(69)   Conversation avec M. Eugène Chevalier, le 24 juillet 1976

Eugène Chevalier jr

  Gibier à plume - Zédé                            
                           

Martin-Zédé, au cours de la chasse au gibier à plumes, se camouflait sur les rives de la baie Ellis et attendait les canards qui étaient chassés des champs de la ferme Rentilly par les enfants du gérant à la ferme.

 

Les oiseaux chassés des champs de blé allaient chercher refuge et nourriture dans la Baie Ellis.

 

Martin-Zédé ne tuait que pour ses besoins et jamais pour le plaisir d'abattre des oiseaux.

 

Il avait également fait creuser une cache dans un champ de la ferme Rentilly d'où il attendait les outardes qui y venaient manger du grain.

             
  Chemin de fer - personnel                            
                           

Personnel du chemin de fer : le chauffeur, le conducteur, le breakman (l’aiguilleur) et le dispatcher.

 

Ce dernier transmettait les directives qui étaient lues par le breakman et le conducteur.

 

Comme le nom l'indique, le conducteur était aux commandes de la locomotive; le chauffeur avait la tâche de mettre le carburant (bois ou charbon) dans la chaudière pour faire marcher la locomotive; le breakman avait pour tâche d'attacher et de détacher les wagons, de tourner l'aiguillage pour engager le train sur une voie secondaire, d'immobiliser des wagons par l'application des freins, etc.

             
  Locomotives 1, 4 et 5                            
                           

De 1919 (après la fin de l'exploitation forestière) à 1926, une seule locomotive était en usage : l'Anticosti N°1.

 

Elle servait au transport des Menier lors de leurs visites et au chargement des bateaux.

 

La locomotive N°4 a été remise en service en 1924 pour une courte période, au moment du creusage du canal situé à l'arrière de l'hôtel actuel.

 

La locomotive N°5 était, avant sa venue, attachée au transport des passagers de Québec au lac Saint-Jean. C'était le continental ou Grand Tronc. Elle était défectueuse, un cylindre ne fonctionnait pas bien.

             
  Chevalier fils                            
                           

M. Chevalier fils me raconte qu'il travaillait tellement qu'il a été 15 ans dans le village sans jamais rencontrer des familles ou des membres de certaines familles.

 

Le budget annuel de 1935 à 1945 était de 50 000 $..

 

En 1920 débuta le travail de M. Chevalier comme conducteur sur le chemin de fer. La voie ne se rendait qu’au 16-milles. C'est là que les wapitis ont été transportés pour les éloigner du village.

 

Les 6 milles de chemin de fer qui ont été enlevés entre le 16-milles et le lac Valiquette (22-milles) ont été utilisés pour construire les embranchements du Whitehead et du Princeton.

             
  Drave au temps Menier                            
                           

À l'époque des Menier, on n'a jamais dravé une rivière, cela était interdit; on conservait la faune avant tout. Cela aurait été un scandale que de draver une rivière.

 

On a toléré la mise en flottage du bois sur le lac Saint-Georges où le surplus était entreposé durant l'hiver, puis dirigé vers le moulin au printemps.

 

On n'a jamais déposé une « pitoune » dans la baie Ellis à l'époque des Menier.

             
  Salaire - Menier - fin                            
                           

« C'est les 31 juillet à minuit de l'année 1926 que Menier a cessé de payer le salaire des gens de l'île. »

             
  Baie Ste-Claire 1926                            
                           

En 1926, il ne restait plus que les familles suivantes à Baie-Sainte-Claire : les familles de Lorenzo Duguay, M. Bezeau et André James.

             
 

Loco Shop

                           
                           

À même la Loco Shop, il y avait la shed à fer, l’Office et la cuisine.

 

Le gérant en 1926 était un M. McLaren, personne fort aimable.

 

Il fut remplacé par un M. McCreman (surintendant de la Wyagamak).

 

M. Bob Rolly, chef des travaux, a quitté l'île en même temps que McLaren.

 

À cette époque, il y avait également Faure et Michaud.

             
 

200 paresseux

                           
                           

De 1926 à 1929, il y avait parfois jusqu'à 200 hommes qui ne voulaient pas travailler une fois arrivés sur l'île.

 

On gardait ces gens dans l'ancien grand camp (qu’on a transformé plus tard en maisons) près du club avant de les retourner sur le continent par bateau.

             
 

Grand Jobber

                           
                           

Le Grand Jobber avait un contrat (comme Koko, 50 000 cordes). Il engageait lui-même ses jobbers (sous-contractants).

 

Le Grand Jobber arrivait à l'île à l'automne avec une dizaine d'hommes pour construire des camps en bois rond et autres cabanes pour chevaux, bateaux, pour les magasins et entrepôts, sur le territoire qui lui était assigné.

 

Les sous-contractants arrivaient aussitôt les installations du Grand Jobber terminées.

 

Le Grand Jobber arrivait toujours avec sa nourriture, les chevaux, le foin et les outils nécessaires à la coupe.

 

La Compagnie ne fournissait rien, sauf l'abri (maison) pour le Grand Jobber (la maison où habite présentement Normand Poulin a été construite pour un Grand Jobber, Koko) et un abri temporaire pour les sous-contractants en attendant la fin de la construction des camps en forêt.

             
 

Bucherons et camps

                           
                           

À l'époque de Menier (1910-1918), où l'on fit de l'exploitation forestière (Ashbaugh), on fit construire un grand camp dans le village de Port-Menier pour loger les bûcherons, les célibataires et les ouvriers de l'usine à pulpe.

 

Les camps furent construits en forêt au fur et à mesure que l'exploitation s'éloignait du village.

 

Les bûcherons étaient surtout originaires de Havre-Saint-Pierre à cette époque. De 1926 à 1930, les contracteurs et les bûcherons venaient principalement du lac Saint-Jean; de 1946 à 1971, surtout de Gaspésie.

             
 

Voie ferré

                           
                           

La voie ferrée aboutissait le long du canal Saint-Georges où le bois de 12 pieds était déversé, puis dravé jusqu'à l'usine.

 

À plusieurs endroits, la voie ferrée reposait sur des pilotis pour amoindrir l'angle des pentes.

 

Il y avait une voie surélevée sur la rive sud du lac Saint-Georges et on y déversait le bois.

             
 

Parc à Renard

                           
                           

Le grand parc à renard (600’x600’) aurait été construit pendant la guerre 14-18 (j'en doute !). Il est probable que Horacio Malouin a choisi le site et fait construire le parc.

             
 

Gérant Graham

                           
                           

D'après M. Lucien Martin, à l'époque de la crise et du gérant Graham, ce dernier faisait redresser les clous que des employés ramassaient sur le chemin, dans ou sur les maisons du village et des fermes.

 

M. Graham visitait les contremaîtres et pouvait se rendre en voiture à cheval sur le plein jusqu'à la rivière Jupiter et ensuite remonter avec son cheval jusqu'au camp des 30-milles surprendre les employés au travail. Il n'avait confiance qu’en lui-même.

 

Souvent, il descendait de voiture et marchait plusieurs milles pour ne pas épuiser son cheval. Il était bon administrateur.

             
 

Lait et crème

                           
                           

« Le lait et la crème que nous donnaient les vaches de l'île étaient bien plus riches que ceux de l'extérieur. »

             
 

Gardiens français

                           
                           

En 1908, il y avait des gardiens français (de Saint-Pierre-et-Miquelon) autour de l'île (Le Gouanec, Le Rouzès, etc.). Certains furent congédiés.

             
 

Socs de charrue

                           
                           

Les socs de charrue trouvés à l'arrière de la ferme Saint-Georges et dans le dépotoir à l'arrière du Cap blanc étaient des charrues à neige apportées à l'île par l'Anticosti Corporation en 1927. Elles étaient traînées par un tracteur.

             
 

Électricité - Turbine

                           
                           

La turbine pour l'électricité fut construite en 1922 et terminée en 1923.

 

Cette turbine fournissait l'électricité au château et pour quelques rares personnes du village. Elle a fonctionné jusqu'en 1926 pour être remplacée par un moteur diesel jusqu'en 1933, puis utilisée à nouveau jusqu'en 1945.

 

On trouve dans le canal près du barrage un bloc de béton percé d'un trou cylindrique : c'est le socle de la turbine.

 

Un canal en bois (4’x4’) amenait l’eau du barrage jusqu'à la turbine pour l'actionner. Le barrage du canal fut construit en 1910 pour les besoins de l'usine à pulpe.

 

On dravait le canal, car c'était là que le bois de 12 pieds était déversé par le train.

             
 

Lignes électriques

                           
                           

M. Jean Poulin m’informe qu'à une certaine époque, il y eut un fil téléphonique tout le tour de l'île.

 

Il me dit que durant les années 1930, on a construit une ligne assez rudimentaire (c'est-à-dire une broche fixée à des arbres au lieu de poteaux de cèdre) entre Fox Bay et la Pointe Nord.

 

Cette ligne eut une durée éphémère, faute d'entretien. Bref, pour une période de quelques années seulement, l'île fut ceinte en entier d’une ligne téléphonique.

 

L'autre section de l'île, depuis Baie-Sainte-Claire jusqu'à Fox Bay, en passant sur la côte sud, fut installée vers 1924-1925 lors de l'établissement des gardes dans les camps des rivières.

 

De fait, cette ligne fut installée par le gouvernement canadien pour relier par télégraphe les phares de Pointe-Ouest, de Pointe Sud-Ouest, et de Heath-Point (connu également sous le nom de phare de la Pointe-aux-Bruyères).

 

Cette ligne téléphonique servait de ligne pour les gardes durant quelques heures tous les soirs à compter de 7 heures.

             
 

Chef garde

                           
                           

M. Francis Boudreault a été chef-garde jusqu'en 1923, puis remplacé par M. Galibois.

             
 

Panhard-Levasseur

                           
                           

M. Lucien Martin me raconte qu'au début des années 50, un type venait à l'île (pendant une période de cinq à six ans) faire des recherches pour la plaque de platine de la voiture Panhard-Levasseur de Menier.

 

Son père l’aurait caché sous la porcherie ou dans un autre bâtiment de la ferme et ne l'aurait pas amenée à Québec comme on le prétend depuis toujours.

             
 

Barrages

                           
                           

Les barrages de la Petite Rivière, de la rivière Canard, de la rivière Becsie et de la rivière Plantain ont été construits par la Compagnie en 1927-1926 pour transporter le bois jusqu'à la mer, et de là jusqu'à la baie Ellis.

             
 

Pêche

                           
                           

La petite pêche fut active jusqu'en 1922 et faisait vivre honorablement deux hommes. Le responsable de cette petite pêche était

 

M. Eugène Chevalier père, qui fut remplacé par McQuinn en 1920-1922 (chef des pêcheries). Le tout prit fin en 1922 ou 1923.

             
 

Baie Ste-Claire

                           
                           

La famille Chevalier a habité Baie-Sainte-Claire jusqu'en 1905. M. Chevalier père demeurait dans la grande maison située du côté nord du ruisseau, à côté de la menuiserie.

 

Dans la même maison, il y avait la forge, la shed à fer et l'habitation de Placide Duguay (plan).

             
 

Moulin à scie 

                           
                           

Le chemin de la rivière Canard (de Port-Menier à la rivière Canard) a été vraiment construit au début des années 1910. Le moulin à scie de la Canard était encore fonctionnel en 1922.

 

Ce moulin à scie fournit tout le bois nécessaire à la construction des camps et pavillons autour de l'île.

 

Le bois était plané à l'aide d'un planeur magnifique pour l'époque. Tous les camps et pavillons (maison) construits autour de l'île l'ont été avant 1926 de même que les nombreux petits camps.

 

En 1946, Wilcox a cessé d'entretenir ces maisons et ces camps autour de l'île.

             
 

Règlement - bûcher

                           
                           

« Dans le temps des Menier, il était interdit de bûcher à moins de trois milles du village et à moins de un mille de la mer.

             
 

Employés

                           
                           

Camp de Jack le Trèfle : le camp de Jack le Trèfle se trouvait sur le chemin de la rivière Canard. Il est l'oncle de Fabien Noël.

 

Une partie a été buchée vers 1900 pour alimenter le moulin à scie Joliet, dont le bois a servi à construire des premiers édifices de Port-Menier.

 

Louis Hudon, président de la compagnie P.T. Légaré de Québec a travaillé à l'île en 1910 pour Ashbaugh.

 

Un certain Delphis Fournier a été comptable à l'île en 1920.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis