(20)   Notes sur les cerfs d'Anticosti recueillies le 3 avril 1977 ; conversation avec M. Jos Bard, technicien au CRFL (il tient cette information de G. Bélanger)

  Introduction des cerfs                            
                           

M. Joseph Bard est originaire de Saint-Cyrille de L'Islet et eut l'occasion, au début des années 1940, de travailler avec un homme nommé Gaudias Bélanger de Saint-Cyrille qui lui raconta les faits suivants : M. Gaudias Bélanger a travaillé toute sa vie comme ouvrier forestier.

 

Célibataire, il causait peu et aimait vivre la fin de semaine dans une cabane qu'il s'était construite en forêt.

 

D'après M. Bard, Gaudias était un homme sérieux qui n'avait pas la réputation d'être un conteur de blagues.

 

Il causait très rarement de son passé et il fallait des circonstances particulières pour qu'il fasse connaître une page de sa vie.

 

C'est au cours d'une circonstance de ce genre qu’il raconta à M. Bard sa participation à la capture des cerfs (chevreuils) vendus à Menier pour son île.

 

Voici donc en résumé ce que Gaudias Bélanger a raconté :

 

Il avait participé vers l'âge de 13 à 15 ans, avec un groupe d'hommes, à la capture de cervidés dans des cédrières à flanc de montagne ou dans d'anciens bûchers, et cela au cours de trois hivers.

 

En effet, il se rappelait que les opérations de capture eurent lieu au cours de trois hivers, que la chasse en raquettes avaient lieu aux endroits mentionnés ci-dessus et dans les « ravages » des chevreuils.

 

Une dizaine d'hommes participaient à ce « rassemblement » et dirigeaient les bêtes par groupe de sept ou huit vers la ligne de chemin de fer.

 

En terrain dégagé, les chevreuils s'enfonçaient dans la neige et on en profitait pour « courir à pied et mettre le pied dessus » ; ils étaient alors attachés et déposés par groupes de deux ou trois sur des traîneaux nommés « chiennes » faits de petits bouleaux écorcés.

 

Il arrivait que des gars des équipes soient blessés par des coups de sabot.

 

Les personnes suivantes, originaires de Saint-Cyrille, ont participé à cette capture : les familles de Gaudias Bélanger et d’Omer Bélanger, Carlos (?), Gagné (?).

 

Les personnes suivantes, de Sainte-Perpétue, ont également participé : Augustin Fournier et Arthur Beaulieu, ingénieur forestier. Et un M. Gagné de Saint-Marcel.

 

Les chevreuils capturés étaient gardés et nourris dans des granges ou autres bâtiments en attendant leur transport par train vers Rimouski où ils étaient embarqués à bord du Savoy. De 20 à 30 cerfs étaient capturés chaque hiver.

 

Donc, s’il y eut trois introductions, le nombre total de cerfs serait situé entre 60 et 90 et non 120, en une seule introduction (1897), comme le rapporte Martin-Zédé.

 

Les cerfs étaient tous originaires du comté de L'Islet. Les captures ont été effectuées dans trois cantons ou municipalités : Bras d’Apic, La Fontaine (près de Sainte-Perpétue), Lefèvre.

 

Les cerfs étaient mis dans des cages en bois puis transportés sur des wagons tirés par des chevaux jusqu'à la plus proche station de chemin de fer.

 

Lorsque les cerfs avaient été capturés à Bras-d’Apic, ils étaient transportés à la station de L’Islet; capturés à La Fontaine ou à Lefèvre, ils étaient transportés à Saint-Jean-Port-Joli pour chargement sur le train.

 

De ces endroits, les cerfs étaient conduits à Rimouski et chargés à bord du Savoy (premier bateau à aller à Anticosti au printemps). Une prime de cinq dollars était accordée pour une femelle enceinte.

 

On cherchait surtout à capturer des femelles, et en gestation si possible, pour mise bas à Anticosti. Les cerfs capturés ne devaient pas être âgés de plus de trois ans et préférablement âgés de deux ans.

 

Les Bélanger, Carlos, Garnier, Fournier et Beaulieu étaient les meilleurs forestiers du comté et ils connaissaient très bien les endroits où vivaient les cerfs, ayant parcouru tout le comté depuis leur enfance.

 

Les captures ont été toutes faites dans le territoire d'exploitation forestière ou dans des régions environnantes.

 

Les cerfs étaient localisés au cours des travaux en forêt que faisaient ces personnes au service d'une compagnie (Power Lumber ?).

 

Les cerfs mangeaient souvent le foin que l'on amenait pour nourrir les chevaux utilisés dans les opérations de coupe et de charroyage.

 

Ce foin était souvent empilé au « coin du roule de billots » et, une fois les chevaux partis avec leur chargement, les cerfs venaient manger le reste de foin.

 

À l'époque, on disait que le plus beau chevreuil du Québec était du comté de L’Islet.

 

Au début des années 1940, le cerf était encore abondant dans ce comté et on pouvait en voir cinq ou six sur une distance de 200 pieds qui broutaient le foin tombé le long du chemin ou dans le « coin de roule de billots ».

 

Gaudias Bélanger était âgé de 60 ans en 1940 et mourut à l'âge de 83 ou 84 ans, vers 1970.

 

Le fait qu'il y ait eu trois introductions à l'île de cerfs a été mentionné dans Pimlott, Newson,

 

La Consolidated Bathurst (Charlie McCormick). D’après Jean Huot, il serait fort probable que trois introductions eurent lieu au lieu d'une seule.

 

En effet, la capture de 150 cerfs en un seul hiver est une chose très difficile à réaliser à cause de la complexité dans l'entretien et le transport de ces animaux sauvages.

[…]

 

Martin-Zédé, dans L’Île ignorée, mentionne qu'il a demandé à un M. Boulay de Cap-Saint-Ignace de prendre, vivants, une centaine de « red-deers », ainsi que des orignaux, des caribous et des castors (page 85).

 

À la page 138, il mentionne l'arrivée à l’île en juin 1897 de 150 daims (?) pris pendant l'hiver par le trappeur Boulay (achetés 15 $ chacun).

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis