(64)   Conversation avec M. Eugène Chevalier du 13 juin 1974

Eugène Chevalier jr

  Zédé - chasse - permis                            
                           

« M. Martin-Zédé ne chassait pas les gens de l'île pour avoir été pris à chasser le chevreuil, la perdrix ou le lièvre, ni pour avoir capturé du poisson ; seulement ceux qui tuaient les animaux à pelleterie. »

             
  Wapitis                            
                           

Le dernier renne a été tué par un camion en 1947. Il restait seulement 11 rennes en 1946 dans la plaine derrière la tour lumineuse qui se trouvait près du château autrefois.

 

On a introduit trois wapitis (deux femelles et un mâle) : un des wapitis s'est brisé une patte en traversant l'espace encombré de bois au moment où on démolissait le «grand camp» pour faire la maison où habite Jean-Luc Noël.

 

Ce grand camp était fait en croix et on démolissait les angles pour faire des maisons unifamiliales. Des enfants couraient après le wapiti qui entra dans une des pièces et se brisa une patte. Il s'agissait d'un mâle (?), On a dû l'abattre (tué par Francis Boudreault).

 

Il pesait 900 livres. Les autres wapitis furent conduits à la rivière Jupiter pour y être libérés. Deux jours plus tard, on reçut un téléphone du gardien du phare de la Pointe Sud-Ouest, M. Léopold Lemieux, qui dit que les deux wapitis broutaient dans son jardin, en territoire fédéral.

 

On soupçonna M. Lemieux de les avoir mis en boîte pour nourrir sa famille. Ces bêtes n’eurent aucun descendant.

 

M. Chevalier m’assure qu'on introduisit, en 1925, deux femelles et un mâle d’élan (wapitis ?). Cette famille ne mit au monde que des mâles.

 

Trois en tout. M. Edmond Plourde fut encorné lorsqu'il coupait le foin à la ferme Saint-Georges par un des mâles.

 

Il eut 15 blessures et ne sauva sa vie qu'en faisant le mort puis en roulant sous une clôture lorsque l'animal se fut éloigné de lui (il s'agit à mon avis d’un wapiti, comme les précédents).

             
  Bison                            
                           

Le premier fut introduit en 1897, un mâle; deux autres (un mâle et une femelle) le furent en 1920. Ils étaient isolés dans un parc à la ferme Saint-Georges et n’eurent aucun descendant. La femelle était douce, mais le mâle était dangereux.

             
  Huitres                            
                           

M. Menier ensemença des huîtres dans la Baie Ellis, en face du Cap Blanc et au fond de la baie au début des années 1900. La deuxième année, on ne retrouvera que des coquillages inertes.

             
  Perdrix blanche                            
                           

M. Eugène Chevalier fils a tué sa dernière perdrix blanche à l'arrière du garage en 1933. Elles étaient autrefois nombreuses au Havre du Brick.

             
  Scieries                            
                           

Il y avait dans le temps des Menier des scieries tout autour de l'île pour faire de la planche : Fox Bay, Cap Caron, Grand Makasti, Baie-Sainte-Claire, Port-Menier et rivière Canard.

             
  Moulins à scie Port-Menier                            
                           

D’après M. Chevalier, il y avait deux moulins à pulpe, l'un à Port-Menier près du canal et l'autre près du lac Saint-Georges sur la rive est. Le «grand moulin à pulpe», celui de Port-Menier, comptait 14 écorceuses.

 

Le bois puisé dans le canal mesurait 12 pieds; des grappins sur lisses l'entraient dans le moulin par une porte rectangulaire pratiquée dans le mur.

 

Une fois dans l'usine, le bois tombait sur un convoyeur pour être coupé en billes de deux pieds, puis tombait sur un second convoyeur qui l'amenait aux écorceurs, puis sur un troisième, qui le sortait de l'usine pour être mis en tas.

 

Sous les tas, il y avait des portes que l'on retirait pour laisser tomber le bois sur un convoyeur qui l'amenait aux bateaux.

 

Les écorces servaient à chauffer l'usine et à faire marcher les «boilers».

 

Le surplus était brûlé dans le petit enfer (four suédois ou norvégien).

 

La grande cheminée (grand enfer, 120 pieds de hauteur) libérait les vapeurs et fumées des boilers allumés.

 

Les vapeurs étaient, avant, barbotées dans un réservoir d'eau pour enlever les gaz nocifs.

 

Les hommes gagnaient des prix (un fusil, une canne à pêche, etc.) s'ils réussissaient à écorcer beaucoup de billes.

             
  Moulin à scie St-Georges                            
                           

Le moulin du lac Saint-Georges ne contenait que trois écorceuses à main.

             
  Moulin à scie de la rivière Canard                            
                           

Il fut construit en 1921, mis en marche en 1922 et fermé en 1926 par le nouveau propriétaire.

             
 

Transport du bois de pulpe

                           
                           

Le bois était autrefois (au début des moulins à scie) envoyé dans la baie par bourrée grâce à des «coffer dams», sorte d'écluses qui traversaient une partie du lac ou le canal ; l'eau et le bois s'accumulaient puis étaient subitement relâchés pour entraîner le bois en groupe vers des estacades puis chargé dans des bateaux (l'Alaska et le Simone).

 

L'Alaska et le Simone étaient en fait deux barges que possédait Menier pour transporter son bois à Clarke City.

 

Les deux barges étaient remorquées par le Savoy. Ce bateau allait ensuite à Québec et sept ou huit jours plus tard reprenait les barges vidées pour les ramener à Port-Menier. M. Poulin les appelle les deux «tugs ». C'était avant Ashbaugh, donc avant 1909 (1907-1908).

             
 

Happy Fraser (T.B.)

                           
                           

Ce surnom lui a été donné par sa femme. C'est un ingénieur qui est arrivé en 1926 et qui a quitté l'île en 1932 ou 1933. Il supervise tous les travaux, surtout le rallongement du quai et la construction du «cargo warf».

             
 

Chauffage

                           
                           

Le charbon pour chauffer les locomotives et les maisons (1926) venait de Sydney, Nouvelle-Écosse. Il y avait près du moulin un «hopper à charbon », sorte de tour pour fournir en charbon les locomotives. Dans le temps des Menier, les locomotives étaient chauffées avec des écorces de bois.

             
 

Exode de Baie Ste-Claire

                           
                           

Le curé et le docteur sont arrivés à Port-Menier de façon permanente en 1918. Ils avaient quitté définitivement Baie-Sainte-Claire.

             
 

Martes, lièvre et renard

                           
                           

M. Francis Boudrault a rapporté avoir vu, et cela pour la dernière fois, les pistes d'une marte en 1918 dans le haut de la rivière Jupiter.

 

Lièvre : le lièvre serait responsable de la disparition de la marte d'après les chasseurs de l'île, parce que la marte avait trop de viande fraîche.

 

M. Eugène Chevalier père dit avoir vu 1800 peaux dans un hiver dans le temps du docteur Schmitt.

 

Henri Menier donnait pour un renard argenté pris vivant 10 $, mort 5 $, croisé 3 $, rouge 2$.

             
 

Armes - Prohibition

                           
                           

M. Alfred Malouin a fait ramasser par ordre de Martin-Zédé à trois occasions environ toutes les armes à feu que possédaient (illégalement) les habitants de l'île.

 

Il agissait ainsi parce que Placide Duguay le narguait en passant devant sa résidence avec du gibier à plumes sans qu'il ait reçu d'autorisation.

 

M. Eugène Chevalier père se fit une boîte en bois et y déposa des tuyaux de plomb de même poids que ses armes et dit à M. Malouin en mettant cette boîte sur le train pour l'envoyer à Saint-Pierre-et-Miquelon : «Vous voyez ce que vous m'obligez à faire avec mes armes que j'aime tant ?»

             
 

Barge

                           
                           

il y avait une grande barge du nom de Kay State qui pouvait contenir 3900 tonnes de «scrap ».

             
 

Maison des ingénieurs

                           
                           

On la nommait ainsi, car c'est dans cette maison qu’habitaient les ingénieurs attachés au Service forestier.

 

Parmi les ingénieurs, il y avait un M. Hudon de Québec, un M. Green (responsable du moulin), et un M. Hall (le grand responsable de tout le Service forestier).

             
 

Locomotives

                           
                           

Il y avait cinq locomotives en plus des wagons dits «bumpcar » (pour le bois), «boxcar » et aussi des wagons pour le gravier. Un M. Walsh était responsable des locomotives.

 

L'Anticosti no 1 : son assemblage a commencé en 1910, elle sera mise en marche en 1911. Le chemin de fer se rendait au 8-milles à cette époque.

 

Les locomotives furent fabriquées par les Locomotives Work de Montréal. On s'en servait pour construire le chemin de fer et traîner le gravier.

 

L’Anticosti no 2 et 3 : ces Dunkey étaient utilisées pour les travaux plus exigeants : tirer des charges sur les pentes, monter les wagons sur les «tressels», charger des bateaux qui exigeaient de tirer de 13 à 17 chars à bois 

 

Dès l'arrivée de l'Anticosti no 1, le train Decauville n'a servi qu’aux seules fins de transport de matériel depuis le quai au magasin-entrepôt.

 

Ce train a été mis au rancart en 1911 (et entreposé pendant de nombreuses années dans le Club). 

 

Le […] ne fut utilisé que pour les trains à voies larges, qui servaient au transport du bois.

 

En 1946, le Decauville était toujours dans le sous-sol du Club.

 

Locomotive no 4 : un Baldwin

Locomotive no5 : elle fut achetée au lac Saint-Jean.

 

Après 1918, seulement les locomotives nos 1 et 3 servaient aux travaux. Une locomotive à gazoline arriva à l'île en 1932 ou 1933, achetée à la compagnie Eddy à Hull.

             
 

Ashbaugh

                           
                           

il tenta de voler Gaston Menier en 1918 à la fin de l'exploitation forestière.

 

Il subtilisa des moteurs, des génératrices, de l'équipement divers qui fut transporté à Franklin sur la Côte-Nord où il y avait des opérations forestières.

 

Une grande partie du matériel fut heureusement saisie à Québec à bord d'un bateau lorsque Alfred Malouin informa les Menier par télégramme des agissements d’Ashbaugh.

 

Ce dernier avait acheté une vingtaine d'attelages neufs pour chevaux et les avait cachés dans des barils de farine afin de les transporter sur son bateau sans éveiller les soupçons.

 

Cet équipement, comme tout le reste du matériel, avait été payé par la famille Menier.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis