(68)  Conversation avec M. Eugène Chevalier, le 17 juillet 1976

Eugène Chevalier jr

 

  La pêche                            
                           

M. Menier a fait venir M. Eugène Chevalier père pour s’occuper de la pêche, surtout en vue de nourrir la population du seul village d’Anticosti.

 

Une barque, le Squid, et deux pêcheurs, messieurs Philippe Huard et Georges Plourde; ces derniers recevaient un bonus de cinq sous la livre de morue.

 

Un moteur a été ajouté à la barque par Martin-Zédé. Le même jour, on prit 50 000 livres de morue.

 

M. Chevalier père change de tâches en 1920 et devient assistant de Tancrède Girard.

 

On vendait la morue aux gens du village et aux ouvriers forestiers.

 

Ces derniers étaient nombreux (1500) en plus d’environ 500 Anticostiens entre 1910 et 1918.

 

On vendait de la morue verte (salée), de la morue fraîche et de la morue sèche. On entreposait cette morue dans un hangar.

 

Durant la guerre, M. Chevalier vendait sa morue à un dénommé François Bourré, marchand épicier, vins et liqueurs, rue Saint-Paul, à Québec.

 

Pendant ses six ans à la Baie-Sainte-Claire, M. Chevalier sondait le pourtour de l’île pour trouver les meilleurs sites de pêche. McCannon (?) a remplacé M. Chevalier vers 1920, il est resté deux étés seulement.

             
  Trois tours                            
                           

Les ingénieurs du ministère fédéral des Transports sont venus à l’île vers 1919-1920 et ont construit des tours (trois) : l’une au lac Simone, un autre à la Becsie, une autre au fond de la ferme Rentilly.

 

Le responsable était un dénommé Rods. Ils communiquèrent à Ottawa par télégraphe. Les tours étaient de bois et il y avait des chiffres inscrits sur les poteaux.

             
  Vente de scrap                            
                           

En 1939, on vendit 4000 tonnes de scrap « d’excellente qualité », selon une lettre du gouvernement canadien. Ce métal (chemin de fer, locomotives, machineries diverses, tracteurs, gros outils (tour, etc.), rail, boilers, tracteurs, lynx et Caterpillar. On n’a pas vendu la Decauville.

             
  Toilettes                            
                           

À l’époque de Menier et des forestiers, il n’y avait pas de toilette dans les camps; on devait uriner à au moins 50 verges du camp et… dans le bois.

             
  Locomotives                            
                           

La No 1, fabriquée à Montréal par la Montreal Locomotive Works;

 

la No 2, originaire des États-Unis (New York);

 

la No 3, marque Eisler (joints universels (?) pour courbes et pentes);

 

la No 4, une Baldwin, achetée neuve;

 

la No 5, originaire du lac Saint-Jean.

             
  Chemin de fer                            
                           

Il y avait 11 chars contenant 13 cordes de bois chacun qui ont dévalé la côte du 7-milles et ont détruit trois quarts de mille de chemin de fer lors du déraillement en trois ou quatre milles.

 

Il y avait en tout 38 milles de voie ferrée, dont 22 sur le tronc principal.

             
  Eugène Galibois                            
                           

Eugène Galibois : Galibois, chef-garde, est décédé à l'hôtel de Port-Menier.

 

Il était malhonnête, il poussait des gens un peu naïfs à commettre des gestes illégaux et ensuite il les arrêtait pour les faire condamner à l’amende par le juge de paye (le douanier).

             
  Chaland à pitoune                            
                           

Barge : un chaland à pitoune (?), Le Simone, a été incendié près de la rivière Canard en 1918, à la fin de l'exploitation forestière.

 

Cette barge ramassait le bois coupé près de la rivière Canard, du cap Caron et du Grand Macasty, puis ce bois était remorqué par le tug Alaska.

 

On avait mis un boiler fait à Québec dans l'Alaska.

 

Durant les premiers temps des Menier, le Savoy remorquait le chaland à Clark City (Sept-Îles).

             
  Ateliers                            
                           

Les ateliers dans le temps des Menier étaient bien équipés : tour, scie à métal, poinçons, perceuse, taraudeuse, pompe, grandes meules à émeri de 24 pouces de diamètre, etc.

 

Dans la loco shop, il y avait un tour pour tourner les roues de train (60 pouces de diamètre), une scie pour couper les rails à angle, etc.

 

Dans l'entrepôt actuel, il y a un petit tour de l'époque. On chargeait les bateaux avec des paniers (« cage à coques ») en 1927. Ce même système a été utilisé en 1974 (faux).

             
  Rats domestiques                            
                           

Les premiers rats domestiques sont arrivés sur l'île lorsque les premiers bateaux ont accosté au quai construit par Menier. Des harfangs des neiges les mangeaient.

             
  Le bois sur bateau                            
                           

Un bateau muni de grues chargeait le bois en «bundles ». Une machine servant à fabriquer les bundles était installée au Grand Macasty. Les bundles étaient mis à la mer et ramassés par le bateau à grues de Clark City.

             
  Pêche sportive et guides                            
                           

Pêche sportive et guides : le guide ou garde des rivières nettoyait la rivière, avec quelques personnes pour l'assister, avant l'arrivée des touristes.

 

On coupait les branches et les troncs des arbres tombés dans la rivière et le courant transportait les débris vers la mer.

 

Les gens des rivières économisaient beaucoup d'argent et ils étaient considérés comme plus riches que les gens du village, qui devaient travailler de longues journées (60 ¢/heure) pour gagner le même salaire que les guides.

 

Ces derniers avaient également peu d'occasions de dépenser.

             
  Exploitation forestière                            
                           

Exploitation forestière : le niveau d'eau du lac Saint-Georges était maintenu plus haut du temps de Menier pour la grève du bois dans le canal Saint-Georges.

 

La voie ferrée sur la rive ouest du lac était construite sur des pilotis et un court embranchement servait à déverser les wagons de bois dans le lac.

 

L’exploitation forestière au lac Valiquette était trop coûteuse et on rapprocha l’exploitation de Port-Menier.

 

Le champ à partir de l'embranchement du Whitehead (5-milles) était la ferme Saint-Philippe. La côte qui le longe se nomme la Côte à Koko.

             
  Véhicules motorisés                            
                           

Henri Menier, une Panhard Levasseur et une Maxwell (1925);

 

Lorenzo Malouin, une Chevrolet;

 

le Dr Verge, une Simplex.

 

En 1926: trois tracteurs Lynn, deux tracteurs Caterpillar, modèle 60.

             
  Gérants de l'île                            
                           
  • M. McLaren (1926),
  • M. Valiquette (de 1927 à 1930),
  • M. Townsend (de 1930 au printemps de 1935),
  • M. H.E. Graham (de 1935 à 1946),
  • M. Wilcox (1946 à 1955),
  • M. Gérard, M. Létourneau,
  • M. R. Dixon, M. Bourgoin (1972-1973).
             
  Eugène Chevalier fils                            
                            En 1946, Eugène Chevalier fils était responsable pour la mécanique de toute l'île.              
  Population                            
                            En 1926, il y avait entre 80 et 85 familles et cinq policiers pour maintenir l'ordre.              
  Paddy Cesteau                            
                            Le roadmaster Paddy Cesteau (?) était chargé de la construction du chemin de fer. Il y avait plusieurs stations.              
  Milo                            
                           

Un dénommé Milo travaillait au chemin de fer; un de ses fils s'est noyé dans un ruisseau le long de la ligne à la suite d'une crise d'épilepsie.

 

Ce garçon s'appelait William Milo, il est décédé le 3 juillet 1918; il n'avait que 21 ans.

             
  Koko                            
                           

Le « gros » contracteur de l'île en 1910 se nommait Koko.

 

Il avait un contrat de 500 000 cordes. La maison de Normand Poulin a été construite pour loger Koko.

 

Ce dernier a quitté l'île vers 1914 et a été remplacé par un nommé Swing (ou Swain)..

             
  Baie Ste-Claire                            
                           

Les gens qui habitaient Baie-Sainte-Claire en 1910-1918 étaient pour plusieurs d’entre eux des bûcherons ou d’autres ouvriers forestiers.

 

Il travaillait dans la forêt la semaine et revenait chez eux en fin de semaine.

             
  Population                            
                           

« Il y avait plusieurs Italiens et Polonais à l'époque du Service forestier (1910-1918). »

 

Dans le temps de Menier, il y avait 32 gardes autour de l'île.

 

En 1919, Martin-Zédé a fait engager 20 vétérans comme gardes; peu d'entre eux demeurèrent à l'île.

             
  Essai d'agriculture                            
                           

On faisait des essais d’agriculture dans les parterres de coupe, le long du chemin de fer. Il y avait deux champs : la ferme Saint-Philippe, au 5,5-milles, au haut de la côte à Koko, et la ferme ou champ Saint-Jacques, dans la courbe du 10-milles, juste avant d’arriver au lac Mystérieux.

             
  Chemin de fer                            
                           

En 1918, la « main line » du chemin de fer ne se rendait qu’au 16-milles.

 

On avait défait 6 milles de chemin de fer en 1916 et 1917 pour construire les embranchements de Whitehead (Tyra) et du lac Princeton (?). 

             
  Menier                            
                           

«Menier avait tout fait pour le développement de l’île; il y avait tout pour travailler et on a tout détruit (la compagnie) ».

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis