(11)  Notes chronologique

  1902                                         
                           

Verdict : Mgr Charles Guay partira le 1er décembre. On voit neuf ours à la rivière Patate. 2500 barils de hareng à la rivière au Renard.

                         
  1903                                         
                           

1903 : Henri Menier est à Anticosti. Il fait le tour de l'île avec le Savoy.

 

En compagnie de son neveu Georges (avec eux, 12 hommes et 4 chevaux), il part en expédition jusqu'à la source de la Jupiter.

 

Trois familles françaises sont remerciées.

 

Le Dr Schmitt passe l’hiver en France. Visite à M. Dupuis, horticulteur de Sainte-Louise.

 

Le Manchester Trader s’échoue. Jacquemard et Picard sont congédiés.

                         
  1904                                         
                           

1904 : Servêtre et Bezeau sont mis à la porte. Mgr Guay quitte l'île. Landrieu est congédié. Construction du sanatorium. L'industrie du homard roule bien.

                         
  1905                                         
                           

Aménagement de la Villa. On y couche pour la première fois le 26 juin.

                         
  1906                                         
                           

40 ouvriers de Saint-Pierre-et-Miquelon arrivaient à 7:00 et travail de. Parent revient à l'île avec six familles des environs de Chalivoy, dont le père Morillon, cultivateur du Cher.

 

On remercie Alfred Myard et Livrelli [?]. Myard est remplacé par Alfred Malouin en septembre.

                         
  1907                                         
                           

On inaugure la ferme Saint-Georges. L’institutrice y est Mlle Bélanger. On introduit 40 lièvres; 40 hommes arrivent de Saint-Pierre-et-Miquelon.

 

Le téléphone entre Pointe-Ouest et Fox Bay est en opération. On a pêché un saumon de 27 livres. Téléphone opérationnel entre Baie-Sainte-Claire et Gaspé.

                         
  1908                                        
                           

Départ du docteur Schmitt. Arrivée d'Ashbaugh de la Lumber Sales Corporation de New York. Départ de Lerouzès. Construction du Chalet.

 

Le comptable Brunelle est congédié. Mort accidentelle du petit Duguay. Un contrat de bois est accordé aux Américains.

                         
  1909                                        
                           

Henri rappelle Martin-Zédé à Paris. Travail avec Ashbaugh au bureau de la Lumber Sales Corporation à New York.

 

Le bois écorcé de quatre pieds coûte 8$ la corde. Médaille d'argent pour la ferme Saint-Georges.

 

M. Joseph Couture de Saint-Ambroise est le lauréat. On fabrique 100 000 huttes[?] pour la homarderie.

 

Le Savoy transporte 100 cordes de bois au moulin de Montmagny. Il est question de vendre l’île.

                         
  1910                                       
                           

On déménage des familles de Baie-Sainte-Claire à Baie-Ellis. Contrat d'exploitation forestière accordé.

 

Un ingénieur civil de Princeton est engagé; salaire : 20 $ par mois. Le Finlandais Koko arrive avec 50 sous-contractants. On construit le camp du 8-milles. Ashbaugh s'installe dans le Chalet.

 

Un ours polaire est observé à la Pointe-Nord. Un cerf de 275 livres (235 livres, évidé) est abattu. La construction du camp de la Becsie est avancée. Un ours de trois ans est envoyé dans le Bronx.

 

Martin-Zédé et Ashbaugh vendent de l'équipement. Le docteur Langlois remplace Very [?], arrivé en 1908. Le curé se nomme Brault, eudiste.

 

La Médaille du mérite agricole et remise à M. Parent. Le contracteur forestier Tremblay arrive avec 125 hommes.

 

On s'inquiète du doryphore. L’électricité est amenée dans la Villa et sur le quai. Vente de 2000 cordes de bois en décembre.

                         
  1911                                      
                           

la comptabilité est rédigée en code secret.

 

Douze jeunes ingénieurs de Princeton passent l'hiver à Anticosti pour faire l'inventaire forestier.

 

Arrivée du policier Vézina. Interdiction de cueillir des fraises entre le canal et le lac Plantain.

                         
  1912                                     
                           

L'hôtel est terminé, de même que la boulangerie et l'abattoir. Achat d'un orignal. Montage des locomotives.

                         
  1913                                     
                           

On estime la population de cerfs à 136 000 individus. Affaire « Battle Island ». Dix ours sont tués.

                         
  1914                                     
                           

Omer Gouin, premier ministre du Québec, fait une offre d'achat de l'île pour 2 millions $; trois évaluateurs l'estime à 6 millions $.

                         
  1917                                     
                           

Convalescence de l'armée [qui?]. Revient à l'île, qu'il veut faire armer.

 

Demande de changement de nom : Baie-Ellis deviendrait Baie-Jolliet ; le port et ses établissements se nommeraient Port-Menier.

 

On commence à tuer des cerfs pour le Marché. Achat d'un orignal, de 100 couples de perdrix, de bouleaux, à Gaspé.

                         
  1918                                     
                           

On cherche un acheteur pour le bois de l'île. Adoucissement des règlements religieux.

 

On ne veut pas entrer le foin le dimanche. On vend de l'équipement forestier. Ferme, hôpital et magasin à Baie-Sainte-Claire.

                         
  1919                                    
                           

Construction de la vedette terminée. On déménage le musée à Port-Menier.

 

L'ours blanc observé à Pointe-Nord. Lortie est renvoyé. Démission du docteur Powers et du comptable Fournier.

 

Arrivée de deux bisons, de trois wapitis et d'un couple de pécans.

                         
  1920                                    
                           

Gaston, Georges et leurs familles sont à l’île. On vend 28 carcasses de cerfs à Québec (de 12 ¢ à 15 ¢ la livre).

                         
  1921                                    
                           

Emplacement du cimetière choisi. Visite de Gaston, de Georges et de leurs familles. Un ours de cinq ans est expédié au Bronx.

 

On engage Robert Galibois et son frère Napoléon. Douze ouaouarons sont introduits.

                         
  1922                                    
                           

La turbine est installée dans le canal ; la Villa, le magasin et l'hôtel sont électrifiés.

 

On installe le mât pour la TSF à Port-Menier. Incendie du camp de la rivière Saumon.

 

Un ours femelle est envoyé à New York. Le nom de Port-Menier et officiellement accepté le 9 juillet. Nouvelle scierie à la rivière Canard.

 

Avion : à 6 heures, le 17 août un « hydroplane » passe devant la rivière La Loutre en volant très bas et se dépose à 9 heures près du quai de Baie Ellis : deux pilotes, un observateur et un mécanicien.

 

C'est un avion du gouvernement envoyé d’Halifax. Toujours à l'île le 22 août à cause d'un problème de moteur. Départ de l'avion le 1er septembre.

 

On commence la construction des camps de la rivière Patate et de la rivière McDonald.

 

L'avion revient à l'île depuis Natashquan.

 

On propose de faire de la baie Ellis un centre d'aviation pour la surveillance, la poste, l'approvisionnement et le transport de passagers. Le journal L'Alouette est fondé.

                         
  1922                                    
                           

Le homard se vend 8¢ la livre. Visite de Gaston, de Georges et de leurs familles.

 

Le 28 août, 145 rennes arrivent à l'île. En septembre, M. Paquet et sa fille apportent un projecteur cinématographique et la radio.

                         
  1923                                    
                           

construction de la Vedette No 2. On installe le téléphone au 12-milles, à la Jupiter. Alfred Malouin quitte l'île. Gaston vient faire un séjour, seul.

 

Yerly, de retour à l'île, annonce son départ ; il est remplacé par Lapipe. Gaston décide de la construction d’un nouveau navire.

                         
  1924                                    
                           

Construction de la Vedette No 2. On installe le téléphone au 12-milles, à la Jupiter.

 

Alfred Malouin quitte l'île. Gaston vient faire un séjour, seul.

 

Yerly, de retour à l'île, annonce son départ ; il est remplacé par Lapipe. Gaston décide de la construction d’un nouveau navire.

                         
  1925                                   
                           

Fini [?], les pêcheurs invités à la Jupiter. Décès de Robert Galibois.

 

La Vedette No 2 est baptisée Le Jolliet. Ours blanc. Achat de quatre wapitis.

 

Construction du couvent. Arrivée des religieuses en septembre.

                         

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis