(107)   Visite de courtoisie à monsieur et madame Camille Lejeune; visite chez monsieur et madame Donat Lejeune, Grand-Mère, le 26 novembre 1977

Au moment de ma visite chez monsieur et madame Donat, le frère de Donat, Bernardin, y effectuait un séjour en compagnie de son épouse. Cette rencontre fut très intéressante et les renseignements suivants ont été obtenus :

 

  Bernardin Lejeune                            
                           

Bernardin Lejeune est le fils aîné de Bernard Lejeune et d’Hénedine Beaudin.

 

Il naquit en 1905 et fit un séjour d'un an et demi, de même que plusieurs de ses frères et cousins, à l'hospice Guay.

 

Il s'agit d'un pensionnat doublé d'un hospice fondé par Mgr Charles Guay.

 

Il obtint un emploi au magasin de Port-Menier comme boucher à l'âge de 12 ans (1917).

 

Il était l'adjoint du boucher de l'époque, M. Antil Poirier.

 

Son salaire était de 15 $ par mois. Lorsqu' Antil Poirier fut chassé de l'île (il chassait les cerfs sans permission), il fut remplacé par André James de Saint-Pierre-et-Miquelon.

 

Lorsque ce dernier tomba malade (vers 1922), il fut nommé par Martin-Zédé en charge du marché : il avait alors 17 ans (son salaire était de 60 $ par mois).

 

C'est grâce à l'amitié de Martin-Zédé pour Bernard Lejeune que Bernardin eut le poste.

 

Il fut en charge du magasin jusqu'en 1928, lorsque la compagnie nomma un M. Dubé à sa place.

 

Bernardin quitta alors l'île. Il épousa Simone, en 1928, la fille d'un Grand Jobber de l'île, Louis-Philippe Côté.

 

Ce dernier est très connu pour ses attaques envers les compagnies forestières et pour sa défense des droits des ouvriers forestiers.

 

Bernardin quitte donc l'île en 1929 et, après être passé par quelques endroits, s'installe à Val-d'Or où il travaille comme mineur pendant 35 ans.

 

Il me raconte que son parrain était un des membres de la compagnie Gauthier & frères de Québec, peintres-décorateurs, qu’Henri Menier avait chargée de décorer la Villa.

             
  Martin-Zédé                            
                           

D'après Bernardin, Martin-Zédé était humain malgré son mauvais caractère. Le dimanche, il conduisait les gens du village aux framboises par le chemin de fer.

 

Les hommes débroussaillaient les champs et les femmes et les enfants cueillaient des framboises. « C'était un grand seigneur de six pieds trois avec barbe. »

 

Tous les hommes avaient droit à une bouteille de vin.

             
  Adélard Beaudin                            
                           

C'est M. Adélard Beaudin, frère d’Hénedine Beaudin, épouse de Bernard, qui a remplacé M. Ennis comme responsable des jardins du Château.

 

Un jour que le père Martin (Martin-Zédé) avait acheté deux melons gris, ceux-ci furent placés sur la galerie du Château.

 

Adélard ne connaissait pas ces « objets » et les projeta en l’air à coups de pied. Martin-Zédé fit une grande colère devant tant d’ignorance.

 

Il en fut ainsi lorsqu'un jour Martin-Zédé vit Joseph Duguay en train de laver un steak dans la rivière Jupiter avec un savon.

             
  Valiquette                            
                           

D'après Bernardin, M. Valiquette était toujours ivre.

 

Il nomma John Anglehart responsable de la Villa à la place de Bernard Lejeune.

 

M. Lejeune allait à la chasse tous les après-midi avec Martin-Zédé.

 

M. Valiquette avait aménagé une des maisons de l’Anse-aux-fraises comme chalet et il y allait pour chasser.

 

Il prêta son chalet au couple Bernardin et Simone Lejeune pour leur voyage de noces.

             
  Louis-Philippe Côté                            
                           

M. Louis-Philippe Côté vint à l'île en 1926 comme jobber, ayant perdu une fortune de quelques centaines de milliers de dollars (235 000 $).

 

Il était originaire du Bic, dans le comté de Rimouski, et habitait Notre-Dame du Lac (Témiscouata).

 

Il était le Grand Jobber et avait des sous-contracteurs que l'on appelait « Petits Chaudrons ».

             
  Sous-contracteurs                            
                           

Les sous- contracteurs étaient du lac Saint-Jean (Tremblay, Gagnon, etc.). 

             
  Rats au lac Simone                            
                           

Mme Lejeune, fille de Louis-Philippe Côté, me raconte qu'elle a vu de ses yeux, comme son mari, Bernardin, et son père, des milliers de rats au lac Simone.

 

Ils étaient si nombreux que le foin se couchait au sol à leur passage.

 

Il leur était impossible de quitter les « flat cars » tant il y avait de rats autour d’eux. Les rats dévoraient tout : les poches de grain pour les chevaux, les quartiers de viande destinés aux bûcherons.

 

Il y en avait moins au village; on les retrouvait surtout dans la boucherie et les entrepôts. Les rats étaient surtout abondants dans les camps de jobbers.

             
  Boulangerie                            
                           

La boulangerie du village avait été transformée en loyer (deux loyers). Jos Duguay demeurait dans le haut.

             
  Antil Poirier                            
                           

Bernardin me raconte que l'épouse d’Antil Poirier avait mauvais caractère. Un jour, elle arriva plus tôt à la messe et lorsque son époux entra dans l'église, il alla s'asseoir dans un banc qui ne leur était pas attitré.

 

Mme Poirier cria à voix haute dans l'église : « Antil, viens te mettre dans ton banc. »

             
  Boisson, M. Lizotte                            
                           

Il y avait à l'île un « officier de la Commission des liqueurs », un M. Lizotte, qui avait ses bureaux dans sa chambre, à l'hôtel de Port-Menier.

 

On devait s'y rendre pour avoir de la boisson. Tous les jobbers le suivaient comme un essaim de mouches.

 

En 1926, il y avait bière et vin au magasin et, après la vente de l'île, il fallait écouler ce stock, c'est-à-dire 50 barils de vin et plus d'une centaine de caisses de bière Boswell.

             
  Beaudin (Hénédine)                            
                           

Selon Bernardin, son père Bernard a connu Hénedine Beaudin au cours de ses voyages sur la côte sud pour y acheter les animaux.

             
  Institutrice                            
                           

Avant les deux soeurs Goulet, l'institutrice du village était Mme Vézina, épouse du policier.

 

Elle demeurait dans la maison située près de celles des Lejeune.

 

Cette maison fut ensuite habitée par Jérémie Béliveau. M. Vézina était bon musicien et était première trompette, Bernardin, deuxième trompette.

             
  Docteur Rousseau                            
                           

Lorsque le docteur Rousseau de Québec va soigner Mme Georges Menier (Simone), les Menier organisèrent à leur retour à la Villa une « soirée de réjouissances » pour célébrer la convalescence de Mme Simone.

 

On demandait aux invités de danser des danses carrées.

 

Le docteur Rousseau était scandalisé de voir tant de dépenses d'argent pour une petite piqûre de maringouin.

             
  Jupiter, voyages de pêche, Lejeune                            
                           

Bernardin me raconte que sa grand-mère faisait la cuisine pour les Menier à la rivière Jupiter au cours des voyages de pêche et que son père Bernard y était également.

 

On amenait aussi des enfants (dont Bernardin) pour assommer avec un bâton le saumon qui était retiré de l'eau.

 

Une fois le saumon assommé, l'enfant enfonçait le crochet de la balance pour le peser.

 

Sur une photo des archives, on voit les Menier, leurs invités et les guides tenir un filet plein de poissons.

 

Il s'agit de truites que l'on enlevait des fosses, car elles nuisaient à la pêche au saumon, sautant toujours sur les mouches.

             
  Terrain de golf                            
                           

Lorsque Martin-Zédé fit labourer le champ près des maisons des Lejeune à cause des chicanes au sujet de la cueillette des fraises, il fit tracer un terrain de golf. Pour tondre la pelouse du golfe, on y laisse paître les moutons.

 

Les enfants étaient payés 25 ¢ par jour (pour deux enfants) pour surveiller les moutons. Ils cherchaient également les balles égarées et recevaient 50 ¢ la balle retrouvée.

             
  Comettant                            
                           

M. Comettant avait un valet cayen. Son épouse était impatiente de se faire servir. Le serviteur lui dit un jour : « Crisse de viarge, oui, madame ». Cela fit bien rire les Comettant.

             
  Jos Lejeune, alcool                            
                           

M. Jos Lejeune était également garde-chasse et visitait les camps de bûcherons périodiquement pour inspecter les locaux.

 

Comme on frelatait beaucoup d'alcool dans ces camps, il revenait souvent saoul à la maison.

             
  Le morse                            
                           

on avait installé deux fils du Chalet (maison Ashbaugh) jusqu’aux maisons Lejeune pour enseigner à Camille le morse et ainsi capter les messages du Montcalm lorsqu'il venait en hiver.

             
  Parc à renards                            
                           

Il y avait un parc à renards sur le chemin qui allait du ruisseau Diane jusqu'à la ferme Saint-Georges et au Makasti.

             
  Warf Cargo                            
                           

La compagnie Foundation a construit le Warf Cargo et les piliers dans la baie Ellis.

             
  Camps de bûcheron                            
                           

Il y avait, de 1926 à 1928, des camps de bûcherons tout le long de la rivière Plantain, de la rivière Diane et sur le Cap Henri.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis