(92)   Rencontre avec M. Lionel Lejeune, le 26 avril 1979

Lionel Lejeune

  Policier à l'île                            
                           

Lorsque Martin-Zédé fit remplacer M. Vézina, policier de l’île, à la suite de la découverte que l’épouse de ce dernier avisait ses cousins de Havre-Saint-Pierre des mouvements du garde-chasse, c’est Joseph Galibois, frère de Robert, qui vint le remplacer. Martin-Zédé ne fut pas d’accord et Jos fut renvoyé chez lui.

 

C’est un ami personnel de M. Arthur Renaud, Philippe Bergeron, camarade de régiment, qui vint comme policier à l’île à l’invitation de M. Renaud. Bergeron demeura très brièvement à l’île.

 

En effet, Martin-Zédé lui commanda de demeurer debout dans le wagon des locomotives qui se dirigeaient vers le pied pour y chercher la famille Menier qui arrivait.

 

M. Bergeron répliqua qu’il n’était pas un portefaix et qu’il démissionnait de son poste.

 

Il fut remplacé par un Anticostien, M. Césaire Richard. Donc, en 1926, Césaire était seul policier à l’île.

 

Lors de la vente à l’Anticosti corporation, on fit venir trois anglophones, messieurs Jackman, Hagen et Bolton. Jackman devint plus tard membre de la GRC.

             
  Braconnage et vol                            
                           

Afin de surveiller Lorenzo Malouin, que l’on soupçonnait de braconnage, Robert Galibois fit venir son neveu, Laurier Galibois.

 

Celui-ci fut installé dans la maison des matelots à la Pointe-Ouest pour y surveiller le gardien Lorenzo.

 

Un autre neveu de Robert Galibois, Montcalm, est resté peu de temps à l’île; il quitte l’endroit en 1926, mais revient vers 1938 pour enquêter sur une histoire de vol.

             
  Allemands                            
                           

Les Allemands venus à l’île à l’automne de 1937 firent l’exploration surtout du tour de l’île et en particulier de la région de la rivière Jupiter et de Bear Bay.

 

Ils allaient couper le bout des billes de bois au moulin à scie du village avant de se rendre à l’hôtel afin que de démontrer qu’ils s’intéressaient à l’exploration de la forêt avant tout.

 

D’après M. Lejeune, Duplessis fit une erreur avant 1939 lorsqu’il s’opposa à la vente de l’île aux Allemands.

 

En effet, il aurait pu obtenir gratuitement l’île en expropriant ceux-ci dès la déclaration de la guerre.

             
  Bateau                            
                           

Le navire Belfree était d’origine suédoise et fut acheté par la Consol.

             
  Hôpital                            
                           

C’est le caveau à légume et également un lieu adjacent où l’on entreposait les grains qui furent transformés en hôpital en 1925.

 

Cette maison existe toujours et est aujourd’hui habitée par Normand Poulin et sa famille.

 

On construisit en face un hôpital pour contagieux. Il y avait trois infirmières en 1926 : les demoiselles Veilleux, Taylor et Gendron. Mlle Gendron était toujours à l’île en 1929.

 

Cette année-là, l’hôpital fut déménagé dans les appartements situés à l’extrémité est du « bloc appartements ».

 

Par la suite, on déménagea l’hôpital au second étage du bureau d’administration. Puis à nouveau dans le bloc appartements, mais cette fois-ci du côté ouest.

             
  Réservoir d'eau                            
                           

Le réservoir d’eau situé au pied de la côte près de la maison où habite actuellement Jean-Luc Noël servait à la fois pour alimenter le village et les locomotives du chemin de fer.

 

Il brûla accidentellement lorsque le moteur à vapeur qui servait à pomper l’eau dans le réservoir prit feu.

 

L’événement est survenu pendant la messe et en l’absence du gardien (qui était à la messe), Wilfrid Duguay.

             
  Jolliette                            
                           

Le premier capitaine du Joliette fut J.-B. Bélanger, puis Éphrem Boudreault.

             
  Médecins                            
                           

Les quatre premiers médecins de l’île furent, par ordre d’ancienneté, J.J. Schmitt, W. Verge, Bouret, Powers et Péloquin (ce dernier originaire des Cantons de l’Est).

 

Le docteur Martin, français, est retourné en Europe.

             
  Anicet Bourque                            
                           

Le gardien du quai, M. Anicet Bourque, habitait avec son épouse la maison située sur le quai.

 

Mme Bourque avait un certain attrait et les gardes retardaient leur départ autour de l’île à cause de cet attrait exercé sur.

             
  Équipe de hockey                            
                           

J’ai une photo d’une équipe de hockey dont le gardien de but est Stanislas Poirier. On le voit avec ses coéquipiers. Dans l’ordre : Jos Lelièvre, Xavier Bergeron, Jos Lejeune, Anicet Bourque, Stanislas Poirier et Pierre Francis.

             
  Braconnage - policier Vézina                            
                           

La femme du policier Vézina était à Havre-Saint-Pierre et avisait ses parents (cousins, frères, etc.) sur le déplacement des gardes sur l’île afin de faciliter les actes de braconnage de sa parenté.

 

Mesdames Vézina et Bourque furent à l’origine du départ de leurs époux et de leurs familles de l’île.

             
  Robert Galibois                            
                           

M. Robert Galibois avait une « rapporteuse » officielle dans la personne de Mme Émile Beaudin. Montcalm Galibois était le neveu de Robert Galibois.

 

Ce dernier fut conservé dans le charnier de Baie-Sainte-Claire après sa mort et inhumé à Québec.

             
  Aimé Duguay                            
                           

M. Aimé Duguay, frère de Georges Duguay, fut chassé de l’île par M. Graham et alla s’installer à Godbout.

             
  Bateau - Copaco                            
                           

Le capitaine du Copaco de 1939 à 1945 fut M. Léon Blouin; son second était Alex Dufresne. Ils transportaient du fret à Québec.

             
  Bernard Lejeune                            
                           

M. Bernard Lejeune , père de Lionel, a construit les chalets autour de l’île. Il mentionne la présence de marbre à la rivière Chicotte.

             
  Wilcox - chasse                            
                           

Wilcox fit arrêter les activités de chasse et de pêche pendant toutes les années où il fut gérant à l’île (de 1946 à 1954).

             
  La compagnie Foundation                            
                           

La compagnie Foundation était payée au pourcentage, c’est pour cette raison que les coûts de dragage et de construction du quai furent si élevés.

 

Cette compagnie fit construire l’estacade, le brise-lames (Warf Cargo), a agrandi le quai et fit le montage des grues pour le chargement du bois.

             
  Allemand                            
                           

Belmonte (?) Belnap était d’origine allemande, comme l’épouse de Frolich.

 

Frolich était cocu (Bill Rotledge, électricien, était l’amant de sa femme).

 

Un ingénieur à bord du navire McKee (1926-1927) était également allemand.

 

Il est revenu à l’île à l’époque de Graham. Il fut fait prisonnier et passa la guerre 39-45 dans un camp en Ontario.

 

On disait qu’il espionnait pour le compte de l’Allemagne.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis