(40)   Notes sur l'île recueillies au cours d'une rencontre avec M. Arthur Renaud, le 20 février 1975

  Alfred Malouin                                        
                           

Il a été télégraphiste à Sainte-Flavie avant d'obtenir un emploi comme gardien de phare et chef télégraphiste à la Pointe Ouest.

 

Il était d'une habileté telle qu'il émettait un message d’une main tandis que l'autre écrivait un message qu'on lui envoyait.

 

Il a été gouverneur de l'île jusqu'au printemps de 1919 et fut remplacé par le capitaine Luc Pelletier, originaire de L'Islet (il est probable qu’au musée de L'Islet il y ait une carte des naufrages d'Anticosti, cartes dont le capitaine Pelletier possédait l'original).

 

M. Martin-Zédé avait refusé aux Malouin d’aller passer l’été dans le « chalet » (maison qui n'existe plus et qui avait des vérandas sur trois côtés).

 

M. Malouin est mort à Québec et est enterré dans le cimetière Beaumont.

 

Il avait failli être tué par la décharge d'un canon avertisseur lorsque la dynamite explosa pendant que le panneau du mur de la « remise à canon » s'était accidentellement refermé.

             
  Luc Pelletier, capitaine                            
                           

Comme on l'a dit, il était originaire de L'Islet. Il avait remplacé le capitaine Bélanger comme capitaine du Savoy et fut nommé gouverneur de l'île en 1919 après sa retraite comme capitaine.

 

Le capitaine avait pour mission d'aller chercher le bateau Fleurus au Havre (France) pour l'amener à Anticosti.

 

Comme il n'avait pas son brevet de capitaine au long cours, un marin anglais, un ivrogne, prit charge du bateau.

 

On avait caché de la boisson partout dans la cale. Tout alla bien jusqu'à Halifax.

 

Le capitaine anglais décida de vendre la mèche et c'est avec la gendarmerie à bord du navire que ce dernier arriva à Québec. Grâce à M. Pratt (assureur), ami de Gaston Menier, on ne paya pas l'amende.

 

Le capitaine Pelletier était un homme sérieux et très engagé.

             
  Martin-Zédé                                      
                           

Au moment de son arrivée à l'île (tous les printemps, sauf en 1914-1918), il lançait ses cigarettes et ne fumait plus de l’été.

 

Il avait une volonté de fer. Il disait que, en France, dans les salons, il n'acceptait pas de respirer la fumée des autres et fumait pour respirer sa propre fumée, et non par goût.

 

Martin-Zédé souffrait beaucoup de la goutte et buvait du jus de carotte. Il habitait le château et régnait en seigneur.

 

C'était l'autorité suprême. C'est la principale raison, en plus du désir de s'enrichir, qui amena Martin-Zédé à passer 31 ans (27 étés) à l'île.

 

Il écrivait à M. Renaud de Paris, la lettre arrivait au printemps sur le premier bateau; ces lettres suggéraient souvent un remaniement du tableau illustrant l'organisation de l'administration.

 

Il a dit à M. Renaud et à d'autres personnes : «Seulement quelques années après l'achat de l'île, j'ai décidé de farder la mariée (en parlant de l'île) et de la vendre dès que je pourrais. »

 

Est-ce vrai qu'il pensait ainsi ? En 1926, il a écrit, en anglais, une comptabilité (M. Renaud a le document) qui était fausse.

 

Cette comptabilité avait été formulée de telle sorte qu'elle servirait à l'administration des choses publiques et qu'une autre comptabilité serait élaborée pour la compagnie forestière qui exploiterait l'île ; les Menier en demeureraient propriétaires. Ce document n'a jamais été utilisé.

 

M. Martin-Zédé avait une propriété dans le Midi de la France. Il a épousé Rose (probablement sa maîtresse depuis des années, il prétendait qu'elle était sa servante) après son départ d'Anticosti au début des années 30.

             
  L’Anse-aux-fraises                                      
                           

L'église de l’Anse-aux-fraises : certains de ses matériaux, tels que fenêtres, portes et boiseries, ont été utilisés en 1921 pour la construction de l'église de Port-Menier (Baie-Ellis).

 

Les cloches de l'église de Baie-Sainte-Claire ont été transportées la même année à la Baie Ellis pour y être installées dans la nouvelle église.

 

 

M. Renaud me dit qu'il y avait un chemin de croix dans l'église de l’Anse-aux-fraises d'une grande valeur artistique et que ce dernier a disparu.

 

Il soupçonne les religieuses (sœurs de la Charité) de l'avoir pris.

 

Je crois plutôt qu'on l'aurait installé dans la nouvelle église de Baie-Ellis et qu’il aurait été détruit en 1964 lors de l'incendie de l'église (ancien entrepôt no 2).

             
 

Les ingénieurs de

Princeton         

                           
                           

La plupart d'entre eux étaient des étudiants en génie qui venaient faire leur stage à l’île engagés par la compagnie Ashbaugh.

 

L'apport de ces étudiants et de ces ingénieurs de qualité assurera l'exploitation forestière, depuis l'aménagement de chemins de fer en forêt jusqu'à la construction d'une usine à Port-Menier.

 

De nouveaux étudiants venaient tous les ans faire un stage à l'île.

             
  Règlements de pêche                                  
                           

Arthur Renaud possède un document sur les règlements de pêche.

 

On louait en 1925 les rivières pour un coût allant de 1200 $ à 1500 $ par mois.

 

On louait ainsi la Loutre, la Sainte-Marie, la Becsie, la Saumon, la Galiote et la Chaloupe. La Jupiter était réservée aux Menier et à Martin-Zédé.

             
  Arthur Renaud                                  
                           

M. Renaud avait d'abord été nommé secrétaire de Martin-Zédé puis chef comptable.

 

Il a ainsi travaillé de 1919 à 1929 (ou de 1919 à 1926) pour Gaston Menier et de 1926 à 1929 pour l'Anticosti Corporation.

             
  Bateaux                               
                           

1) le Jolliet

 

2) le Copaco (Consolidated Paper Company, entreprise née dans les années 30 des cendres de l'Anticosti Corporation, qui avait fait faillite (on a vendu des parts à 25 ¢ chacune))

 

3) le Alcyon (a été incendié).

             
  Chevreuil                             
                           

On n'aurait pas introduit le «mule deer».

 

Cependant, les cerfs introduits auraient eu du sang de «mule deer».

 

On tuait souvent ces animaux qui naissaient dans le troupeau de cerfs. Les femelles de ces «mule deers» avaient des cornes.

             
  M. Henri Myard                            
                           

Le second gouverneur de l'île était un Français et était marié à une Mexicaine.

 

Il était d’une taille considérable et on raconte que sa corpulence l'empêchait de s'accoupler avec sa femme.

 

Dans l'espoir qu'il eut un enfant, le Dr Schmitt procéda à une insémination.

             
  Henri Menier aux USA                            
                           

M. Henri Menier aurait voulu développer une industrie aux États-Unis, dans la ville de Hoboken, Illinois.

 

On ne sait pourquoi la fabrication fut un échec, mais les Américains lui volèrent la formule. Menier perdit beaucoup d'argent.

             
  Port Menier, Baie Ellis                            
                           

Ce n'est qu'en 1921 1922 que le nom de Port-Menier fut donné officiellement au village ; il portait auparavant le nom de Baie-Ellis.

             
  Les Rennes                            
                           

Lorsque les rennes arrivèrent à l’île, en août 1923, ils furent dirigés vers la plaine du lac Saint-Georges, entre la lac et l'aéroport actuel.

 

Bientôt le troupeau se divisa en deux et un groupe alla s'installer à l’Anse-aux-fraises.

 

Il semble que les femelles avaient normalement leur petit malgré une paralysie du train arrière.

 

Les petits étaient normaux, mais paralysaient au moment d'atteindre la maturité.

             
  Dr Schmitt, remplacement                            
                           

Le Dr Schmitt a été remplacé par le docteur Martin de Seine-et-Oise 

             
  Gaston Menier à l'île                            
                           

La première fois que Gaston Menier est venu à l’île, c'était en 1914.

             
  Documents de l'île                            
                           

Un agent de Gaston Menier à Québec fut tué par un train en 1926 au moment de la vente de l'île. M. Renaud fut envoyé à Québec 10 mois pour prendre le relais.

 

En 1930, on décida de liquider les affaires de bureau à l'agent de Québec et c'est ainsi que M. Renaud prit possession de nombreux documents.

 

Plusieurs ont été détruits en 1929 lorsque le nouvel agent (de l’Anticosti Corporation) s'installa dans ses locaux.

             
  M. Gaston Pratt                            
                           

M. Gaston Pratt (employeur de M. Arthur Renaud), ami de l’île d'Anticosti, est décédé en 1960.

             
  M. Fecteau                            
                           

M. Fecteau, mentionné dans les « rapports des réunions », a été comptable à l'île avant M. Renaud.

             
  Ornithologue et géologues                            
                           

Un ornithologue (Stuarts ?) a travaillé sur l'île dans les années 1920, de même que des géologues qui ont mis au point le système de signaux de navigation.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis