(42)   Rencontre avec M. Arthur Renaud le 17 octobre 1975

  Joueurs de tour                            
                           

M. Alfred Malouin et Bernard Lejeune aimaient jouer des tours pour leur plaisir.

             
  Entrepôt no 2                            
                           

L'entrepôt no 2 fut transformé en église en 1919.

             
  Maison du docteur                                      
                           

Cette maison fut construite vers 1909 pour loger le médecin résident (non : construite pour le Dr Schmitt).

 

Elle fut construite par les forestiers (Ashbaugh) et l'ingénieur en chef Wilkenson (ou Wilkerson) fut le premier à l'habiter.

 

Après le départ des forestiers en 1918, le médecin résident s'y installa.

 

Le premier à y habiter fut un médecin de Lévis au nom anglais, le docteur Powers.

 

Puis ce fut le docteur Péloquin, chassé de l'île pour braconnage, ensuite le Dr Charles Martin, français, que fit venir Martin-Zédé.

 

Avant 1918, le médecin demeurait à Baie-Sainte-Claire où le premier d'entre eux fut le docteur J.J.Schmitt. Puis ce fut le tour du docteur Willie Verge de Québec.

             
  Hôtel de Port-Menier                                   
                           

Il fut construit de bois de sapin et d'épinette dont les innombrables nœuds amusaient les touristes qui, pour se désennuyer, s'amusaient à les compter.

 

Il y avait deux «suites» dans la partie avant de chaque côté de la porte principale. On y trouvait un foyer.

 

Le coût de location d'une suite dans les années 1920 était de 25 $ par jour. L'hiver, la section avant et le second étage de l'hôtel étaient fermés.

             
  Abandon du forestier                                  
                           

Après l'abandon de l'exploitation forestière en 1918, le déficit annuel jusqu'à la vente de l'île oscillait entre 100 000 $ et 250 000 $ (cela comprenait la capitalisation, car on considérait que les profits investis dans la construction et l'amélioration des facilités étaient calculés dans la colonne des pertes. Le déficit réel était moins élevé.

 

À la fin de l'exploitation forestière, les revenus de l'île étaient principalement tirés de l'exploitation des animaux à fourrure, principalement du renard.

 

On développa également la pêche sportive. C'est donc en 1919 que l'on commença à construire des camps (ou pavillons) autour de l'île, principalement le long de la rive sud.

 

Les pavillons servaient à héberger les visiteurs (touristes) durant les mois d'été et les familles de l'île qui s'occupaient de la chasse l'hiver.

 

Ces familles recevaient également les visiteurs les mois d'été.

             
  Deux aigles - 1926                                  
                           

En septembre 1926, deux aigles ont été envoyés au zoo du Bronx à New York.

 

Cette information se trouve dans un livre de chèques que possède M. Renaud. C'est lui qui écrivit le chèque pour payer les frais de transport.

 

Dans ce même livre se retrouvent les talons des chèques qui ont été versés pour la «protection» de l'île, c'est-à-dire la préparation d'un Bill (3500 $) pour faire de l'île un parc et pour le transport par bateau (1500 $ ?).

             
  Piqûre d'insecte                                    
                           

C’est M. Renaud qui fit venir le docteur Rousseau pour soigner Mme Georges Menier qui se fit piquer par un insecte.

 

Cet incident créa un émoi général à l'île, un état de panique ; la plus belle femme de France défigurée par un insecte…

 

Le médecin Rousseau fut demandé et quitta Québec par train jusqu'à Rimouski; il fit le trajet à partir de là en voiture jusqu'à Sainte-Anne des Monts où l'attendait le SS Savoy.

 

Arrivé à l'île, il constata qu'aucun traitement n'était requis (il n'y avait presque plus de traces de la piqûre).

 

Le docteur Paquin, médecin résident, avait refusé de traiter Mme Menier, prétendant qu'un spécialiste était requis (il craignait de perdre son emploi s'il devait faire le mauvais traitement).

 

Lorsque M. Menier voulut payer le nouveau médecin, celui-ci refusa en disant qu'il souhaitait l'amitié de M. Menier plutôt.

 

Cette amitié devait durer très longtemps : réception à Paris et à Québec.

             
  Aux fambroises                                 
                           

Les dimanches et les jours de grandes fêtes où la population allait aux framboises, on préparait le train et les dignitaires montaient dans un wagon couvert ou «char observatoire» et le commun des mortels (les autres) s'installait sur les «flat cars». On remontait la ligne jusqu'au 8-milles, au 15-milles, etc.

             
  Achats de fruits                                 
                           

Tous les fruits étaient achetés de l'extérieur. Une partie des besoins en légumes venait également à l'extérieur.

 

La production à l'île était insuffisante pour nourrir la population résidente ; il fallait cacher ce fait à M. Menier et ne pas laisser voir que l'on ne pouvait se subvenir entièrement par la production locale.

 

Pour le cacher, on camouflait les achats de légumes en inscrivant le nom d'autre chose.

             
  Moulin à pulpe                               
                           

Après le départ de Ashbaugh en 1918, l'activité forestière à l'île cessa entièrement. En accord avec Martin-Zédé, une grande partie de l'équipement du moulin fut transporté à St. Catherine, Ontario, pour y être vendu au plus offrant. En 1921 on détruisit les Tressels.

             
  Éliza Lejeune                             
                           

Mme Eliza Lejeune, veuve, avait deux fils, Joseph et Bernard, et une fille.  

 

Mme Lejeune était cuisinière au Château et devait ses talents culinaires et sa grande connaissance de la cuisine au cuisinier français qui accompagnait Henri Menier au cours des visites qu'il fit à l’île après la construction du Château.

 

Cette famille de Lejeune était déjà à l’île avant l'arrivée des Menier et travaillait pour le capitaine Setters; elle avait acheté la ferme des héritiers de Louis Olivier Gamache.  Bernard Lejeune aimait jouer des tours.

             
  Gaston Menier                             
                           

Gaston Menier : M. Renaud a des lettres montrant que M. Gaston Menier fut à l'île en 1927, qu'il habita le Château et pêcha à la rivière Jupiter. Il était également venu à l'île précédemment en 1913, 1920 ou 1921.

             
  Monsieur Yerly                            
                           

Le responsable du service agricole, M. Yerly, Suisse d'origine, est retourné en Suisse après un séjour de quelques années à l'île. Son épouse devenait «maboule» chaque fois qu'elle était enceinte.

             
  Cap Blanc                            
                           

Les maisons de la rue du Cap blanc furent construites probablement de 1910 à 1912 pour y loger les habitants du village de Port-Menier de même que des familles au service de Ashbaugh.

 

La couleur originale était roux foncé et le toit vert. Le chemin de fer Decauville passait devant le magasin et s'arrêtait à l'entrepôt numéro un.

 

Il servait au transport de marchandises depuis le bateau jusque dans le magasin ou l'entrepôt.

 

Le chemin de fer fut prolongé en 1926 jusqu'au bout de la rue du Cap blanc afin de transporter la pierre du cap qui servit à la construction du «Warf cargo». On a dû faire sauter ce cap.

             
  Autorisations                                     
                           

Les gens du village n'avaient pas le droit de circuler à loisir ; rappelons-nous qu'une autorisation était nécessaire pour cueillir des fraises à l’Anse-aux-fraises.

 

On ne pouvait circuler librement le long de la ligne de chemin de fer. Si on se rendait à la ferme Saint-Georges sans affaires, on se faisait dire «Que venez-vous faire ici ?» Le lac Plantain était réservé.

             
  Wagons Decauville                                     
                           

Des wagons du train Decauville ont été jetés dans une tourbière à l'arrière du club (la partie basse où on doit construire une patinoire). L'engin a été vendu pour la ferraille.

             
  Le père Leventoux                                     
                           

Le père Leventoux était très lié à la famille de M. Renaud. Il adorait les cartes et jouait beaucoup pendant son séjour à l'île.

             
  Gardien du quai 1920                                   
                           

Maison du gardien du quai : le nom du gardien dans les années 1920 était Anicet Bourque.

             
  Martin-Zédé, documents                            
                           

M. Graham a des documents de Martin-Zédé. Ce dernier accumulait notes et coupures de journaux dans une grande valise en cuir fermée par deux courroies.

 

Le capitaine Pelletier devait surveiller la valise pendant les mois d'absence de M. Martin-Zédé.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis