(111)   Propos de M. Joseph Lejeune, rencontre du 30 avril 1977

  Famille Lejeune                            
                           

M. Joseph Lejeune habite à Villeneuve, rue Montreuil. Il est natif de l'île d'Anticosti et y est né en 1907.

 

Son père était Joseph (Jos) Lejeune, palefrenier à l'emploi d'Henri puis de Gaston Menier.

 

Sa mère se nommait Ernestine Mercier et était originaire de Grande Rivière en Gaspésie.

 

Il me raconte que son père a fait la connaissance de sa future épouse lors d'un voyage à Grande Rivière à l'occasion du mariage de Bernard, son frère.

 

Ce dernier a épousé une fille de Grande Rivière, Mlle Hérédine Beaudin.

 

C'est au moment du mariage de Bernard que Joseph a fait la connaissance de sa future épouse. Joseph agissait comme garçon d’honneur.

 

Il s'éprit de la jeune Ernestine et l'épousa dans les 15 jours qui suivirent.

 

Il ne pouvait retourner à l'île, car la saison était avancée et il n'aurait pu retourner à Grande Rivière que l'année suivante. Les fréquentations durèrent 15 jours et il retourna donc à l'île marié.

 

La première année de sa vie conjugale se passa à Chaloupe-Creek où il travailla comme pêcheur et chasseur avec M. Bradley. Les épouses de Bernard et Joseph étaient cousines.

 

M. Joseph Lejeune me raconte que la famille Lejeune est originaire de France.

 

Deux frères vinrent au Canada ; l'un s'est établi au Nouveau-Brunswick et modifia son nom en celui de Young, le second s'est installé en Gaspésie.

 

M. Lejeune me raconte que son père reçut une visite à l'île d’une cousine du Nouveau-Brunswick qui se nommait Young (Catherine Young).

 

Il me dit que Bernard Lejeune, son grand-père, est arrivé à l'île vers 1860 et épousa une demoiselle Élisa Béliveau.

 

Ils auront trois enfants : Bernard, Joseph et Élisa. Son grand-père mourut à l'âge de 30 ans à la Pointe Ouest à la suite d'une blessure occasionnée par un coup de rame dans le côté (M. Donat Lejeune prétend, quant à lui, qu'il serait mort des « coliques cordées » (appendicite)).

 

Bernard père s'était établi à l’Anse-aux-fraises en 1872 comme pêcheur.

 

Il construisit sa maison dans le petit champ à droite en arrivant à l’Anse-aux-fraises, champ situé au bas de la côte.

 

Après le décès de Bernard, Mme Élisa trouva de l'emploi chez le capitaine Setter de la Baie Ellis, puis vers 1896 comme cuisinière d'Henri Menier.

 

Elle voyageait à pied depuis l’Anse-aux-fraises jusqu'à la maison Gamache soir et matin. Henri Menier s’acquit les services de tous les membres de la famille Lejeune : Mme Élisa, cuisinière, sa fille Élisa, aide-cuisinière, Bernard, cocher et valet, Joseph, palefrenier.

 

M. Gaston Menier aimait dire de Joseph fils qu'il était maître d'hôtel. En effet, M. Joseph Lejeune entra tôt au service de Gaston Menier comme garçon de table et préposé au lavage de la vaisselle. Il gagnait 15 $ par mois et était nourri.

 

Au moment de son départ, Gaston Menier lui donna un pourboire de cinq dollars. 

 

L'hiver, il travaillait à la ferme Saint-Georges oui nourrissait les animaux (bœufs) que l'on amenait de la ligne (voie ferrée) pour hiverner à la ferme. Après le départ de Menier, il servait Martin-Zédée et les invités de celui-ci.

 

Il me raconte également un jour, il avait accompagné la famille de Gaston Menier à la rivière Jupiter

 

(les Menier passaient une semaine au Château et une semaine à la rivière Jupiter, puis retournaient en France).

 

Au cours des années 1930-1940, son salaire était de 60 $ par mois comme responsable du « marché » (gérant du magasin).

 

Il travaillait de 7h du matin à 6h du soir six jours par semaine, et cela sans vacances annuelles. Il demeura en service 50 ans. D'abord, pour Gaston Menier jusqu'en 1926.

 

Puis, il occupa différents postes dans le magasin jusqu'à sa retraite en 1971.

             
  Voitures de Menier                            
                           

M. Joseph me raconte encore que les voitures utilisées par les Menier pour les déplacements depuis le quai à la Villa et au village avaient été amenées de France.

 

L’une pouvait être tirée par quatre chevaux et l'autre par un ou deux chevaux.

 

Joseph, son père, astiquait les attelages, cirait les sabots des chevaux, s'occupait de l'écurie et de l'entretien du terrain autour du Château.

             
  Écorceuses neuves                            
                           

L'hiver, il chassait pour les Menier. Des rumeurs circulaient que M. Ashbaugh achetait des écorceuses neuves, les faisait décharger des bateaux, mais on les y remettait au cours de la nuit et les caisses étaient cachées sous les billots à pulpe.

             
  Simulation de pêche                            
                           

Il me dit que Gaston « scènait » un pool avec un filet et deux chevaux. Tous les saumons capturés étaient amenés sur la berge ; on prenait alors des photographies puis ils étaient remis à l'eau.

             
  Gaston Menier                            
                           

Il me raconte que le millionnaire Gaston eut besoin d'aller se soulager en forêt. Ayant oublié le papier de toilette, il utilisa son mouchoir de poche.

 

De retour à la rivière, il y lava son mouchoir et le fit sécher au soleil, étendu sur son canot ! Il se rappelle avoir vu Henri Menier en 1911.

 

Gaston Menier venait à l'île avec ses fils Jacques et Georges.

 

Georges était toujours accompagné de son épouse Simone et de ses quatre fils, Antoine, Claude, Hubert et Jean (on le nommait Jean IV parce qu'il était le quatrième de la famille).

 

Une demoiselle anglaise, Miss Tobee (?), les accompagnait. Claude a longtemps correspondu avec M. Joseph (fils) Lejeune.

 

Il s'informait de son renard gardé en cage près du Château. Le renard avait été baptisé Claudy.

 

 

Le valet de Gaston Menier se nommait Louis (un Français). Lorsque celui-ci mourut, Gaston prit à son service le valet de Henri, qui se nommait Raoul Maréchal, mais Gaston insista toujours pour l'appeler Louis.

             
  Musée                            
                           

M. Lejeune me raconte que le musée localisé dans la maison de l'Administration fut transporté dans le bloc appartements avant d'être détruit il ne sait comment.

 

On enleva le musée de l'Administration afin d'utiliser les deux salles du musée pour en faire un hôpital.

             
  Canton Lejeune et Pointe de la fonderie                            
                           

L'endroit où étaient situées les deux maisons Lejeune avait été baptisé par les gens du village du nom de « Canton Lejeune ».

 

Il me dit que la pointe boisée près du Château se nommait Pointe de la fonderie.

             

 

  Duguay, Sud-Ouest                            
                           

M. Lejeune me confirme que le gardien du phare de la Pointe Sud-Ouest, M. Duguay, avait mis en canne deux wapitis.

             
  Lièvre (Géant des Flandres)                            
                           

Il me dit que Létourneau a introduit le lièvre appelé « Géant des Flandres » à Anticosti.

             
  Château Menier                            
                           

D'après lui, il aurait coûté moins cher de réparer le Château que de construire l'hôtel de Port-Menier en 1947.

             
  Château Menier                            
                           

Faits amusants : il me raconte que M. Drolet, le douanier, était petit de taille et fluet. Par ailleurs, son épouse était très corpulente.

 

Cela lui faisait dire que quand il « couvrait » sa femme, il ressemblait « à un clou de girofle planté dans un jambon ».

             
  Cabot, télégraphiste                            
                           

Il y avait à la Baie-Sainte-Claire un télégraphiste du nom de Cabot.

 

Ce dernier avait une attitude très sévère en ce qui concernait son rôle de télégraphiste et considérait avec beaucoup de sérieux le fait que le télégraphiste avait prêté serment d'être discret quant à l'envoi et à la réception de télégrammes.

 

Il était tellement prudent que jamais il n'informait qui que ce soit sur l'arrivée du Savoy (sauf le responsable ou directeur de l'île).

 

Ainsi, si on lui demandait si le Savoy arriverait bientôt ou si on lui disait « on m'a dit que le Savoy arriverait bientôt », il répondait invariablement : « S’ils l'ont dit, c'est qu'ils savaient. »

             

 

  Comettant                            
                           

M. Joseph m’informe que M. Comettant voulait chasser de l'île Mme Élisa Lejeune sans aucune raison valable.

 

Martin-Zédé dit à Mme Lejeune de se cacher dans l'entrée de la salle à manger et d'écouter la conversation qu'il aurait avec M. Comettant lors d'un dîner où ce dernier serait invité.

 

Il aurait dit, lors de ce dîner, à M. Comettant qu'il serait le premier parti, avant Mme Élisa.

             
  Jupiter, cuisinier avec Eliza                            
                           

M. Lejeune accompagnait sa grand-mère quand celle-ci allait cuisiner au 12-milles (rivière Jupiter) pour le sénateur Menier. Il servait également des repas au camp du 6-milles.

             
  Peite maison transport                            
                           

Il me raconte qu'il a aidé au transport d'une petite maison sur la glace, l'hiver, depuis Port-Menier jusqu'au lac à Zédé, dans la plaine de l’Anse-aux-fraises..

             
  Mgr Dollar Cyr                            
                           

Mgr Dollar Cyr a écrit une pièce de théâtre relatant les légendes d’Olivier Gamache. Ce personnage (Gamache) fut joué par M. Joseph Lejeune fils et connut un grand succès.

             
  Arsenault                            
                           

J'ai rencontré chez M. Lejeune une demoiselle Arsenault dont le père a été longtemps gardien de la rivière La Loutre. Ce monsieur eut treize filles et trois garçons.

             
  Huile dans les étangs contre les moustiques                            
                           

M. Martin-Zédé faisait répandre de l’huile sur les étangs et les marais pour combattre les moustiques.

 

C'est ainsi qu’un Anticostien crut qu'il avait découvert un puits d’huile.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis