeune est entré au service du capitaine Pelletier en 1927.

             
  Bois                            
                           

Les grues pour le chargement du bois n’ont sevi que pendant l'été de 1927-1928.

 

La voie surélevée (tressel) et les panneaux de chargement ont été construits en 1928-1929, c'est-à-dire pendant l'hiver de 1928-1929.

 

On a chargé les barges avec ce nouveau système en 1929-1930.

 

La voie surélevée pour le chargement du bois dans les barges fut construite par M. Bernard Lejeune fils en 1926 , comme celle de 1946.

 

En 1946, le système de chargement ne permettait le chargement que d’une barge à la fois.

             
  Bucherons                            
                           

En 1927, plusieurs ouvriers forestiers étaient d'origine polonaise. Tous les immigrants étrangers portaient le nom de « Pollocks ». Ils demeuraient dans des camps construits sur la plate-forme de wagons de chemin de fer, wagons dits à fond plat.

 

Il y avait des Russes, des Yougoslaves, des Tchécoslovaques, des Bohémiens, etc. On les payait 35 ¢ l’heure.

 

Ils venaient à Anticosti faire de l'argent et étaient embauchés à Montréal; on les transportait à l'île par le Fleurus. Ensuite, ils retournaient dans leur pays.

 

Un immigrant russe du nom de François Smirnoff fut arrêté pour vol Montréal, un an après son départ de l'île où il avait travaillé à l’entrepôt.

 

Les meilleurs bûcherons parmi les immigrants étaient ceux originaires de la Finlande.

 

Ils pouvaient couper jusqu'à 5 cordes de bois par jour entre 5h du matin et 15h. Les ingénieurs recevaient 1$ l’heure, les contremaîtres 60 ¢ et les journaliers 35¢.

             
  Compagnie Foundation                            
                           

Compagnie Foundation : en 1926-1927, la compagnie Foundation avait retenu tout le Club pour loger son personnel.

 

Le haut du Club était cependant réservé aux « jumpers », c'est-à-dire à ceux qui quittaient leur travail avant la fin de la saison d’ouvrage.

 

Ils pouvaient demeurer deux ou trois mois à attendre un bateau qui les fasse sortir de l'île.

 

Cette compagnie a construit l'embranche-ment du quai (brise-lames), a rallongé le quai de 100 pieds, a construit les grues, dragué le fond entre les deux quais, fabriqué l'estacade et la cage pour l'estacade.

 

Ils pouvaient couper jusqu'à 5 cordes de bois par jour entre 5h du matin et 15h. Les ingénieurs recevaient 1$ l’heure, les contremaîtres 60 ¢ et les journaliers 35¢.

             
  Bernard Lejeune                            
                           

Une machine à faire des javelles (bundles) fut amenée de Suède, les ingénieurs suédois ne purent la réassembler, ne comprenant pas les plans; c'est Bernard Lejeune (fils) qui réussit à reconstituer la machine.

 

Ce dernier n'avait que trois années de scolarité ; il occupait le poste de contremaître et recevait ses ordres de Tancrède Girard.

             
  Empereur de Montréal (navire)                            
                           

En 1926, lorsque les contracteurs forestiers arrivaient avec leurs chevaux, on dut importer du foin et c'est le navire Empereur de Montréal qui vint apporter une grande quantité de balles de foin qui furent empilées dans la cour entre le Camp et l'Hôtel.

             
  Poulin                            
                           

Anselme Poulin et son fils Aurèle étaient d’excellents menuisiers.

             
  Jobbers                            
                           

Voici quelques autres jobbeurs qui avaient des contrats de coupe à l'île en 1926 : M. Lorenzo Saint-Pierre, dont le camp était situé sur la rive gauche du ruisseau Diane, et M. Jean Dufour, qui avait son camp sur la rive droite du ruisseau.

 

Messieurs Bleaud et Le Goffre, des Bretons, avaient un camp commun situé près du chemin qui menait au Makasti, au sommet de la côte, non loin de la maison de Jos Lejeune.

 

Ces deux Bretons avaient amené des bœufs et M. Bleaud transportait le bois avec ces bœufs et non des chevaux.

 

Dans l'îlot de bois près des maisons Lejeune, en direction du village, il y avait deux jobbeurs Pilote.

 

En face de chez Wilcox, mais situé de l'autre côté de la rivière, près du parc à truite No 2, on trouvait deux jobbeurs : MM. Gautier et Fillion.

 

Il y avait plusieurs jobbeurs autour de la baie Ellis ainsi qu'à la rivière Becsie (McDonald), Canard (Molly et Francoeur), etc. En 1926-1929, on bûchait l’hiver seulement.

 

L'été, les bûcherons travaillaient au quai (surtout en tant que mesureurs) et au moulin à scie. En 1946, on coupait l'été et non l'hiver.

             
  Camp sur le quai (1927)                            
                           

Le camp construit sur le quai en 1927 avait trois étages. Au rez-de-chaussée, la cuisine, et la salle à manger; au premier, un dortoir pour les hommes du premier quart (de jour) et au deuxième, un autre pour les hommes du deuxième quart (de nuit).

 

Ces hommes travaillaient au chargement du bois. Le camp fut défait dans le temps de Graham.

 

Tout près, il y avait un camp pour les contremaîtres ; cette maison fut construite sur le même emplacement où était située la maison du gardien construit à l'époque des Menier.

 

Cette maison avait brûlé. À l'autre extrémité du Camp, du côté est, il y avait une petite maison qui servait pour l'inspecteur médical.

 

Cette petite maison était construite sur un aileron du quai (brise-lames); il en était de même pour la maison du garde. [Plan du site.]

             
  Rue Canard                              
                           

C'est dans le temps de la grande crise que les maisons de la rue Canard furent démolies. Le bois servit à réparer les autres maisons du village.

             
  Parc à Outarde                            
                           

Une photo prise au sommet de la tour à eau (château d'eau) vers 1955 montre un enclos situé entre l'Hôtel et la Maison blanche.

 

Il ne s'agit pas d'un court de tennis mais d'un parc à outardes construit par M. Létourneau. Une nuit, un inconnu a tué toutes les outardes.

             
  Le grand camp                            
                           

 

Avant la transformation du Grand Camp, le rez-de-chaussée était occupé, au centre, par une cuisine, à une extrémité par une grande salle à manger et à l'autre par l'école. Le premier étage était un vaste dortoir.

 

C'est à la suite de la transformation de l'entrepôt No 2 en église que l'on décida d'aménager l'école à l'extrémité sud de cette nouvelle église.

 

L'espace occupé par l'école dans le Grand Camp est transformé en appartements et les élèves sont déménagés dans la section arrière de l'église.

             
  La maison des ingénieurs                            
                           

Lorsque l'on transforma la Maison des ingénieurs en couvent en 1925, la partie de l'église où se trouvaient les classes (ancien entrepôt) devint le presbytère.

 

Celui-ci se trouvait [auparavant] dans la Maison des ingénieurs.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis