(157)   Conversation avec M. Gérard Leblancq, Rivière-au-Tonnerre, le mardi 25 juillet 1978

  Gérard Leblancq                            
                           

Au moment où Sauveur Duguay était gardien de phare à la Pointe Sud-Ouest, M. Leblancq a été assistant pendant trois mois. Sa mère se nommait Émilie Simard.

 

M. Leblancq fut en charge (ou contremaître) des entrepôts pendant 18 ou 19 ans. Ensuite, il a travaillé pour la compagnie Labrador Store, propriété de la compagnie Clarke Steamship. C'était en 1956.

 

Puis, il fut employé par les Caisses populaires.

             
  Philippe Leblancq (père)                            
                           

Son père, Philippe Leblancq, était originaire des îles Jersey. Il arriva à Gaspé et obtint un emploi à la compagnie Colas.

 

Cette compagnie faisait la pêche et commerçait ces poissons comme la compagnie Bouthillier & Robin.

 

La compagnie Colas envoya M. Philippe Leblancq s'établir à la Baie des Anglais; son métier était celui de charpentier, mais il exerçait également la pêche.

 

Il travailla pendant quelques années pour le magasin de la compagnie Colas à la Baie des Anglais; il était alors leur représentant, il n’était payé qu'à l'automne.

 

Lorsqu'il quitta cette compagnie, il travailla trois ans comme assistant du gardien de phare à la Pointe Ouest; le gardien était Alfred Malouin. C'était avant l'époque d’Henri Menier.

 

 

Il fut également l'homme de confiance des Stockwell. Lorsque Menier arriva à l'île en 1896, il demanda de rencontrer les autorités locales. M. Leblancq lui fut présenté et il lui annonça qu'il prenait possession de l'île.

 

M. Leblancq a alors communiqué par câble en Angleterre et, 10 jours plus tard, il reçut une réponse de la compagnie Stockwell : l’île avait bien été vendue à Henri Menier.

 

Il fut le premier employé d'Henri Menier (le premier homme à être engagé); il avait la responsabilité du magasin et de l'entrepôt.

 

Il fut la première personne à être transférée à Port-Menier. M. Philippe Leblancq racontait que les Stockwell ne demeuraient que l'été à l'île; il gardait les sept chiens de Stockwell.

 

Stockwell adorait ses chiens et ne tolérait pas qu'on les moleste ou même qu'on les menace d'une quelconque manière.

 

La mère de Philippe était originaire d'Écosse et portait le nom de Lorner. Philippe a raconté à ses enfants qu’à la Baie des Anglais il y avait autrefois de 60 à 75 familles de Terre-Neuviens et quelques familles originaires de la Nouvelle-Écosse.

 

Elles étaient toutes de langue anglaise. M. Philippe a travaillé au moins trois ans à Fox Bay pour M. McQueen à titre de commis.

 

Le juge F. Gibsone avait dit à Philippe Leblancq de ne jamais changer l'épellation de son nom.

 

La première épouse de Philippe était une demoiselle Wright de la Baie-Sainte-Claire.

 

La deuxième femme de Philippe Leblancq se nommait Émilie Simard.

 

Il mourut à l'âge de 70 ans, le 27 septembre 1933, et est inhumé à Port-Menier.

             
  Willie Boudreault                            
                           

M. Gérard Leblancq me raconte que Willie Boudreault (cousin de Francis Boudreault, garde-chasse), natif de l’Anse-aux-fraises, a quitté l'île à l'âge de six ans parce que son père avait refusé de travailler pour Menier. Ils allèrent s'établir à la Rivière-au-Tonnerre.

             
  Capitaine Setter                            
                           

Le capitaine Setter était un homme sévère; il interdisait que l'on parle à ses chiens.

 

Un jour, Philippe Leblancq lui amena un baril de lard à l'aide de traîneaux tirés par les chiens de M. Stockwell. À deux occasions, le chien du capitaine Setter sauta sur Philippe et celui-ci dût le chasser à coups de pied.

 

Le capitaine Setter n'adressa plus la parole à Philippe pendant des jours.

             
  Le musée                            
                           

On a déménagé le musée du deuxième étage du bureau de l'Administration dans la nouvelle maison à appartements. Ce faisant, on détruisit une grande partie des collections.

             
  Villa Menier                            
                           

La Villa Menier servit comme entrepôt après 1946 pour y stocker la marchandise non périssable; cet entrepôt servait de réserve en cas de feu. Il y avait également une réserve à la ferme Saint-Georges.

 

M. Gérard Leblancq est celui qui a commencé à se servir du Château comme entrepôt et c'est aussi lui qui cessa cette pratique, après quatre ans. On y entreposait la marchandise sèche.

 

Au temps de Graham (1934-1945), on faisait venir un cuisinier français (il avait un nom italien) qui avait pour tâche de restaurer les touristes qui venaient visiter le Château.

 

La Villa était ouverte pendant deux ou trois mois chaque année pour les touristes. Wilcox disait qu'il était sur l'île pour couper du bois et non pour conserver le Château.

 

 

Le bois de chauffage était placé sur le site de la Loco Shop ainsi que les matériaux de construction des chalets (pavillons) et des petits camps.

             
  Bernard Lejeune                            
                           

Liste des enfants de Bernard Lejeune (d'après Gérard Leblancq) : Claire, Bernadette, Albertine, Bernardin, François, Philippe, Donalda, Rosaire, Élise, Marie, Donat et Albert.

 

Enfants de Bernard [?] : Iréné (frère), Armandin, Berthe, Bernard, Joseph (Ti-Jos), Émile (frères des Écoles chrétiennes), Germaine, Irène, Lionel et Camille.

             
  Entreposage                            
                           

Les lacs Princeton et Simard servaient à l'entreposage du bois.

 

Après 1946, on utilisa les bâtiments désaffectés de la ferme Saint-Georges pour entreposer du foin et de l'avoine.

 

 

La dynamite était entreposée à l'arrière de la ferme Saint-Georges, près de l'ancien parc à renards. Les détonateurs étaient gardés dans le Château.

 

Le « carshed » servait également d'entrepôt pour la marchandise sèche en cas de déflagration.

             
  Prêtres                            
                           

Le père Leventoux fit, l'espace de neuf ans, trois séjours à l'île, le dernier vers 1925.

 

 

Liste des prêtres d'origine bretonne (eudistes) ayant séjourné à Anticosti :

 

père Édouard Travers, père Joseph Lestrat (séjour d’un an en 1904, en 1913 avec le père Leventoux), père Robin.

             
  Photos                            
                           

M. Leblancq me dit qu'il a reçu l'ordre en 1946 de détruire quantité de photographies prises par Happy Fraser (1926-1933).

             
  Les Duguay                            
                           

M. Odina Duguay, frère de Wilfred et Leda, a été chassé de l'île. Bernard Lejeune a raconté qu'il avait été vu chassant le gibier dans le lac à M. Martin.

 

Wilfred a quitté l'île pour Trois-Rivières; il n'arrivait plus à rejoindre les deux bouts.

             
  Postes importants                            
                            Il y avait trois postes importants en 1926 :
  1. chef du service des travaux (M. Rowley remplace alors Tancrède Girard à sa tête)
  2. gérant de l'entrepôt (McQueen)
  3. gérant de l'île (McLaren).

 

 

♣ T. B. Fraser était chef garde à la place de Francis Boudreault.

 

D'après M. Leblancq, Tancrède Girard était un homme irremplaçable.

 

♣On disait que Napoléon Martin était le « maire de l’Anse-aux-fraises ».

 

À Port-Menier, à l'époque de Gaston, M. Philippe Leblancq était responsable de l'entrepôt et M. Laroche, responsable du magasin.

 

Ce M. Laroche était le beau-frère de Bernard Lejeune; il avait épousé la soeur de Bernard. Il fut remplacé par Louis Hudon.

 

♣ Clément Dupuis était chef scaler en 1926-1927. Gérard Leblancq s'occupait de la livraison du journal L'Alouette.

 

♣ Marino, Suze et Ridell étaient responsables de la coupe en 1926.

 

♣ M. McKinnen aurait été le premier gérant en 1926. M. Whinibey était gérant de l'entrepôt de 1926 à 1929.

             
  Faits divers                            
                           

Les Menier assistaient toujours à la messe le dimanche. Georges Martin-Zédé était l « le grand boss » de l'île.  

 

Galibois se rendait au Havre-Saint-Pierre pour connaître les Cayens qui commerçaient les peaux de renard de l'île.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis