(83)  Grand’Mère, le 29 novembre 1975 : rencontre de Monsieur et Madame Donat Lejeune

 

  Napoléon Martin                            
                           

Napoléon Martin était tellement jaloux de sa femme que celle-ci dut fuir une nuit avec ses enfants; elle se rendit à Havre-Saint-Pierre.

 

Ils demeuraient dans la rue du Cap blanc et Napoléon roulait des chaînes le soir sur les murs pour effrayer sa femme.

 

Il piquait des crises s'il voyait des empreintes de pieds sur le parquet, même si celles-ci étaient les siennes.

             
  Townsend, ingénieur                            
                           

Townsend était un ingénieur forestier de calibre et demeura six ans à l'île, de 1930 à 1935, dans l'espoir que les opérations forestières reprennent.

 

Il avait préparé un plan pour exploiter la forêt à partir d'autres endroits de l'île.

             
  La famille Goulet                            
                           

La famille Goulet: Les trois soeurs Goulet enseignaient à l'école; elles battaient souvent les enfants.

 

Elles enseignaient (avant 1925) dans l'entrepôt-église (entrepôt no2).

             
  Camille Lejeune                            
                           

C’est un des fils de Bernard Lejeune. Il a épousé Espérance Boudreault d'Anticosti.

 

Cette dernière était la meilleure amie de Mme J.A.Renaud.

             
  Maison Gamache                            
                           

La maison de Louis Olivier Gamache fut probablement construite vers 1823. Louis Olivier aurait acheté la propriété de Joseph Hamel dont la maison était vraisemblable-ment située près de l'embouchure de la rivière Plantain (connue également sous le nom de rivière Chaloupe). Gamache aurait préféré construire une maison située face à l'entrée de la baie Jolliet et non au fond de celle-ci.

 

La propriété de Gamache fut vendue par ses héritiers à un dénommé Setter, qui la vendit à son tour à Henri Menier en 1895.

 

M. Donald Lejeune affirme que la maison de son père (Bernard) fut construite sur les fondations de la maison Gamache, habitée par Henri Menier et ses amis lors de la construction du Château.

 

Elle fut détruite pour y construire les deux habitations des serviteurs du Château. Celle située près de la mer aurait été bâtie sur les fondations mêmes de la maison Gamache.

             
  Townsend                            
                           

C'était un véritable fiasco, de la stupidité. Un ingénieur de la Consol du nom de Townsend achetait des grues et des tracteurs par catalogue...

 

Ces véhicules ne servaient pas, faute de conducteurs expérimentés ou parce qu'ils ne répondaient pas aux besoins de l'île.

             
  Exploitation forestière                            
                           

En 1927, la compagnie Consol fit venir un ingénieur de la Colombie Britannique, M. Murray Lees (originaire de Grande-Bretagne), pour étudier la possibilité de transporter le bois (depuis divers endroits de l'île jusqu'à Port-Menier) sur l'eau.

 

Ces spécialistes du transport du bois sur l'eau déconseillèrent cette méthode à la compagnie ; rien n'y fit.

 

Deux bateaux, le Port-Alfred et le Belfroy, étaient utilisés pour le transport du bois en «bundle» ; le bois était retenu en paquets à l'aide de chaînes et transporté dans un «boom (ou loom?)» depuis la rivière Canard jusqu'à Port-Menier et de là était mis dans un bateau.

 

Une grue soulevait le bois hors de l'eau, un mouvement de celle-ci décrochait les chaînes et le bois tombait à l'intérieur.

 

On me raconte qu'il y avait assez de chaînes sur le bord du quai de chargement pour faire « caler l'île ».

             
  «Le Bulletin»                            
                           

Au cours de l'absence de M. Renaud de l’île en 1921, il fut remplacé comme secrétaire par un M Fecteau.

 

Ce dernier affirme qu'il y avait un journal à l’île vers 1920.

 

Ce journal portait le nom de « Le Bulletin ». La série complète aurait été donnée par M. Fecteau à l'université Laval.

             
  Picard                            
                           

Après son départ de l'île, il habite à Sillery, rue Preston, et travaille comme agronome au ministère de l'Agriculture. Son fils Jean sera enterré à Sorel.

             
  Bernard Lejeune (père)                            
                           

M. Bernard Lejeune (père) : son épouse se nomme Élisa Béliveau.

 

M. Bernard Lejeune était originaire de l'île du Prince-Édouard et serait arrivé à l'île d'Anticosti vers 1870, lors de la grande période de la chasse aux phoques.

 

Le père de son épouse (Élisa Béliveau) se trouvait à l'île en 1864 avec un dénommé William Wright.

 

Ce Béliveau était probablement acadien. M. Bernard Lejeune (père) est décédé à l'âge de 30 ans à la Baie des Anglais ; il est enterré à la Pointe-Ouest dans le cimetière du phare.

 

Il a laissé dans le deuil une femme et cinq enfants.

             
  Bernard Lejeune (fils)                            
                           

M. Bernard Lejeune (fils) est né à la Baie des Anglais (Anticosti). Sa mère, Élisa Béliveau-Lejeune, avait 25 ans en 1901.

 

Elle eut 14 enfants (sept garçons et sept filles).

 

Bernard Lejeune (fils) a été responsable du Château et responsable de toute l'organisation requise lors de la venue des Menier.

 

Son frère Joseph en 1900 et 1901 était pêcheur à la rivière Chaloupe. En plus des deux garçons, Bernard et Joseph, il y avait une fille du nom de Lisa.

 

Pendant 31 ans, Bernard a été le gérant du château et le valet de pied des Menier, ainsi que l'homme de confiance de Martin-Zédé.

 

Il a laissé dans le deuil une femme et cinq enfants.

 

Il a quitté l'île vers 1937 après une dizaine d'années à l'emploi des nouveaux propriétaires.

 

Il est allé s'établir sur la Côte-Nord afin de travailler pour la compagnie Fraser.

 

M. Lejeune ne travaillait (à l'époque des Menier) que quelques semaines l’été (deux mois) et il trappait le renard l'hiver pour son employeur.

             
  Alphonse Girard                            
                           

Le père de Mme Donat Lejeune (Léonie Girard), M. Alphonse Girard, était menuisier et il faisait également les courses avec son petit bateau ; il allait chercher les provisions et du matériel à Havre-Saint-Pierre.

 

Il était excellent à la course à pied ; un jour, il gagna une compétition de 9 milles (de Baie-Sainte-Claire à Port-Menier) et reçut cinq dollars.

 

Les deux concurrents défaits étaient indiens, et l'un d'eux mourut à la suite de cette course (ou pendant celle-ci). Alphonse Girard a quitté Baie-Sainte-Claire pour se rendre à Baie-Ellis (Baie-Gamache) en 1909.

             
  Donat Lejeune                            
                           

Un des fils de Bernard Lejeune, M. Donat Lejeune, est la personne que j'ai rencontrée aujourd'hui.

 

Il est né en 1913 et a épousé en 1934 Léonie Girard, fille d'Alphonse Girard. Il a été à l'emploi de la Consol pendant 39 ans.

 

Donat Lejeune travailla comme mécanicien au garage toute sa vie (moteurs à essence ordinaire puis diesel).

             
  Frank Lejeune                            
                           

Un des frères de Donat, M. Frank Lejeune, a été le gardien des rennes. D'après lui, ces animaux sont tous morts de tuberculose.

             
  Les Lejeune                            
                           

M. Donat me raconte qu'il était ami avec Jean IV et que tous les deux allaient voler les oeufs dans le poulailler du Château et les lançaient contre le mur d'un hangar.

 

Sa grand-mère, madame veuve «Lésé» Élisa, se demandait comment il se faisait que les poules ne pondaient plus.

 

Il me dit aussi que Mme Georges Menier aimait les enfants et leur donnait du chocolat. Martin-Zédé défendait aux enfants Lejeune de s'approcher du Château ou de rendre visite à Mme Menier.

 

Comme mentionné précédemment, Bernard Lejeune eut 14 enfants ; son frère Joseph en a eu 12, donc au total 26 enfants Lejeune habitaient dans les deux maisons des serviteurs près du Château.

 

Mme Donat Lejeune eut une phrase très significative en parlant des Anticostiens : « On cédait au boss ».

             
  Pêche                            
                           

Au printemps, l'eau débordait du ruisseau (Diane) derrière le Château et les truites demeuraient emprisonnées dans les champs avoisinants.

 

On interdisait aux Anticostiens de les prendre, on préférait les laisser sécher au soleil. Bernard Lejeune avait la surveillance de la pêche et tout le monde le craignait.

             
  Martin-Zédé                            
                           

Quand Martin-Zédé allait, par exemple, à la pêche dans le ruisseau Diane, il ne se gênait pas pour uriner devant tout le monde sans se cacher le moindrement.

 

Il était d’une grande vulgarité, manquant d'éducation.

 

Il se décrottait le nez à l'église, etc. Il était craint de tout le monde et détesté de la plupart.

 

Les enfants Lejeune ne manquaient jamais de se moquer de lui avec finesse !

             
 

Interdictions chasse

et pêche, framboises

                           
                           

Framboise : Martin-Zédé n'autorisait la cueillette des framboises le long de la voie ferrée qu'une fois par année. Interdiction de circuler, de chasser ou de pêcher.

 

La permission de chasser et de pêcher fut donnée par Wilcox aux gens du village, qui eurent également à ce moment-là le rare privilège de pouvoir commencer la chasse sur le territoire deux semaines avant l'arrivée des touristes.

 

 

À l'époque de Graham, il était défendu de chasser ou de pêcher pour les Anticostiens. C'est également Wilcox qui permit aux Anticostiens d’être propriétaires d'un véhicule.

             
  Baie Ste-Claire                            
                           

Vers 1920, il ne restait que trois familles à Baie-Sainte-Claire.

 

La famille de M. James et celles de Jimmy et Lorenzo Duguay. Jimmy Duguay était le père de Leda Richard et de Bella Duguay (vieille fille).

             
  Ferme St-Georges                            
                           

Le régisseur de la ferme Saint-Georges après le départ de M. Picard pour Québec fut M. Parent (également d'origine française).

 

Ce dernier était de grande taille et pesait 325 livres.

 

Il buvait tellement de vin que les glouglous retentissaient dans son ventre sous les secousses de sa voiture à cheval.

             
  Tancrède Girard                            
                           

Il était gérant des travaux. Très habile, il prenait son 40 onces de gin d'une seule traite en se levant le matin.

             
  Landrieu                            
                           

Il épousa une Canadienne originaire de l'île d'Orléans (une demoiselle Ferland).

 

Celle-ci était la soeur de la deuxième femme de M. Alfred Malouin.

 

M. Landrieu demeura au Canada et devint comptable au ministère de la Voirie du Gouvernement du Québec.

             
  Napoléon Martin                            
                           

Il vivait à l’Anse-aux-fraises. Il fut accusé ou soupçonné de braconnage.

 

Martin-Zédé lui fit savoir qu'il était chassé de l'île. Napoléon refusa d'obéir.

 

On envoya des hommes à l’Anse-aux-fraises qui furent obligés de le prendre dans leurs bras (Napoléon refusait de marcher) et de le déposer de la même manière dans le Savoy pour le déporter sur la Côte-Nord.

             
  Agriculture                            
                           

Les responsables de l'agriculture à l'île furent M. Yerly, puis Lapipe (?) et Mercier (à vérifier).

             
  Rats musqués                            
                           

Les rats musqués, selon Donat Lejeune, environ 600, ont été introduits à l'île en 1936 ou 1937 et relâchés au lac à la Marne.

             

RECHERCHE SUR LE SITE  

(Exemple: Henri+Menier)



voir le vidéo

Livres et documents sur Anticosti

(50) (Nouveau)

Cahiers d'entretiens avec des Anticostiens (1976-1981) par LUC JOBIN, 160 pages

(49) (Nouveau)

Collection Desbiens

 Ces 174 photographies font partie de la collection Desbiens. Ces documents sont présentés pour la première fois grâce à LUC JOBIN.

(48) 

Partition musicale composée à Baie Ste-Claire, Anticosti par Lucien Comettant, gouverneur (1896-1903).

 

Ce morceau fait partie d'un répertoire de 77 compositions que nous sommes en train de sortir au grand jour après 115 ans d'obscurité grâce à la collaboration exceptionnel du pianiste Andrew Lloyd Taylor. 

(47) Le journal LE SOLEIL publie en 1897, 1898 et 1899, et rapportées ici, les actualités, rumeurs et nouvelles qui provenaient de l'île d'Anticosti au début de l'ère Menier.

(46) Actes Notariés - en 1899 Henri Menier achète de 26 habitants anticostiens 28 lots de terrains et habitations dans le but de devenir le seul propriétaire sur l'île.

(45) Anticosti sous Gaston Menier (1913-1926) par Rémy Gilbert. Document inédit de 24 pages par l'auteur du livre «Mon île au Canada», 1895-1913, les Éditions JID.

 

(44) Suite à une demande de Menier pour la concession de lots de grève et de lots à eau profonde à Baie-Ellis, Félix-Gabriel Marchand, premier ministre et Simon-Napoléon Parent, maire de Québec font une visite sur l'île d'Anticosti (voyage raconté par le journaliste du journal Le Soleil, 1898). 4 pages.

 

(43) Gaston, Albert et Henri Menier, leurs yachts en image. référence: Voiles/Gallimard, Les mémoires de la mer, Jack Grout.

 

(42) 1827, naufrage du Harvest Moon au large d'Anticosti. En 1928 le fils d'un naufragé raconte.

 

(41) En 1850 on envisageait de faire de l’île d’Anticosti, une prison. Journal Le «Canadien», le 21 juin 1850

 

(40) Le steamer «Le Merrimac» s'échoua sur l'île d'Anticosti en 1899. Le journal Le soleil raconte l'aventure, liste des passagers et biographie de l'un d'entre eux, un québécois.

 

(39) L'Aberdeen, un steamer de ravitaillement des phares s'échoua en 1899 près du cap Jupiter, Anticosti; un passager raconte.

 

(38) M. Clarke Wallace (1844-1901) membre du parlement canadien était un adversaire de l’île d’Anticosti de M. Menier. LA PATRIE, LE 11 AOÛT 1899

 

(37)  En 1902, l'honorable Charles Marcil, député de Bonaventure livre à un journaliste ses impressions sur Anticosti. M. Marcil est le grand-père de la comédienne Michèle Tisseyre.

 

(36) Bail entre Gaston Menier et la commission du Hâvre de Québec, pour la location de locaux au Bassin Louise de Québec, le 29 décembre 1920, devant notaire.

 

(35) Vente d'Anticosti le 19 juillet 1926 à la Wayagamac Pulp and Paper devant le notaire E.G. Meredith.

 

(34) Exploration Vaureal-Jupiter, Anticosti, entre le 7 et le 28 mars 1901 par Ovila Montreuil ingénieur civil, assistant de Jacquemart, chef du service des travaux.

 

(33) Le Croiseur anglais HMS Pallas s'arrêta à Anticosti en 1900, dont le capitaine était l'Honorable Walter G. Stopford. Article paru dans le Petit Journal Militaire, Maritine, Colonial le 25 septembre 1904.

 

(32) NOTAIRES - 20 actes notariés du temps de Menier

 

(31) L'acte de vente d'Anticosti à Menier le 18 décembre 1895 devant le notaire William Noble Campbell

 

(30) Le testament de Louis-Olivier Gamache le 22 septembre 1851 devant le notaire Jos. Pelchat

 

(29) Rapport du ministre de l'agriculture de la Province de Québec, 1909.
Lauréat de la médaille d'argent et du diplôme de Très-Grand-Mérite:
Alphonse Parent, Baie Ellis, Anticosti.
Index de 57 noms, 16 pages

 

(28) Lettre de Mgr J.C.K. Laflamme à Henri Menier, septembre 1901 

 

(27) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K Laflamme le 17 juillet 1901

 

(26) Lettre de Joseph Schmitt à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 juillet 1901

 

(25) Lettre de Henri Menier à Mgr J.C.K. Laflamme le 5 octobre 1901

 

(24) Permis de séjour du 15 août au 30 septembre 1901 délivré à Monseigneur J.C.K Laflamme par L.O. Comettant.

 

(23) En 1899, 16 journalistes ont visité l'île Anticosti. Voici ce qu'ils ont raconté.

 

(22) Titre en faveur de Louis Jolliet par Jacques Duchesneau, 1680

 

(21) L'île Ignorée, TOME 2, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 303 noms, 42 pages.

 

      L'île Ignorée, TOME 1, par Georges Martin-Zédé, manuscrit de Georges Martin-Zédé achevé en 1938, (archives de l'Université Laval), édité ici pour la première fois avec un index de 114 noms et 24 illustrations, 33 pages.

 

(20) Voir le vidéo, journal LE MONDE

Jerôme Verroust, journaliste français, parle du parcours de guerre de son arrière-grand-père, Fernand Le Bailly sur cet entretien vidéo au journal Le Monde. Fernand Le Bailly a séjourné sur l’île Anticosti à partir de 1896. Il était marié à Simone Lavigne, petite-fille de Oscar Comettant.

 

(19) Monographie de l'île d'Anticosti par le docteur Joseph Schmitt, 1904, 370 pages.

 

(18) À la mémoire de feu Arthur Buies, journal le Soleil, le 28 janvier 1901.

(17) Arthur Buies, journal le Soleil, Lettre à Ernest Pacaud, le 30 septembre 1899.

 

(16) Arthur Buies, journal Le Soleil, Anticosti, le 23 septembre 1899.

 

(15) La date de la mort de Jolliet, 1886, par l'abbé Cyprien Tanguay

 

(14) Projet de perpétuer le souvenir de Jolliet, 1980, par Luc Jobin, article de Monique Duval, Le Soleil.

 

(13) Lettre de Mgr Charles Guay à Mgr Clovis-Kemner Laflamme, 1902

 

(12) Notice sur l’île Anticosti par Jules Despecher (1895), 6 pages

 

(11) Anticosti par Damase Potvin (1879-1964), 6 pages

 

(10) Le journal de Placide Vigneau (1842-1926) 

 

(9) Histoire et légendes d'Anticosti. Jolliet, Gamache, Ferland, Vigneau et les naufrages, 6 pages.

 

(8) Lettre de Fernand Le Bailly à Mgr. Joseph-Clovis K. Laflamme en 1905.

 

(7) Correspondance du Consul de France, M. Kleskowsk.

 

(6) Cahiers-carnets-agendas de Martin-Zédé (1902-1928).

 

(5) Registre de pêche aux saumons (1896-1928) de Henri Menier sur l'île Anticosti.

 

(4) Entrevue avec Luc Jobin, par Lucien Laurin, le 8 avril 1982.

 

(3) Anticosti 1900, C. Baillargé, 14 pages. (Lire sur Ipad)

 

(2) Oui, j'ai aimé... ou la vie d'une femme, Thyra Seillières, 1943, conjointe de Henri Menier, 244 pages. (Lire sur Ipad)

 

(1) Anticosti, esquisse historique et géographique par Nazaire Levasseur, 1897, 40 pages. (Lire sur Ipad)

 

(0) Lettres de l'Ile Anticosti de Mgr Charles Guay, 1902, 312 pages.

Le 30 mars 2011

 

Rajout: 77 partitions musicales de la main de Lucien Comettant alors qu'il était gouverneur de l'Ile Anticosti. Ces documents dormaient dans une boite depuis 100 ans. Il s'agit de pièces musicales de style victorien pour piano (et violon).

 

Plusieurs livres ont été ajoutés dans la bibliothèque dont:

 

(1) La ville de Québec sous le régime français, volume 1, 1930, 549 pages 

     La ville de Québec sous le régime français, volume 2, 1930, 519 pages

 

(2) Zéphirin Paquet, sa famille, sa vie, son oeuvre. Québec, 1927, 380 pages. Notre arrière-grand-mère était la fille de Zéphirin. Il est le fondateur de la Compagnie Paquet de Québec.

 

(3) L'île d'Orléans, livre historique publié en 1928, 505 pages

 

(4) La biographie du docteur Ferdinand Philéas Canac-Marquis écrite par Nazaire LeVasseur, 1925, 276 pages. Ferdinand est le frère de Frédéric Canac-Marquis, notre arrière-grand-père.

 

Nazaire LeVasseur, l'auteur, est le père de Irma LeVasseur, première médecin femme canadienne-française et fondatrice de l'hôpital Ste-Justine. Il avait été l'agent de Henri Menier et de Martin-Zédé à Québec pour l'entreprise Anticosti.

 

Pauline Gill a récemment écrite un roman historique sur Irma LeVasseur et parle dans son livre de Nazaire LeVasseur et de Ferdinand Canac-Marquis, fils de Frédéric Canac-Marquis