(109)    Conversation avec M. Jos Lejeune, le 6 février 1978

  Camps et gardiens                            
                           

M. Jos Lejeune me raconte que, comme préposé au magasin, il faisait parvenir les provisions aux différents camps sur les rivières du tour de l'île. 

 

Il énumère les camps et gardiens suivants :
  • camp La Galiote, Vincent Apestiguy;
  • camp La Loutre, Nazaire Arsenault;
  • camp de la rivière Canard, Jos Lelièvre (père d'Antoine);
  • camp de la Becsie, Fernand Moreau;
  • camp Sainte-Marie, Johnny Dresdale;
  • camp de la rivière Jupiter, Rodrigue Moreau (fils de Fernand), puis Isidore Lelièvre; Pointe Sud-Ouest (gardien du phare), Placide Duguay;
  • camp de la Galiote (du temps de la compagnie), Anselme Poulin;
  • camp de la Chaloupe, Jean Poulin;
  • Fox Bay, Bernard Lejeune puis Charles Boudoul (?);
  • camp de la Patate, Jean Poulin;
  • camp de la McDonald, Alfred Martin puis Roméo Dresdell;
  • Havre du Brick, ?
             
  Garde-chasses                            
                           

Les gardes-chasse autour de l'île en 1926-1927 étaient,

  • du côté sud, Jean Martin et Charlie McCormick (?),
  • du côté nord, Roland Malouin et Francis Boudreault.
             
  Bradley                            
                           

Il me raconte que, lorsque M. Bradley quitta l'île vers 1918-1920, il vint rendre visite à Mme Élisa Lejeune et à son fils Joseph. M. Joseph était demeuré chez Bradley en 1900, durant l'hiver, au moment de son retour à l'île après son mariage. Bradley était devenu un solitaire.

 

(Cette information est fausse : Bradley est décédé sur l'île, au phare de la Pointe Sud, le 19 décembre 1918).

             
  Vézina, policier                            
                           

Le policier Vézina a perdu son emploi parce que sa femme, originaire de Havre-Saint-Pierre, informait son frère sur les allées et venues des bateaux des gardes-chasse, afin d'éviter la capture de ce dernier qui venait braconner sur l'île.

 

M. Vézina devint « police » à la résidence Kent (Kent House).

             
  Policiers                            
                           

Après le départ de Vézina, vers 1926, quatre policiers le remplacent à cause de la reprise des coupes. Il s'agit de Salsman, Hagen, Jackman et Bolten. Un des quatre quitte son poste et est remplacé par Léger Noël.

 

Ces quatre policiers sont en devoir de 1926 à 1929.

 

Au moment de l'arrêt des opérations forestières en 1929, seul Léger Noël demeurera en charge de la surveillance et de la sécurité de l'île.

 

Il sera le gendarme de l'île jusqu'à 1947.

 

Il surveillait surtout les allées et venues « au bout du quai ».

             
  Rivière Saumon                            
                           

Rivière Saumon : en 1925, Martin-Zédé y amène, pour lui cuisiner ses repas et le servir, Mme Élisa Lejeune et son petit-fils, Joseph Lejeune. Martin-Zédé y séjournait quelques semaines pour la pêche.

             
  Happy Fraser                            
                           

Il avait un frère qui travaillait à l'entrepôt. Sa mère a également séjourné sur l'île. Ils arrivèrent en 1926 pour quitter vers 1929, à la fin de l'exploitation forestière.

             
  Avion                            
                           

Avion : Jos me dit que le pilote de l'avion de surveillance de l'île en 1926 était un nommé Wright. 

             
  Bateau Bel Free                            
                           

« Bel Free » : au cours de la période d'exploitation forestière, de 1926 à 1929, un bateau suédois, le Bel Free, était utilisé pour le transport du bois de pulpe en javelles (bundles).

 

Le chargement des javelles avait lieu « autour de l'île », c'est-à-dire au Cap Caron, à la rivière Canard et à la Becsie.

 

Le chargement se faisait en mer et non à Port-Menier. Les javelles étaient remorquées jusqu'au bateau par un « tug », puis chargées avec des grues à bord du navire.

 

À Port-Menier, on ne chargeait que le bois « loose », qui arrivait en raft de la Canard ou de la Becsie, ou encore arrivait par train jusqu'à la Baie Ellis.

             
  Vente de chevaux 1929                            
                           

En 1929, on vendait les chevaux qui avaient travaillé aux opérations forestières; l’agent Noël s'occupait de la vente et on l’entendit tenir les propos suivants à un acheteur de chevaux (il était originaire des Îles-de-la-Madeleine):

 

« Vous êtes venu pour acheter un chevaux ! Des chevals, y en a pas. »

 

Il habite Sainte-Marguerite, près de Clarke City (Sept-Îles). À cet endroit habite également Francis Rogers, fils de Jos.

             
  Exploitation forestière                            
                           

Il se rappelle qu'il y avait au moins quatre Grands Jobbers (contracteurs forestiers principaux) de 1926 à 1929.

 

Il s'agit de:

  • M. Gagnon, dont le territoire était Port-Menier, la rivière Plantain et la Pointe Ouest
  • M. McDonald, dont le territoire était la Becsie;
  • Louis-Philippe Côté, originaire de Sainte-Anne-des-Monts, dont le territoire était le lac Simone;
  • M. Mayer, originaire de Grande Rivière... il ne se rappelle plus de son territoire.

Chaque Grand Jobber avait des sous-jobbers (des sous-contractants).

 

Chaque jobber avait un « portageur » qui transportait nourriture et équipement pour les animaux et les humains.

             
  Arrivée des bûcherons 1926                            
                           

D'après M. Jos Lejeune fils, l'arrivée des bûcherons en 1926 fut pire que celle de 1946 parce qu'on n'avait rien préparé pour les recevoir.

 

Il n'y avait aucun camp de construit. On transforma le haut du Club en immense dortoir où s'entassèrent tous les arrivants. On construisit ensuite le bloc appartements.

             
  Payer en nature                            
                           

Les Grands Jobbers demeuraient dans le village et les sous-jobbers, dans des camps en forêt. Le Grand jobber Gagnon, originaire du lac Saint-Jean, avait plusieurs sous-jobbers qui travaillaient pour lui.

 

Lorsque l'un d’eux avait connu un mauvais hiver et qu'il n'avait pas assez coupé de bois pour payer ses dettes (nourriture, etc.), Gagnon exigeait le paiement de la dette « en nature », par la femme de son sous-jobbers.

 

Devenu trop vieux, il ne faisait que regarder la femme et disait : « Tordieu que c’est beau », puis « clairait » la dette.

 

Le « colleur » à qui on « demandait du bois » (le jobber demandait au mesureur d'amplifier la quantité de bois coupé) recevait en paiement une fille pour son plaisir. Ces pratiques étaient courantes de 1926 à 1929.

             
  Fêtes                            
                           

Il y avait deux fêtes payées dans le temps de Menier. Ces deux fêtes avaient une durée d'une journée chacune et on assistait aux olympiades; il s'agissait d'activités sportives diverses. Il y avait le 24 juin, la Saint Jean-Baptiste, et le 24 juillet, la prise de la Bastille.

 

À l'époque de la Consol, il y avait une fête payée qui avait lieu à une date non fixée au cours de l'été.

 

Cette fête avait pour nom « Anticosti Day ». Elle était organisée par Wilcox et avait lieu tous les ans durant son règne.

 

Il y avait parfois un avion qui faisait des acrobaties de toutes sortes dans le ciel de Port-Menier, de nombreux jeux, des kiosques installés tout le tour du Carré français, un concours de sciage, etc.

             
  Famille Poitras                            
                           

La famille Poitras : le père et ses deux fils avaient l'habitude de passer l'hiver au centre de l'île pour y braconner.

 

Ils furent arrêtés un hiver, grâce à la patrouille par avion, et amenés à Port-Menier. Ils furent engagés comme gardes-chasse.

             
  Lorenzo Cyr                            
                           

Lorenzo Cyr : originaire du Havre, il était électricien (turbine).

             
  Clarence Bowes                            
                           

Télégraphiste (pour la Marconi) à l'emploi du gouvernement fédéral. Il se noie à l’Anse-aux-fraises vers 1949 au moment d’un pique-nique avec sa famille.

 

Sa femme avait insisté pour qu'il vienne en aide à sa fille qui se baignait dans l'anse.

 

Il fut happé par le courant et on ne retrouva jamais son corps.

             
  Brodrick                            
                           

Télégraphiste (Marconi) à l'emploi du gouvernement fédéral.

 

C'est lui qui envoya un télégramme à la Gendarmerie royale du Canada pour les informer des activités de contrebande sur l'île; il dénonça André James.

 

M. James faisait effectivement beaucoup de contrebande, mais n'exigeait jamais le paiement de la marchandise lorsqu'on venait la chercher.

 

Il disait : « tu me paieras plus tard », ce que l'acheteur ne manquait pas de faire à la prochaine occasion.

 

Comme le dimanche, par exemple, après la messe. M. James, en recevant le paiement, disait toujours au client : « T’es un blood ! »

             
  Population '30                            
                           

Durant la crise des années 30, il y avait 104 familles sur l'île.

             
  Martin-Zédé, mariage                            
                           

D'après M. Lejeune, Martin-Zédé avait 60 ans lorsqu'il se maria.

 

Il a vu des lettres adressées à « Mme Georges Martin-Zédé » sur le bureau de la bibliothèque du Château.

 

C'était en 1921, 1922 ou 1923. Sa femme n'est jamais venue à l'île.

             
  Noël                            
                           

Il y avait deux familles, arrivées avec les jobbers en 1926, portant le nom de Noël , qui demeuraient sur l'île en 1929.

 

Il s'agit de celles de Léger Noël et de William Noël. Ce dernier habite toujours sur l'île.

             
  Compagnies                            
                           

En 1926, trois compagnies œuvraient sur l'île :

  1. la compagnie Foundation (construction des estacades et du Warf Cargo),
  2. la Dominion Bridge (creusage du Warf Cargo)
  3. l'Anticosti Corporation (exploitation forestière.
             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis